Sortir à Lyon
Partager cet article :

A l’ombre de 2 jeunes filles en fleurs

Adolescentes, un documentaire de Sébastien Lifshitz.

Le nouveau docu­men­taire de Sébas­tien Lifshitz ressemble à un pari un peu fou : conden­ser en deux heures les cinq années durant lesquelles il s’est incrusté dans le quoti­dien de deux adoles­centes, pour en garder la substan­ti­fique moelle. En résulte un docu­men­taire épuré et déli­cat, sans commen­taires ni prise de parole face caméra, qui nous plonge dans la vie quoti­dienne, à l’école et à la maison, de deux ados d’aujourd’­hui aux tempé­ra­ments diamé­tra­le­ment oppo­sés : la fantasque Anaïs, aussi effron­tée que séduc­trice, et Emma, plus réser­vée, qui traîne avec elle une douce mélan­co­lie. Cadrant au plus près chaque jeune fille à mesure qu’a­vance le film et qu’il gagne leur confiance, Sébas­tien Lifshitz construit son docu­men­taire à coup d’el­lipses tempo­relles pour mieux saisir le passage du temps et dire l’es­sen­tiel de ces années où l’on se construit. Alors que le montage, intel­li­gent et sensible, révèle toute la drôle­rie des deux ados que le réali­sa­teur filme toujours avec tendresse.

Chro­nique sociale

Mais au-delà de ces deux portraits, Adoles­centes ressemble surtout à une chro­nique sociale : comme dans ses précé­dents docu­men­taires, Lifshitz mêle l’in­time au poli­tique. D’em­blée les jeunes filles sont filmées au sein de leurs milieux fami­liaux, tota­le­ment oppo­sés, et on comprend à quel point cela va peser sur leur choix d’orien­ta­tion, notam­ment pour Anaïs dont la vie dépasse la fiction et qui nous bluffe par sa vita­lité et sa prise de matu­rité. C’est toute la réus­site de ce docu­men­taire, qui tient autant à son point de vue de réali­sa­tion qu’à ses deux prota­go­nistes touchantes, auxquelles on finit par s’at­ta­cher, comme si on faisait partie de leur entou­rage.

Adoles­centes. Docu­men­taire de Sébas­tien Lifshitz (Fr, 2h15). Sortie le 9 septembre au Lumière Belle­cour, à l’UGC Ciné Cité inter­na­tio­nale et au Ciné Tobog­gan.

Le boom des librai­ries indé­pen­dantes

L'exception culturelle, ce sont elles. Alors que le cinéma ou les musées enregistraient sur 2019 une perte de fréquentation abyssale de l'ordre de – 70 %, les librairies, elles, se maintenaient autour de – 3% de moyenne au niveau national. Une forme de stabilité déjà inespérée, m...

Petit pays de Gaël Faye sort en Vod

Adapter le best-seller est une gageure et les premières minutes de Petit Pays, qui sort aujourd'hui en Vod, nous ont fait un peu peur. Le réalisateur reste parfois un peu trop prisonnier des scènes du roman, comme celle du vélo, presque inutile dans son adaptation. Mais malgré un...

A dada sur mon traî­neau à Avoriaz

Familial, ludique, dépaysant… Le ski joëring est l’activité de glisse la plus originale pour continuer de profiter de la montagne à tous crins, même quand les remontées sont fermées. Le principe est simple : de la neige, des skis et un cheval attelé pour tracter les skieurs sur d...

Cinéma : 2021, année de tous les dangers

Avant la chute vertigineuse des entrées en 2020 (-70% en moyenne, Covid oblige), on avait laissé le marché lyonnais des salles de cinéma sur une bonne tendance : augmentation générale de près de 5%, avec un retour marqué vers les cinémas de proximité : en 2019, c'était une augmen...

Nouvelle gale­rie à la Croix-Rousse

C'est une galerie format mouchoir de poche, répondant au doux nom deLa taille de mon âme qui a ouvert début décembre place Bertone à la Croix-Rousse. En plus d’avoir eu le courage de lancer leur projet en pleine pandémie, Dominique et Guillaume Ducongé ont opté pour une ligne dir...

Ozon raconte son « Eté 85 »

Après Grâce à Dieu, sorti l’année dernière et tourné à Lyon, François Ozon adapte le roman d’Aidan Chambers, Dance on my grave (La Danse du coucou en français). Une romance adolescente entre deux garçons qui balance entre conte d’été et polar.   D’où vous est venue l’envie d’a...

Au vert avec vue sur Four­vière

Balade. Vous avez envie d’admirer Fourvière au calme ? Mettez le cap sur l’Ouest lyonnais ! Le départ se fait au niveau du complexe sportif de Saint-Genis-les-Ollières, au bout de la rue de Méginand, pour une escapade de deux heures dans les vallons Saint-Genois. Après avoir foul...