Sortir à Lyon
Partager cet article :

Nazi pop !

Farce. On s’était déjà bidonné devant Thor : Ragna­rok, le film le plus décalé de la fran­chise Marvel. Alors quand on a su que Taika Waititi adap­tait très libre­ment Le Ciel en cage de Chris­tine Leunens en racon­tant l’his­toire d’un petit garçon alle­mand pendant la Seconde Guerre mondiale, dont le meilleur ami imagi­naire n’est autre que le Führer à mous­tache. On savait qu’on serait client malgré un titre pas très heureux. Loin de l’am­biance sombre du livre, avec Jojo Rabbit, le Néo-zélan­dais Taika Waititi passe le nazisme à la mouli­nette pop : le film débute sur une version alle­mande de I Want to Hold your Hand des Beatles, Hitler est acclamé comme une idole et le capi­taine nazi chargé de former les jeunesses brunes parle comme dans une confé­rence Ted-X… Au milieu d’une série de person­nages tous aussi loufoques les uns que les autres, il y a bien sûr Hitler (incarné par Taika Waititi lui-même), mais vu à travers les yeux d’un petit garçon. Le voilà trans­formé en person­nage de bande dessi­née, grotesque, fou, très élas­tique et même… sympa­thique ! Mais le person­nage qui évince tous les autres, c’est celui de la mère de Jojo. Scar­lett Johans­son est extra en femme forte et élégante, qui garde le sens de la fantai­sie jusqu’au bout pour proté­ger son fils.

Rire de tout.

Esthé­tique­ment, on pense parfois à Wes Ander­son pour les costumes et les décors colo­rés, la névrose de la symé­trie en moins, mais aussi à Disney, en plus barré, heureu­se­ment. Un univers fantai­siste qui vire au film d’hor­reur lorsque Jojo découvre que sa mère cache une jeune fille juive chez eux. Les certi­tudes fana­tiques du petit garçon vont se fissu­rer peu à peu alors que la guerre se rapproche de sa petite ville si tranquille. Derrière son ton pop et décalé, le film aborde des théma­tiques plus sombres comme l’em­bri­ga­de­ment et le deuil, mais c’est surtout la farce foutraque qui montre qu’on peut rire de tout, à condi­tion que ce soit bien fait. Et çà l’est.

Jojo Rabbit de et avec Taika Waititi (EU, 1h48) avec aussi Roman Grif­fin Davis, Scar­lett Johans­son… Dispo­nible en Vod anti­ci­pée sur la plupart des plate­formes. Regar­der la bande-annonce << ici >>.

La Mule de Clint East­wood, gratuit sur France 2

À 88 ans, Clint Eastwood était déjà coquet. Il incarne un personnage âgé de « seulement » 80 ans. Earl Stone, un horticulteur solitaire qui a eu son heure de gloire et de prospérité en cultivant son célèbre Lys d’un jour, est sur le point d’être saisi. Car Internet, auquel il ne ...

On a vu le nouveau Almo­do­var, Madres para­le­las

Revoilà un Pedro Almodovar plutôt en bonne forme malgré une excentricité plus contenue, avec ses couleurs franches, ses destinées de femmes fortes et bien-sûr son actrice fétiche, Penélope Cruz. Après Douleur et Gloire, son dernier film en forme d'autobiographie masculine, le réa...

Le Diable… le film iranien qui défie la censure

Le réalisateur d’Un Homme intègre (2017) a tourné quatre histoires reliées par un même thème : assumer une responsabilité individuelle dans un régime totalitaire. Ou comment défier la censure en tournant en Iran à la façon d’un court- métrage, alors que la peine de mort ne cesse ...

La Fièvre de Petrov, le nouveau coup de folie de Sere­bren­ni­kov

Il nous a mis la fièvre pendant des heures, Kirill Serebrennikov avec La Fièvre de Petrov, son dernier film. Ou plus exactement, pendant les 2h30 que dure cette balade métaphysique aux côtés de Petrov, dessinateur de BD sacrément grippé, ce qui ne l'empêche pas de boire des coups...