Sortir à Lyon

Emma­nuelle Devos embaume « Les Parfums »

Comé­die. Dans l’en­tre­tien qu’elle nous avait accordé en mars (à lire << ici >>), Emma­nuelle Devos expri­mait son ras le bol de jouer dans des films tris­tes… Pari réussi avec Les Parfums, petite comé­die légère et subtile qui fonc­tionne grâce à son duo d’ac­teurs et à l’ori­gi­na­lité de l’uni­vers choisi. L’ac­trice est parfaite dans le rôle d’Anne Walberg, nez de profes­sion qui s’ha­bille comme dans un numéro de Madame Figaro et vit dans un quar­tier bour­geois pari­sien. Embau­ché comme son chauf­feur, Guillaume (Grégory Montel, égale­ment à son aise) galère à joindre les deux bouts et à obte­nir la garde alter­née de sa fille. Dans ce couple atypique façon Miss Daisy et son chauf­feur, chacun a à apprendre de l’autre comme à lui appor­ter. Simple et frais comme le parfum du coton, le film est relevé par une pointe d’aci­dité grâce aux répar­ties cinglantes de la parfu­meuse. Un ton un brin suranné et modeste qui cherche plus à faire sourire qu’à faire rire pour un feel good movie qui change des comé­dies françaises à grosses ficelles. Et qui fait vrai­ment du bien au milieu d’une offre assez tris­tou­nette à l’oc­ca­sion de la réou­ver­ture des salles… C.S.

Les Parfums de Grégory Magne (Fr, 1h40) avec Emma­nuelle Devos, Grégory Montel, Gustave Kervern… Sortie le 1er juillet. 

En avant-première à l’UGC Asto­ria, Lyon 6e, dimanche 28 juin à 20h.

Four­vière ressus­cite Pomme le 7 juillet!

La chanteuse lyonnaise Pomme est en plein boum, même si elle a vu sa grande tournée 2020 s'arrêter net avec le confinement. Que nenni : elle devait faire l'ouverture musicale des Nuits de Fourvière le 3 juin dernier, et sera finalement, comme nous l'avions déjà indiqué, sur la sc...

Dispa­ri­tion inquié­tante

Polar. Le nouveau film du réalisateur de Harry, un ami qui vous veut du bien est bien trop original pour qu'on ne vous le conseille pas... et bien trop inabouti pour qu'on ne le fasse pas avec une certaine réserve. Evacuons tout de suite notre petite frustration : le fin mot de c...

Les sultans sont durs

Néo-classique. La langue de Racine est la plus limpide et la plus géniale qui soit, mais sson théâtre reste redoutable à mettre en scène: la spatialisation, les costumes et les décors ne se résument souvent qu'à une pesanteur académique, les mots restant plus fort que tout. Aucun...