Sortir à Lyon
Partager cet article :

La valse de la jalou­sie

Dans une inter­view récente au Monde, Karine Viard confiait qu’elle aimait “maltrai­ter les bour­geoises en tant qu’ac­trice”. Et on la croit volon­tiers au vu du plai­sir qu’elle prend dans le dernier film de Marc Fitoussi à perdre une fois de plus un person­nage de bour­geoise qui collec­tionne les carrés de soie. Avec toute la maes­tria qu’on lui connaît, l’ac­trice sait jouer toutes les nuances de senti­ment lorsque son person­nage découvre que son chef d’or­chestre de mari (Benja­min Biolay) a une maîtresse, passant alors de la suspi­cion, au senti­ment d’aban­don puis à la jalou­sie et au plai­sir de vengeance. Toujours sur le fil du rasoir, la grande Karine appa­raît tour à tour terri­fiante ou fragile. Fitoussi ne pouvait rêver meilleure inter­prète pour ce film sur le déses­poir d’une parve­nue qui souhaite conser­ver l’amour de son mari autant que sa place dans le petit cercle très fermé d’ex­pa­triés instal­lés à Vienne. Jeux de regard, jeux des appa­rences, jeux de pouvoir, dans cet univers bour­geois où chacun a un secret à cacher, on pense forcé­ment à Chabrol. Fitoussi parvient à bros­ser le portrait glacé d’une certaine société toujours en repré­sen­ta­tion, sans pour autant sacri­fier la nuance des senti­ments. Un film très clas­sique et agréable à regar­der, qui perd malheu­reu­se­ment de son effi­ca­cité et de sa noir­ceur à cause d’une fin trop diluée.

Les Appa­rences de Marc Fitoussi (Fr, 1h50). Avec Karin Viard, Benja­min Biolay, Lucas Englan­der… Sortie le 23 septembre dans les ciné­mas Pathé Belle­cour, Vaise, Carré de Soie, UGC Confluen­ce…

Vincent Lacoste et la jeune fille

Vincent Lacoste n’est pas seulement un acteur de comédie. Vous pouvez d’ailleurs voir actuellement Mes jours de gloire sur Canal +, joli premier film sur la dépression pour lequel on l’avait rencontré (lire l’entretien << ici >>). Avec Amanda, il trouvait son plus beau rôle drama...

Camille chante et danse à Four­vière

C’est LA chorégraphe sud-africaine qui a bousculé tous les codes du corps et des représentations du spectacle vivant depuis les années 2000, et ce, du hip-hop à l’opéra. Volontiers provocatrice mais toujours énergique, ludique et pleine de dérision, Robyn Orlin n’a jamais hésité ...

40 ans de Jazz à Vienne: c’est parti !

La voilà la bonne nouvelle, tombée le temps d'un Facebook live : "La configuration du Théâtre Antique de Vienne permet aujourd'hui à Jazz à Vienne d’envisager des concerts cet été." On vous avait déjà alléché en avant-première avec la plupart des noms de cette 40e édition et la n...

Le + beau portrait de femme de 2020

La scène d’ouverture est à vous faire des noeuds à l’estomac: un long plan-séquence qui voit basculer la vie ordinaire d’une mère dans l’horreur. Alors qu’elle est chez elle à Barcelone, Elena reçoit un appel de son fils de 6 ans parti en vacances avec son père. L’enfant est perd...

Binoche, potiche de « La Bonne épouse »

Ne commencez peut-être pas votre confinement avec ce film-là... Toujours est-il que "La Bonne épouse", fausse satire et vrai film réactionnaire sort en Vod pour l'occasion... Juliette Binoche ne joue pas dans des « comédies », elle joue dans des « comédies d’auteur ». Après Ma...