Sortir à Lyon
Partager cet article :

Lemon incest

La scène d’ou­ver­ture est à vous faire des noeuds à l’es­to­mac: un long plan-séquence qui voit bascu­ler la vie ordi­naire d’une mère dans l’hor­reur. Alors qu’elle est chez elle à Barce­lone, Elena reçoit un appel de son fils de 6 ans parti en vacances avec son père. L’en­fant est perdu sur une plage déserte en France. Un homme s’ap­proche de lui, le télé­phone coupe. Ce plan-séquence saisis­sant est en fait un ancien court-métrage de Rodrigo Soro­goyen, pour lequel le cinéaste a reçu plusieurs prix. Hanté par ce scéna­rio et sans doute emballé par le succès, l’Es­pa­gnol a décidé de lui donner une suite avec Madre, mais en chan­geant de ton. On passe sans tran­si­tion du thril­ler au film inti­miste en retrou­vant Elena dix ans plus tard, travaillant dans un restau­rant sur une plage française et s’amou­ra­chant d’un ado de 16 ans qui ressemble étran­ge­ment à son fils. Le réali­sa­teur a tenu à s’éloi­gner de l’am­biance polar dans laquelle baignaient ses deux premiers films, Que Dios nos perdone et El Reino, pour ne pas satis­faire les attentes du spec­ta­teur. Et en effet, on est désarçonné, voire frus­tré, de la tour­nure que prend le film. 

L’Adieu à la mère. Après ces dix première minutes ultra-concen­trées en tension, le reste paraît un peu palot et les scènes trop diluées, avec les répé­ti­tions de plans-séquences. Reste que Madre retient notre atten­tion, en partie grâce au jeu entre nervo­sité et rete­nue de Marta Nieto et à l’am­biance noire et étrange distil­lée par la lumière de la côte Atlan­tique autant que par la rela­tion hypo­thé­tique­ment inces­tueuse entre Elena et le jeune Jean. Alors que l’ado­les­cent la drague ouver­te­ment, Elena entre dans son jeu pour faire le deuil de son enfant disparu. Même si les dernières scènes prennent une tour­nure un peu trop hysté­rique et tapa­geuse, reste un beau portrait d’une femme qui renaît à la vie. C’est déjà ça.

Madre de Rodrigo Soro­goyen (Esp, 2h09) avec Marta Nieto, Jules Porier, Alex Bren­demühl… Sortie le 22 juillet.

Collard joue Chopin à Piano à Lyon

Pas de trêve des confiseurs pour Piano à Lyon. Non seulement l'association lyonnaise a déjà daté plusieurs des plus grands pianistes d'aujourd'hui pour sa rentrée de janvier (Nikolai Luganksy, Nicholas Angelich, Nelson Goerner...), mais en plus elle a décidé d'enfourcher le tigre...

Ecou­tez Kaame­lott avant de le voir !

Cette fois, ça devrait être la bonne ! Après avoir été repoussé deux fois en 2020, Kaamelott premier volet - le film le plus attendu de la région (et au-delà) - devrait sortir comme le prochain James Bond au printemps 2021, même s'il n'est toujours pas daté. En attendant, vous po...

L’Ombre de Staline, à voir en Vod

Un dernier film en Vod avant la réouverture des cinémas ? Puisqu'il fait froid, autant partir pour les grands froids soviétiques avec L'Ombre de Staline, thriller historique levant le voile sur l'Holomodor, l'extermination par la faim décidée par le régime stalinien. Haletant et ...

Philippe Decou­flé fait le show en ligne

C’est un des spectacles les plus époustouflants qu’on avait vu à la Maison de la danse ces dernières années. Créé en 2016, Contact est désormais disponible en intégralité gratuitement sur Numeridanse, le site de référence qui permet d'entrer dans la ronde chorégraphique et qui vi...

Le charme à la Lyon­naise

C'est le parc de la Métropole qui allie le mieux nature, patrimoine et botanique. Situé dans l'ouest lyonnais, le domaine de Lacroix-Laval plaît autant aux amoureux de la nature avec ses bois et clairière qu'aux sportifs avec son parcours santé ou encore aux enfants qui peuvent f...

La techno en fanfare

Brass band. Techno marching band. ça aurait pu être une blague du club de musique du lycée : reprendre tous les tubes de la musique techno version fanfare, comme un pied de nez à cette musique qui a mis les instruments traditionnels au placard. Mais c’est devenu un petit phénomèn...

Une vie cachée : grand film pour héros ordi­naire

Cinéma d'auteur. Après des derniers films décevants (Song to Song), Terrence Malick opère un retour aux sources de son cinéma en s’inspirant de la vie de Franz Jägerstätter, un paysan autrichien qui refusa de prêter allégeance à Hitler. Bien entendu, ici, il n’y a ni combats ni b...