Sortir à Lyon
Partager cet article :

Les gamins des Dardenne

En atten­dant l’ou­ver­ture du festi­val Lumière, toujours prévue le 10 octobre, Fabrice Calzet­toni de l’Ins­ti­tut Lumière a la bonne idée de présen­ter en avant-première Le Gamin au vélo, le film le plus acces­sible et le plus lumi­neux des Dardenne.

On oublie souvent à quel point le cinéma des frères Dardenne parle de la jeunesse : RosettaLa Fille incon­nue ou Le Silence de Lorna sont avant tout l’his­toire de jeunes héroïnes. Ils ont aussi et surtout filmer à hauteur d’en­fant, mettant très souvent en scène la très jeune délinquance, comme dans leur dernier film, Le Jeune Ahmed. C’était déjà le cas dans La Promesse, le film qui les a fait connaître il y a 25 ans, dans lequel le jeune Jéré­mie Renier se retrou­vait confronté au trafic d’im­mi­grés que pratique son père pour gagner son pain ; ou encore dans Le Fils, réflexion chré­tienne à la profon­deur abys­sale d’un menui­sier enga­geant comme apprenti le meur­trier de son enfant, âgé d’à peine 11 ans à l’époque des faits. Ils abor­de­ront même avec une tendresse infi­nie la commer­cia­li­sa­tion des bébés sur fond de préca­rité dans L’En­fant, sujet rare­ment traité au cinéma qui leur vaudra une seconde Palme d’Or archi-méri­tée.

Jéré­mie Renier et Thomas Doret père et fils dans Le Gamin au vélo des frères Dardenne.

Mais c’est avec Le Gamin au vélo qu’ils signe­ront leur film le plus lumi­neux, filmant les couleurs Chupa Chups de la vogue et même les bords de l’eau, pour accom­pa­gner un pré-ado, aban­donné par un père absent qu’il tente en vain de reconqué­rir (Jéré­mie Renier, toujours lui). C’est la douceur mater­nelle d’une coif­feuse (Cécile de France) qui finira par prendre soin de cette boule de nerfs à vif, jusqu’à une des scènes les plus osées de leur cinéma, en forme de résur­rec­tion. Aussi âpre soit le cinéma des frères Belges, le pardon, la répa­ra­tion et l’es­poir laissé à la jeunesse auront toujours été au cœur de leur cinéma, profon­dé­ment frater­nel et huma­niste. Une bonne piqûre de rappel en atten­dant leur rétros­pec­tive (inté­grale) pendant le festi­val. L.H.

En atten­dant le prix Lumière. Mercredi 30 septembre à l’Ins­ti­tut Lumière, Lyon 8e.

18h30 : ciné-confé­rence Luc et Jean-Pierre Dardenne, par Fabrice Calzet­toni

20h30 : projec­tion Le Gamin au vélo des frères Dardenne (2011, 1h27). Rensei­gne­ments << ici >>.

Bien­tôt : Festi­val Lumière, du 10 au 18 octobre. Prix Lumière à Luc et Jean-Pierre Dardenne, avec une inté­grale de leurs films.

Le Dernier duel de Ridley Scott

Ridley Scott s’attèle au dernier duel connu en France entre Jacques Le Gris et Jean de Carrouges en 1386, le second accusant le premier d’avoir violé sa jeune épouse, suite au témoignage de celle-ci. Le matériau de départ est splendide, la maestria à reconstituer la France du Moy...

Est-ce la peine d’al­ler voir Eiffel ?

Si vous avez un jour rêvé d’une histoire d’amour sous la tour Eiffel, vous pouvez toujours tenter ce drôle de biopic qui reconstitue la préquelle de la tour la plus célèbre du monde... à partir d’un amour empêché en Gironde à la fin du XIXe siècle. Gustave aimait Adrienne (avec u...

On a vu le nouveau James Bond en 4DX

N’écoutez pas les oiseaux de mauvais augure qui ont dû souffrir de trop attendre ce 007, tourné il y a deux ans... Il y a tout dans le dernier James Bond : le prologue italien (au féminin) le plus long de la saga, un générique splendide dans les ruines romaines sous-marines, des ...