Sortir à Lyon

Emma­nuelle Devos embaume « Les Parfums »

Comé­die. Dans l’en­tre­tien qu’elle nous avait accordé en mars (à lire << ici >>), Emma­nuelle Devos expri­mait son ras le bol de jouer dans des films tris­tes… Pari réussi avec Les Parfums, petite comé­die légère et subtile qui fonc­tionne grâce à son duo d’ac­teurs et à l’ori­gi­na­lité de l’uni­vers choisi. L’ac­trice est parfaite dans le rôle d’Anne Walberg, nez de profes­sion qui s’ha­bille comme dans un numéro de Madame Figaro et vit dans un quar­tier bour­geois pari­sien. Embau­ché comme son chauf­feur, Guillaume (Grégory Montel, égale­ment à son aise) galère à joindre les deux bouts et à obte­nir la garde alter­née de sa fille. Dans ce couple atypique façon Miss Daisy et son chauf­feur, chacun a à apprendre de l’autre comme à lui appor­ter. Simple et frais comme le parfum du coton, le film est relevé par une pointe d’aci­dité grâce aux répar­ties cinglantes de la parfu­meuse. Un ton un brin suranné et modeste qui cherche plus à faire sourire qu’à faire rire pour un feel good movie qui change des comé­dies françaises à grosses ficelles. Et qui fait vrai­ment du bien au milieu d’une offre assez tris­tou­nette à l’oc­ca­sion de la réou­ver­ture des salles… C.S.

Les Parfums de Grégory Magne (Fr, 1h40) avec Emma­nuelle Devos, Grégory Montel, Gustave Kervern… Sortie le 1er juillet. 

En avant-première à l’UGC Asto­ria, Lyon 6e, dimanche 28 juin à 20h.

Lyon 6e : un Zoo monstre !

On commençait à trouver que tous les événements autour du street art se ressemblaient, aussi sympathiques soient-ils. Et puis Zoo Art Show a lancé sa troisième édition immersive au sein d’un nouveau lieu XXL, et on s’en est pris plein les yeux. Installée dans des anciens bureaux ...

Rendez-vous en terre incon­nue

Cet automne, le musée des Confluences nous emmène au cœur duMakay, un refuge naturel à l’ouest de Madagascar, constitué decanyons et de forêts inexplorées qui abritent des espèces inconnues.Dans une scénographie reprenant la forme labyrinthique de sagéologie, on suit les traces d...

Ludwig et Jona­than à l’Au­di­to­rium

Avec tous ces événements enrhumés, on en aurait presque oublié l'anniversaire Beethoven. Il reprend de plus belle en cette fin d'année avec, rien que pour le mois d'octobre, la musique de chambre – trop souvent sous-estimée chez Beethoven – accessible et gratuite au CNSMD, et le ...