Sortir à Lyon

Comment les ciné­mas vont rouvrir

C’était la première bonne nouvelle après la réou­ver­ture des librai­ries : les ciné­mas vont bien rouvrir à partir du 22 juin, même si on ne connaît pas encore les condi­tions exactes de précau­tion sani­taire, et les sorties de films en juillet atteignent presque un rythme hebdo­ma­daire de sorties normal (une bonne dizaine de films sont annon­cés chaque mercredi), même si dans la réalité beau­coup d’in­con­nues subsistent. Ce sera passion­nant à obser­ver de plus près, mais risquons-nous à dessi­ner plusieurs enjeux.

Pleins feux sur l’art et essai

C’était déjà une tendance de 2019, bien avant la crise du Covid : le boom des ciné­mas de proxi­mité art et essai (+20% pour les ciné­mas Lumière). Nul doute que ce soit le public ciné­phile, presque mili­tant, qui retourne d’abord dans les salles obscures, et plutôt deux fois qu’une, favo­ri­sant a priori « petits » films et « petites salles ». D’au­tant qu’à part Mulan de Disney en version live fin juillet, ce sont très majo­ri­tai­re­ment les films art et essai, notam­ment français avec le dernier François Ozon, Eté 85, très auto­bio­gra­phique, qui vont trus­ter les écrans. Avec un problème de taille : contrai­re­ment à une idée reçue oppo­sant « petites salles » et « multi­plexes », les distri­bu­teurs ont toujours sortis aussi leurs films art et essai, même les plus poin­tus, dans les multi­plexes, pour donner une visi­bi­lité maxi­male à leurs sorties natio­nales. Or les multi­plexes ont des coûts fixes beau­coup plus impor­tants, des salles plus grandes, du person­nel et de la confi­se­rie qui compose une part impor­tante de son chiffre d’af­faire, avoi­si­nant souvent les 40%, mais pas fran­che­ment Covid-compa­ti­bles… Tenet et Mulan ne suffi­ront sans doute à atti­rer à eux seuls un très grand public, pas plus que les films d’au­teur français… Reste un atout de taille : un multi­plexe peut proje­ter faci­le­ment un film dans deux salles diffé­rentes, ce qui pour­rait s’avé­rer on ne peut plus pratique lorsqu’il s’agit d’es­pa­cer les fauteuils entre les spec­ta­teurs pour respec­ter la distan­cia­tion socia­le… Tout comme les cartes illi­mi­tées poussent à la consom­ma­tion de plusieurs films qu’on ne serait peut-être pas aller voir en payant au coup par coup… Bref, il faudra regar­der à la loupe et le compor­te­ment du grand public (mamie vien­dra-t-elle avec son petit fils voir la dernier Disney comme avant?), et quelles seront les condi­tions sani­taires dictées par le gouver­ne­ment in fine fin juin, sachant qu’elles ont déjà été consi­dé­ra­ble­ment assou­plies par rapport à il y a seule­ment quelques semai­nes…

Salles et plate­formes : vers un rappro­che­ment ?

Grand patron du groupe Pathé, Jérôme Seydoux avait donné quelques pistes d’ave­nir au moment du confi­ne­ment, évoquant notam­ment un futur « accord avec les plate­formes ». Pathé a toujours été inno­vant et , même si ce n’est pas forcé­ment pour juillet, on peut imagi­ner dans pas long­temps qu’a­près les retrans­mis­sions de grands concerts, d’opé­ras ou d’évé­ne­ments spor­tifs, les salles Pathé soient aussi diffu­seurs par exemple de séries cultes sur grand écran, ou de grands événe­ments comme Cannes, qui vient de dévoi­ler une sélec­tion offi­cielle de 50 films orphe­lins, le festi­val ayant été comme les autres annulé. Voir des films ou des séries en exclu­si­vité sur grand écran pour­raient consti­tuer une attrac­tion non négli­geable pour des publics diffé­rents. Mais le domaine qui pour­rait tirer la meilleure épingle de ce jeu de reprise à tâtons pour­rait bien être celui du patri­moine : au moment où les nouveau­tés ne courent plus les écrans, les grands clas­siques pour­raient être un refuge idéal, à commen­cer par la salle de l’Ins­ti­tut Lumière : espa­cée, aérée (c’est une des rares salles de cinéma qui s’ouvrent direc­te­ment sur l’ex­té­rieur), la salle du hangar serait l’écrin idéal de la reprise ciné­ma­to­gra­phique. Un beau symbole après avoir été celle du premier film… L’été pour­rait donc être celui d’une reprise cruciale même si a minima en se recen­trant sur le cœur ciné­phile du septième art… en atten­dant la rentrée et le festi­val Lumière ! À suivre…

Quelques films atten­dus pour juillet :

Les Parfums de Grégory Magne avec Emma­nuelle Devos (le 1er juillet). Lire notre entre­tien avec Emma­nuelle Devos << ici >>.

Eté 85 de François Ozon (le 8 juillet). Voir la bande-annonce << ici >>.

Mulan de Niki Caro (le 22 juillet). Voir la bande-annonce << >>.

Ondine, le plus beau film de la rentrée

Tous ses films parlent d'amour, mais en parlent comme aucun autre. Dans Transit, Christian Petzold mettait en scène sans prévenir un court récit de 1940 dans le monde d'aujourd'hui, comme si tous les enjeux de la Seconde Guerre mondiale (réfugiés, persécution, Résistance) venaien...

Les yeux dans les Bleues

Les Fenottes viennent d'entrer dans la légende avec leur 7e Coupe d'Europe, et Les Joueuses, en pré-sortie dans la région le 2 septembre, tombe à pic : pour son 6e film, la documentariste Stéphanie Gillard a suivi les joueuses de l'Olympique Lyonnais au jour le jour pendant la sa...

Quand Stefan Zweig était à Lyon

Lecture. On le sait peu, mais l’auteur du Joueur d’échecs et de Vingt-quatre heures de la vie d’une femme s’est intéressé de près à l’une des pages les plus sanglantes de l’histoire lyonnaise. Dans son recueil de nouvelles La Confusion des sentiments et autres récits, traduites p...