Sortir à Lyon
Partager cet article :

« Tenet » : effa­cer l’his­to­rique !

Chris­to­pher Nolan a toujours aimé à la fois les scènes d’ac­tion les plus réalistes possibles (Dunkerque), usant le moins possible d’images synthé­tiques, mais en les plon­geant au milieu des scéna­rios les plus alam­biqués possibles, si possible en multi­pliant les faux-semblants les allers-retours dans le temps (Memento, Le Pres­tige). De ce point de vue Tenet est bien du pur Nolan, block­bus­ter mâtiné d’ob­ses­sions tech­niques et de vertiges tempo­rels.

La bonne nouvelle, c’est qu’on retrouve enfin sur grand écran des scènes d’ac­tion épous­tou­flantes, filmées avec la plus grande maes­tria visuelle dans pratique­ment dans tous les envi­ron­ne­ments et dans tous les styles : baston mains nues, guerre, atten­tat au concert, pour­suite en voilier, bataille dans le ciel et même une cascade en voiture un peu parti­cu­lière en effet, qu’on vous laisse décou­vrir… La moins bonne, c’est que le prétexte scéna­ris­tique (« tenet » veut dire « précepte ») pour les mettre en scène devient de plus en plus vaseux. Ce n’est plus Incep­tion mais Inver­sion et dans sa dernière heure, le film accu­mule jusqu’à la satu­ra­tion les apho­rismes foireux (« le monde est en clair-obscur« , « chaque géné­ra­tion lutte pour sa survie« ) et les concepts creux (« étau tempo­rel« , « entro­pie« ), parti­cu­liè­re­ment dans la bouche de l’or­dure parfaite incar­née par Kenneth Bran­nagh (avec l’ac­cent russe, atten­tion on est dans la nouvelle « Guerre froide » de la « Troi­sième guerre mondiale », WTF). Le musique fran­che­ment pénible de Ludwig Görans­son est à l’ave­nant, remplaçant à mauvais escient Hans Zimmer, le compo­si­teur inspiré des précé­dents films de Nolan.

Le puri­ta­nisme qui exclut toute sensua­lité dans cette intrigue d’un couple brisé par un prota­go­niste noir (JD Washing­ton, le fils de Denzel) finit de nous rappe­ler que sous le luxe tech­nique, ce Tenet n’est malheu­reu­se­ment qu’un pur produit holly­woo­dien de plus, un James Bond céré­bral se prenant sévè­re­ment au sérieux, relé­guant un peu trop rapi­de­ment son humour british et Robert Pattin­son, sous-employé, pour raccro­cher les grosses ficelles d’an­tan : une mère qui veut sauver son fils et un soldat qui veut sauver le monde. S’il « sauve » les entrées des ciné­mas pour cette fin d’été, ce sera déjà pas mal…

Tenet de Chris­to­pher Nolan (EU, 2h30) avec John David Washing­ton, Eliza­beth Debi­cki, Kenneth Bran­nagh, Robert Pattin­son, Clémence Poésy… Dans la plupart des ciné­mas (Pathé, UGC, CGR, Lumière)…

Slalom, le + beau film de la rentrée

Longtemps repoussé, le premier film de Charlène Favier tourné en Savoie sort enfin pour la réouverture des salles le 19 mai prochain. Un sujet brûlant (l'emprise d'un coach sur une jeune skieuse), la révélation d'une cinéaste subtile qui mise sur la complexité des personnages... ...

Le grand projet disco­gra­phique de l’ONL

à peine arrivé depuis septembre à l’Auditorium, que le nouveau directeur musical Nikolaj Szeps-Znaider a déjà lancé un projet artistique d’une ampleur digne des grandes heures d’Emmanuel Krivine. Malgré l’absence de public (pas merci Roselyne), il a d'abord travaillé en orfèvre l...

Le quatuor Debussy fait son cinéma

Notre quatuor croix-roussien préféré a toujours pris la musique au sérieux quand il s'agit de la partager, que ce soit avec les grands noms de la danse (Mourad Merzouki, Circa ou Anne Teresa de Keersameker), ou les plus belles âmes de la chanson d'aujourd'hui (Yael Naïm ou Keren ...

Inté­ri­maire infil­trée

Il y a le flux ininterrompu du JT et les mots qui finissent par ne plus vouloir rien dire à force d’être répétés en boucle sur toutes les chaînes : crise, chômage, précarité, RSA… Et puis il y a ceux qui vont tâter sur place la réalité de ces mots. Dans Le Quai de Ouistreham, la ...