Sortir à Lyon
Partager cet article :

De si petits mensonges

Vous êtes curieux de savoir à quoi ressemble le cinéma bulgare? Eh bien il est à peu près aussi âpre, sec et incon­for­table que son voisin le cinéma roumain, avec là aussi, de vraies quali­tés esthé­tiques. Prenez Sister, le second long métrage de la Bulgare Svetla Tsot­sor­kova. Ça commence comme la mauvaise blague d’une enfant espiègle avant de virer aux mélo fami­lial sur fond de misère sociale, sans pleurs ni violon.

Le film est porté par le visage tran­chant comme une lame de couteau et les yeux bleus aciers de Rayna, la cadette fran­che­ment flip­pante. Chaque jour, devant le stand de pote­rie qu’elle tient avec sa mère et sa soeur, l’ado s’in­vente une tragé­die fami­liale pour apitoyer les clients, racon­tant à chaque fois des mytho de plus en plus gros.

Sister, film bulgare de Svetla Tsotsorkova

Comme souvent, le mensonge est là pour combler un vide. Enfer­mées sur elles-mêmes, comme enli­sées dans la boue qu’elles travaillent, les trois femmes n’ar­rivent à commu­niquer que de façon brutale. Seule la rumeur inces­sante de la route qui borde la maison fait office de point de fuite. Alors pour briser la mono­to­nie du quoti­dien, Rayna ne peut s’em­pê­cher de mentir. Jusqu’au jour où elle va trop loin et blesse sa soeur.

Anti­pa­thique

Pour répa­rer le mal qu’elle a fait, elle va devoir se rappro­cher de Miro « le croque-mort », l’amant de sa soeur. Tout le film tient sur ce drôle de duo anti­pa­thique, entre la brute mal dégros­sie et la jeune fille qui incarne aussi bien la pureté que la mons­truo­sité, comme le suggère la sympa­thique chan­son obscène que lui chante les hommes (« Rayna, Rayna, vagin maudit… »). Peu à peu, l’hu­ma­nité des person­nages se découvre, jusqu’à la scène finale en forme de répa­ra­tion fami­liale, avec un dernier plan qui suggère subti­le­ment l’amour profond que se portent ces femmes. La curio­sité de la semaine si vous avez envie d’échap­per aux comé­dies françaises lour­dingues.

Sister, de Svetla Tsot­sor­kova (film bulgare, 1h37). Avec Monika Nayde­nova, Svet­lana Yancheva, Elena Zamyar­ko­va…

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...

Annette,comé­die musi­cale pour faire chan­ter #MeToo

Le premier problème d’Annette, c’est... Annette (le rôle, qu’on vous laissera découvrir). Le deuxième, c’est la musique des Sparks, à l'origine du film, ce qui est quand même ballot pour une comédie musicale. L'ambition était sans doute trop grande pour eux : après une belle ouve...