Sortir à Lyon
Partager cet article :

Maîtresse et esclave de l’amour

En toute discré­tion, Laure Calamy s’est impo­sée comme un second rôle incon­tour­nable du cinéma français, à chaque fois surpre­nante, rieuse et insai­sis­sable dans les comé­dies, vulné­rable en amie soli­taire de Made­moi­selle de Joncquières, ou mécon­nais­sable en mère dépres­sive dans Ava. Avec cette Antoi­nette, elle tient le haut de l’af­fiche dans un rôle complet qui lui permet de conju­guer tous ses talents, avec un natu­rel confon­dant. Maîtresse d’école en robe à paillettes pour chan­ter avec les enfants de sa classe dans la géniale ouver­ture du film, elle part en rando sans d’autre refuge que la beauté de la nature céve­nole et le compa­gnon­nage d’un âne au prénom trou­blant, Patrick, qui adore qu’on lui raconte des histoi­res… Séduc­trice plus amou­reuse qu’elle en a l’air qui s’ef­fondre en larmes sur un mambo quand elle se rend compte qu’elle vient de rater sa semaine d’amour avec son amant, elle est de tous les plans. Radieuse et dési­rable, habi­tée de senti­ments trop grands pour elle, à fleur de peau jusqu’à la perdi­tion, elle est aussi drôle que pathé­tique, émou­vante que sexy. Bref, la première raison valable pour reprendre les César en 2021, c’est de donner celui de la meilleur actrice à Laure Calamy.

Laure Calamy et Benja­min Lavernhe.

Le chemin vers l’autre

Mais Antoi­nette dans les Cévennes ne se limite pas à une parti­tion idéale pour son actrice prin­ci­pale. Sur les traces de Robert Louis Steven­son, Caro­line Vignal croise la beauté perma­nente des paysages avec un drôle de buddy movie avec âne, « Patrick » deve­nant un person­nage à part entière. La construc­tion à surprises d’un scéna­rio qu’on vous laisse décou­vrir, dépasse le seul road movie pour appro­fon­dir encore son person­nage, Peu à peu, le film se meut en cache-cache amou­reux entre une femme et son amant sur les sentiers de randon­née, avec des seconds rôles jubi­la­toires (Marc Fraize, Benja­min Lavernhe ou Olivia Côte, le plus surpre­nante de tous).

C’est bien du chemi­ne­ment amou­reux dont il est ques­tion dans cette Antoi­nette, et des alliés insoupçon­nés qu’on y découvre, de la compli­cité des gens de passage (formi­dable couple du refuge), au secours de la nature ou du galbe d’un âne pour dormir à la belle étoile. Après Effa­cer l’his­to­rique (lire notre critique << ici >>), le salut de cette rentrée ciné­ma­to­gra­phique provient déci­dé­ment de la comé­die française, plus profonde qu’elle n’en a l’air. Tant mieux.

Antoi­nette dans les Cévennes de Caro­line Vignal (Fr, 1h36) avec Laure Calamy, Benja­min Lavernhe, Olivia Côte, Marc Fraize, Matthieu Sampeur… Sortie le 16 septembre dans la plupart des ciné­mas lyon­nais : UGC, Pathé, Lumière Terreaux, Méga CGR Brignais, Ciné Mour­guet, Cinéma Para­diso Saint-Martin-eh Haut, Les 400 coups à Ville­fran­che…

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...

Annette,comé­die musi­cale pour faire chan­ter #MeToo

Le premier problème d’Annette, c’est... Annette (le rôle, qu’on vous laissera découvrir). Le deuxième, c’est la musique des Sparks, à l'origine du film, ce qui est quand même ballot pour une comédie musicale. L'ambition était sans doute trop grande pour eux : après une belle ouve...