Sortir à Lyon
Partager cet article :

« Tenet » : effa­cer l’his­to­rique !

Chris­to­pher Nolan a toujours aimé à la fois les scènes d’ac­tion les plus réalistes possibles (Dunkerque), usant le moins possible d’images synthé­tiques, mais en les plon­geant au milieu des scéna­rios les plus alam­biqués possibles, si possible en multi­pliant les faux-semblants les allers-retours dans le temps (Memento, Le Pres­tige). De ce point de vue Tenet est bien du pur Nolan, block­bus­ter mâtiné d’ob­ses­sions tech­niques et de vertiges tempo­rels.

La bonne nouvelle, c’est qu’on retrouve enfin sur grand écran des scènes d’ac­tion épous­tou­flantes, filmées avec la plus grande maes­tria visuelle dans pratique­ment dans tous les envi­ron­ne­ments et dans tous les styles : baston mains nues, guerre, atten­tat au concert, pour­suite en voilier, bataille dans le ciel et même une cascade en voiture un peu parti­cu­lière en effet, qu’on vous laisse décou­vrir… La moins bonne, c’est que le prétexte scéna­ris­tique (« tenet » veut dire « précepte ») pour les mettre en scène devient de plus en plus vaseux. Ce n’est plus Incep­tion mais Inver­sion et dans sa dernière heure, le film accu­mule jusqu’à la satu­ra­tion les apho­rismes foireux (« le monde est en clair-obscur« , « chaque géné­ra­tion lutte pour sa survie« ) et les concepts creux (« étau tempo­rel« , « entro­pie« ), parti­cu­liè­re­ment dans la bouche de l’or­dure parfaite incar­née par Kenneth Bran­nagh (avec l’ac­cent russe, atten­tion on est dans la nouvelle « Guerre froide » de la « Troi­sième guerre mondiale », WTF). Le musique fran­che­ment pénible de Ludwig Görans­son est à l’ave­nant, remplaçant à mauvais escient Hans Zimmer, le compo­si­teur inspiré des précé­dents films de Nolan.

Le puri­ta­nisme qui exclut toute sensua­lité dans cette intrigue d’un couple brisé par un prota­go­niste noir (JD Washing­ton, le fils de Denzel) finit de nous rappe­ler que sous le luxe tech­nique, ce Tenet n’est malheu­reu­se­ment qu’un pur produit holly­woo­dien de plus, un James Bond céré­bral se prenant sévè­re­ment au sérieux, relé­guant un peu trop rapi­de­ment son humour british et Robert Pattin­son, sous-employé, pour raccro­cher les grosses ficelles d’an­tan : une mère qui veut sauver son fils et un soldat qui veut sauver le monde. S’il « sauve » les entrées des ciné­mas pour cette fin d’été, ce sera déjà pas mal…

Tenet de Chris­to­pher Nolan (EU, 2h30) avec John David Washing­ton, Eliza­beth Debi­cki, Kenneth Bran­nagh, Robert Pattin­son, Clémence Poésy… Dans la plupart des ciné­mas (Pathé, UGC, CGR, Lumière)…

Le boom des librai­ries indé­pen­dantes

L'exception culturelle, ce sont elles. Alors que le cinéma ou les musées enregistraient sur 2019 une perte de fréquentation abyssale de l'ordre de – 70 %, les librairies, elles, se maintenaient autour de – 3% de moyenne au niveau national. Une forme de stabilité déjà inespérée, m...

Petit pays de Gaël Faye sort en Vod

Adapter le best-seller est une gageure et les premières minutes de Petit Pays, qui sort aujourd'hui en Vod, nous ont fait un peu peur. Le réalisateur reste parfois un peu trop prisonnier des scènes du roman, comme celle du vélo, presque inutile dans son adaptation. Mais malgré un...

A dada sur mon traî­neau à Avoriaz

Familial, ludique, dépaysant… Le ski joëring est l’activité de glisse la plus originale pour continuer de profiter de la montagne à tous crins, même quand les remontées sont fermées. Le principe est simple : de la neige, des skis et un cheval attelé pour tracter les skieurs sur d...

Cinéma : 2021, année de tous les dangers

Avant la chute vertigineuse des entrées en 2020 (-70% en moyenne, Covid oblige), on avait laissé le marché lyonnais des salles de cinéma sur une bonne tendance : augmentation générale de près de 5%, avec un retour marqué vers les cinémas de proximité : en 2019, c'était une augmen...

Nouvelle gale­rie à la Croix-Rousse

C'est une galerie format mouchoir de poche, répondant au doux nom deLa taille de mon âme qui a ouvert début décembre place Bertone à la Croix-Rousse. En plus d’avoir eu le courage de lancer leur projet en pleine pandémie, Dominique et Guillaume Ducongé ont opté pour une ligne dir...

Mets tes bottes pour Kinky Boots !

Bottes de sept lieues « This boots are made for walking », chantait Nancy Sinatra. Pas sûr que vous alliez bien loin propulsé sur des talons aiguilles de 12 centimètres sans vous tordre la cheville, surtout si c’est votre première fois. En même temps, personne ne vous a demand...

N’al­lez pas à Tataouine !

Poussif. Il y a des premiers films qui mangent à tous les rateliers du malheur pour mieux se faire remarquer : terrorisme, enfant malade, guerre en Lybie et dons d'organe, ça fait beaucoup pour un seul « Fils ». Surtout quand l'essentiel du film consiste à enfermer un couple en p...