Sortir à Lyon

Maîtresse et esclave de l’amour

En toute discré­tion, Laure Calamy s’est impo­sée comme un second rôle incon­tour­nable du cinéma français, à chaque fois surpre­nante, rieuse et insai­sis­sable dans les comé­dies, vulné­rable en amie soli­taire de Made­moi­selle de Joncquières, ou mécon­nais­sable en mère dépres­sive dans Ava. Avec cette Antoi­nette, elle tient le haut de l’af­fiche dans un rôle complet qui lui permet de conju­guer tous ses talents, avec un natu­rel confon­dant. Maîtresse d’école en robe à paillettes pour chan­ter avec les enfants de sa classe dans la géniale ouver­ture du film, elle part en rando sans d’autre refuge que la beauté de la nature céve­nole et le compa­gnon­nage d’un âne au prénom trou­blant, Patrick, qui adore qu’on lui raconte des histoi­res… Séduc­trice plus amou­reuse qu’elle en a l’air qui s’ef­fondre en larmes sur un mambo quand elle se rend compte qu’elle vient de rater sa semaine d’amour avec son amant, elle est de tous les plans. Radieuse et dési­rable, habi­tée de senti­ments trop grands pour elle, à fleur de peau jusqu’à la perdi­tion, elle est aussi drôle que pathé­tique, émou­vante que sexy. Bref, la première raison valable pour reprendre les César en 2021, c’est de donner celui de la meilleur actrice à Laure Calamy.

Laure Calamy et Benja­min Lavernhe.

Le chemin vers l’autre

Mais Antoi­nette dans les Cévennes ne se limite pas à une parti­tion idéale pour son actrice prin­ci­pale. Sur les traces de Robert Louis Steven­son, Caro­line Vignal croise la beauté perma­nente des paysages avec un drôle de buddy movie avec âne, « Patrick » deve­nant un person­nage à part entière. La construc­tion à surprises d’un scéna­rio qu’on vous laisse décou­vrir, dépasse le seul road movie pour appro­fon­dir encore son person­nage, Peu à peu, le film se meut en cache-cache amou­reux entre une femme et son amant sur les sentiers de randon­née, avec des seconds rôles jubi­la­toires (Marc Fraize, Benja­min Lavernhe ou Olivia Côte, le plus surpre­nante de tous).

C’est bien du chemi­ne­ment amou­reux dont il est ques­tion dans cette Antoi­nette, et des alliés insoupçon­nés qu’on y découvre, de la compli­cité des gens de passage (formi­dable couple du refuge), au secours de la nature ou du galbe d’un âne pour dormir à la belle étoile. Après Effa­cer l’his­to­rique (lire notre critique << ici >>), le salut de cette rentrée ciné­ma­to­gra­phique provient déci­dé­ment de la comé­die française, plus profonde qu’elle n’en a l’air. Tant mieux.

Antoi­nette dans les Cévennes de Caro­line Vignal (Fr, 1h36) avec Laure Calamy, Benja­min Lavernhe, Olivia Côte, Marc Fraize, Matthieu Sampeur… Sortie le 16 septembre dans la plupart des ciné­mas lyon­nais : UGC, Pathé, Lumière Terreaux, Méga CGR Brignais, Ciné Mour­guet, Cinéma Para­diso Saint-Martin-eh Haut, Les 400 coups à Ville­fran­che…

Ondine, le plus beau film de la rentrée

Tous ses films parlent d'amour, mais en parlent comme aucun autre. Dans Transit, Christian Petzold mettait en scène sans prévenir un court récit de 1940 dans le monde d'aujourd'hui, comme si tous les enjeux de la Seconde Guerre mondiale (réfugiés, persécution, Résistance) venaien...

A l’aise, la Taren­tai­se…

Rando facile, hameau montagnard aux chalets anciens du XVIIIe ou lacs aux eaux diaphanes reflétant le ciel, tout est beau en Haute Tarentaise ! Entre glaciers, cols et sommets, c'est une vallée qui a su conserver son empreinte sauvage. Une rando des plus faciles vous conduira ver...

Triste comme du Beau­pain

Chanson. Si la mélancolie c'est le bonheur d'être triste, s'il y en a un qui doit être sacrément heureux, c'est bien Alex Beaupain. Avec son air de ne pas y toucher, il est curieux, Alex. Dans ses chansons, il est tout le temps amoureux, et pourtant il ne va jamais bien. Ça nous ...