Sortir à Lyon
Partager cet article :

Amour et rock’n’­roll en Russie

On a un instant l’im­pres­sion d’as­sis­ter à un film de beat­nik de l’Est avec caméra en stea­dy­cam qui suit ses person­nages en train de s’en­nuyer. On s’aperçoit qu’il s’agit d’une fausse piste lorsqu’ap­pa­raissent les grif­fon­nages eigh­ties sur l’image elle-même, comme une mini-comé­die musi­cale dessi­née. C’est la première bonne idée de Leto : inven­ter une narra­tion origi­nale par la musique. Après Le Disciple, son premier film, Sere­bren­ni­kov ose tout pour créer des formes avec la même liberté d’es­prit que ses person­nages : recréa­tion des musiques d’époque comme dans le Velvet Gold­mine de Todd Haynes, superbes séquences de musique filmée et irré­sis­tible comé­die musi­cale dans un bus avec The Passen­ger d’Iggy Pop chanté par des quidams… russes !

Car Leto ne se contente pas d’être impres­sion­niste, encore moins réaliste. Il met en scène une époque mécon­nue de la new wave russe – cet exotisme de l’Union sovié­tique lorgnant vers le rock occi­den­tal – en nous immer­geant dans toute son éner­gie, captant tout le senti­ment éphé­mère de cette bulle de rock écla­tée à l’Est, jusqu’à un magni­fique géné­rique de fin inscri­vant les dates des person­nages réels pour leur rendre hommage. Il termi­nera sur le minois sublime d’Irina Star­shen­baum, incar­nant la véri­table Nata­lya dont le film aura adapté les mémoires.

Pied de nez à la censure dans une scène de Leto.

En filmant les rêves de ses person­nages qui n’au­ront pas pu les vivre, le film rend grâce à une époque révo­lue, passant du noir et blanc à la couleur, d’un groupe à l’autre, de la recons­ti­tu­tion histo­rique à la soif d’ima­gi­naire, avec un pied de nez à la censure qui fait la marque d’un grand metteur en scène. D’au­tant que Kirill Sere­bren­ni­kov est actuel­le­ment toujours pour­chas­sée par la justice russe sous des prétextes falla­cieux… Mais par dessus tout, à travers l’amour à trois consenti de ceux qui restent des ados sans alcool aux paroles aussi bêtes que celles de Lou Reed, Leto est un hymne au bonheur d’ai­mer et à la simpli­cité de vivre, ravi­vant l’es­prit rock resté tapi sous le joug de l’em­pire sovié­tique. Une ode à l’amour ingénu de la musique comme à l’amour tout court qui capte le feu d’une géné­ra­tion oubliée. Bref, un des grands films russes de ces dernière années, léger et anti-confor­miste, à savou­rer en plein été au cœur du « Summer Camp » du Zola, la plus elle program­ma­tion ciné­phile des vacances. Rock’n­roll.

Leto de Kirill Serbren­ni­kov (2018, Rus, 2h06) avec Teo Yoo, Irina Star­shen­baum, Roman Bilyk… Samedi 1er août à 20h45 et dimanche 2 août à 18h au Zola à Villeur­banne. Toute la program­ma­tion du « Summer Camp » du Zola << ici >>.

Le Dernier duel de Ridley Scott

Ridley Scott s’attèle au dernier duel connu en France entre Jacques Le Gris et Jean de Carrouges en 1386, le second accusant le premier d’avoir violé sa jeune épouse, suite au témoignage de celle-ci. Le matériau de départ est splendide, la maestria à reconstituer la France du Moy...

Est-ce la peine d’al­ler voir Eiffel ?

Si vous avez un jour rêvé d’une histoire d’amour sous la tour Eiffel, vous pouvez toujours tenter ce drôle de biopic qui reconstitue la préquelle de la tour la plus célèbre du monde... à partir d’un amour empêché en Gironde à la fin du XIXe siècle. Gustave aimait Adrienne (avec u...

On a vu le nouveau James Bond en 4DX

N’écoutez pas les oiseaux de mauvais augure qui ont dû souffrir de trop attendre ce 007, tourné il y a deux ans... Il y a tout dans le dernier James Bond : le prologue italien (au féminin) le plus long de la saga, un générique splendide dans les ruines romaines sous-marines, des ...