Sortir à Lyon
Partager cet article :

Eins, zwei, drei, cinéma gratuit !

Pas besoin d’avoir fait Alle­mand LV1 pour se faire une toile au Festi­val du film alle­mand en plein air du Goethe Insti­tut. Les films proje­tés sont sous-titrés en français, ce qui permet même aux non-germa­no­phones de décou­vrir les derniers succès du cinéma germa­nique, comme Ce garçon a besoin de prendre l’air de Caro­line Link, récit de l’en­fance de l’un des plus grands humo­ristes Outre-Rhin, Hape Kerke­ling. Mais c’est aussi l’oc­ca­sion de revoir l’un des plus beaux films de Wim Wenders, devenu un clas­sique, Les Ailes du désir (photo) avec Bruno Ganz, disparu récem­ment (à voir aussi dans Une vie cachée de Malick, lire notre critique << ici>>). Un véri­table poème ciné­ma­to­gra­phique dans le Berlin divisé de l’après-guerre, racon­tant aussi bien le morne quoti­dien des Berli­nois que l’his­toire d’amour impos­sible entre un ange et une trapé­ziste. C.S.

Festi­val du film alle­mand en plein air. Sur les anciens terrains du Marché Gare à Confluence (Lyon 2e) à ciel ouvert. Du mercredi 15 au samedi 18 juillet.

  • Jeudi 16 juillet à 21h30 : Les Ailes du désir de Wim Wenders.
  • Vendredi 17 juillet à 21h30 : Les Merveilleux Voyage de Wilken­bruch de Michael Stei­ner.
  • Samedi 18 juillet à 21h30 : Ce garçon a besoin de prendre l’air de Caro­line Link.

Programme détaillé << ici >>.

Le Dernier duel de Ridley Scott

Ridley Scott s’attèle au dernier duel connu en France entre Jacques Le Gris et Jean de Carrouges en 1386, le second accusant le premier d’avoir violé sa jeune épouse, suite au témoignage de celle-ci. Le matériau de départ est splendide, la maestria à reconstituer la France du Moy...

Est-ce la peine d’al­ler voir Eiffel ?

Si vous avez un jour rêvé d’une histoire d’amour sous la tour Eiffel, vous pouvez toujours tenter ce drôle de biopic qui reconstitue la préquelle de la tour la plus célèbre du monde... à partir d’un amour empêché en Gironde à la fin du XIXe siècle. Gustave aimait Adrienne (avec u...

On a vu le nouveau James Bond en 4DX

N’écoutez pas les oiseaux de mauvais augure qui ont dû souffrir de trop attendre ce 007, tourné il y a deux ans... Il y a tout dans le dernier James Bond : le prologue italien (au féminin) le plus long de la saga, un générique splendide dans les ruines romaines sous-marines, des ...