Sortir à Lyon

Nazi pop !

Farce. On s’était déjà bidonné devant Thor : Ragna­rok, le film le plus décalé de la fran­chise Marvel. Alors quand on a su que Taika Waititi adap­tait très libre­ment Le Ciel en cage de Chris­tine Leunens en racon­tant l’his­toire d’un petit garçon alle­mand pendant la Seconde Guerre mondiale, dont le meilleur ami imagi­naire n’est autre que le Führer à mous­tache. On savait qu’on serait client malgré un titre pas très heureux. Loin de l’am­biance sombre du livre, avec Jojo Rabbit, le Néo-zélan­dais Taika Waititi passe le nazisme à la mouli­nette pop : le film débute sur une version alle­mande de I Want to Hold your Hand des Beatles, Hitler est acclamé comme une idole et le capi­taine nazi chargé de former les jeunesses brunes parle comme dans une confé­rence Ted-X… Au milieu d’une série de person­nages tous aussi loufoques les uns que les autres, il y a bien sûr Hitler (incarné par Taika Waititi lui-même), mais vu à travers les yeux d’un petit garçon. Le voilà trans­formé en person­nage de bande dessi­née, grotesque, fou, très élas­tique et même… sympa­thique ! Mais le person­nage qui évince tous les autres, c’est celui de la mère de Jojo. Scar­lett Johans­son est extra en femme forte et élégante, qui garde le sens de la fantai­sie jusqu’au bout pour proté­ger son fils.

Rire de tout.

Esthé­tique­ment, on pense parfois à Wes Ander­son pour les costumes et les décors colo­rés, la névrose de la symé­trie en moins, mais aussi à Disney, en plus barré, heureu­se­ment. Un univers fantai­siste qui vire au film d’hor­reur lorsque Jojo découvre que sa mère cache une jeune fille juive chez eux. Les certi­tudes fana­tiques du petit garçon vont se fissu­rer peu à peu alors que la guerre se rapproche de sa petite ville si tranquille. Derrière son ton pop et décalé, le film aborde des théma­tiques plus sombres comme l’em­bri­ga­de­ment et le deuil, mais c’est surtout la farce foutraque qui montre qu’on peut rire de tout, à condi­tion que ce soit bien fait. Et çà l’est.

Jojo Rabbit de et avec Taika Waititi (EU, 1h48) avec aussi Roman Grif­fin Davis, Scar­lett Johans­son… Dispo­nible en Vod anti­ci­pée sur la plupart des plate­formes. Regar­der la bande-annonce << ici >>.

Satire dans tous les sens

Comédie politique. Gary Zimmer (Steve Carell), conseiller politique Démocrate, reçoit en plein dans sa face et son costume sur mesure, la victoire de Donald Trump face à Hillary Clinton. Il est d’autant plus déprimé qu’il s’est fait humilier par son homologue Républicaine, l’esth...

Belle et Jean-Sébas­tien

Ballet. « La danse est à la marche ce que le chant est au parlé » nous avait confié il y a quelque temps lors d'une interview la grande chorégraphe Anne Teresa de Keersmaeker. « Je continue de penser que toutes les musiques peuvent être dansées, mais la musique du XXe siècle a to...

L’ar­chet est à nous !

Le quatuor Debussy invente de nouvelles façons de partir à la rencontre des habitants pour la Fête de la musique comme son festival Cordes en ballades. Que vive la musique ! Musique de chambre. Les membres du quatuor Debussy de la Croix-Rousse étaient en pleine tournée interna...