Sortir à Lyon
Partager cet article :

A l’ombre de 2 jeunes filles en fleurs

Adolescentes, un documentaire de Sébastien Lifshitz.

Le nouveau docu­men­taire de Sébas­tien Lifshitz ressemble à un pari un peu fou : conden­ser en deux heures les cinq années durant lesquelles il s’est incrusté dans le quoti­dien de deux adoles­centes, pour en garder la substan­ti­fique moelle. En résulte un docu­men­taire épuré et déli­cat, sans commen­taires ni prise de parole face caméra, qui nous plonge dans la vie quoti­dienne, à l’école et à la maison, de deux ados d’aujourd’­hui aux tempé­ra­ments diamé­tra­le­ment oppo­sés : la fantasque Anaïs, aussi effron­tée que séduc­trice, et Emma, plus réser­vée, qui traîne avec elle une douce mélan­co­lie. Cadrant au plus près chaque jeune fille à mesure qu’a­vance le film et qu’il gagne leur confiance, Sébas­tien Lifshitz construit son docu­men­taire à coup d’el­lipses tempo­relles pour mieux saisir le passage du temps et dire l’es­sen­tiel de ces années où l’on se construit. Alors que le montage, intel­li­gent et sensible, révèle toute la drôle­rie des deux ados que le réali­sa­teur filme toujours avec tendresse.

Chro­nique sociale

Mais au-delà de ces deux portraits, Adoles­centes ressemble surtout à une chro­nique sociale : comme dans ses précé­dents docu­men­taires, Lifshitz mêle l’in­time au poli­tique. D’em­blée les jeunes filles sont filmées au sein de leurs milieux fami­liaux, tota­le­ment oppo­sés, et on comprend à quel point cela va peser sur leur choix d’orien­ta­tion, notam­ment pour Anaïs dont la vie dépasse la fiction et qui nous bluffe par sa vita­lité et sa prise de matu­rité. C’est toute la réus­site de ce docu­men­taire, qui tient autant à son point de vue de réali­sa­tion qu’à ses deux prota­go­nistes touchantes, auxquelles on finit par s’at­ta­cher, comme si on faisait partie de leur entou­rage.

Adoles­centes. Docu­men­taire de Sébas­tien Lifshitz (Fr, 2h15). Sortie le 9 septembre au Lumière Belle­cour, à l’UGC Ciné Cité inter­na­tio­nale et au Ciné Tobog­gan.

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...

Annette,comé­die musi­cale pour faire chan­ter #MeToo

Le premier problème d’Annette, c’est... Annette (le rôle, qu’on vous laissera découvrir). Le deuxième, c’est la musique des Sparks, à l'origine du film, ce qui est quand même ballot pour une comédie musicale. L'ambition était sans doute trop grande pour eux : après une belle ouve...