Sortir à Lyon
Partager cet article :

Lemon incest

La scène d’ou­ver­ture est à vous faire des noeuds à l’es­to­mac: un long plan-séquence qui voit bascu­ler la vie ordi­naire d’une mère dans l’hor­reur. Alors qu’elle est chez elle à Barce­lone, Elena reçoit un appel de son fils de 6 ans parti en vacances avec son père. L’en­fant est perdu sur une plage déserte en France. Un homme s’ap­proche de lui, le télé­phone coupe. Ce plan-séquence saisis­sant est en fait un ancien court-métrage de Rodrigo Soro­goyen, pour lequel le cinéaste a reçu plusieurs prix. Hanté par ce scéna­rio et sans doute emballé par le succès, l’Es­pa­gnol a décidé de lui donner une suite avec Madre, mais en chan­geant de ton. On passe sans tran­si­tion du thril­ler au film inti­miste en retrou­vant Elena dix ans plus tard, travaillant dans un restau­rant sur une plage française et s’amou­ra­chant d’un ado de 16 ans qui ressemble étran­ge­ment à son fils. Le réali­sa­teur a tenu à s’éloi­gner de l’am­biance polar dans laquelle baignaient ses deux premiers films, Que Dios nos perdone et El Reino, pour ne pas satis­faire les attentes du spec­ta­teur. Et en effet, on est désarçonné, voire frus­tré, de la tour­nure que prend le film. 

L’Adieu à la mère. Après ces dix première minutes ultra-concen­trées en tension, le reste paraît un peu palot et les scènes trop diluées, avec les répé­ti­tions de plans-séquences. Reste que Madre retient notre atten­tion, en partie grâce au jeu entre nervo­sité et rete­nue de Marta Nieto et à l’am­biance noire et étrange distil­lée par la lumière de la côte Atlan­tique autant que par la rela­tion hypo­thé­tique­ment inces­tueuse entre Elena et le jeune Jean. Alors que l’ado­les­cent la drague ouver­te­ment, Elena entre dans son jeu pour faire le deuil de son enfant disparu. Même si les dernières scènes prennent une tour­nure un peu trop hysté­rique et tapa­geuse, reste un beau portrait d’une femme qui renaît à la vie. C’est déjà ça.

Madre de Rodrigo Soro­goyen (Esp, 2h09) avec Marta Nieto, Jules Porier, Alex Bren­demühl… Sortie le 22 juillet.

La tartuf­fe­rie des salles de spec­tacle

Nous aussi, on y a cru. On vous avait concocté un numéro de décembre truffé des belles expos, des beaux films, de spectacles même et de vacances sous la neige. On pensait que c'était ça, sauver Noël (à lire ici pour vous détendre). Que nenni. Macron et son Mini-moi Castex en ont ...

Le boom des librai­ries indé­pen­dantes

L'exception culturelle, ce sont elles. Alors que le cinéma ou les musées enregistraient sur 2019 une perte de fréquentation abyssale de l'ordre de – 70 %, les librairies, elles, se maintenaient autour de – 3% de moyenne au niveau national. Une forme de stabilité déjà inespérée, m...

Genève, l’ima­gi­na­tion au pouvoir

Opéra. Une saison 20-21 comme un « voyage imaginaire », c'est ce que propose le nouveau directeur de l'Opéra de Genève, Aviel Cahn, résolument tourné vers les esthétiques contemporaines, et le voyage s'annonce des plus alléchants. En bons chauvins, on a d'abord hâte d'écouter « n...

Verti­kal de Merzouki gratuit

Avec Vertikal, Mourad Merzouki signait son spectacle le plus abstrait. On y retrouvait toujours de beaux ensembles et cette envie permanente chez le chorégraphe d’explorer de nouveaux territoires, le plus souvent avec succès. Le public avait d’ailleurs fait un triomphe à cette pr...