Sortir à Lyon
Partager cet article :

De si petits mensonges

Vous êtes curieux de savoir à quoi ressemble le cinéma bulgare? Eh bien il est à peu près aussi âpre, sec et incon­for­table que son voisin le cinéma roumain, avec là aussi, de vraies quali­tés esthé­tiques. Prenez Sister, le second long métrage de la Bulgare Svetla Tsot­sor­kova. Ça commence comme la mauvaise blague d’une enfant espiègle avant de virer aux mélo fami­lial sur fond de misère sociale, sans pleurs ni violon.

Le film est porté par le visage tran­chant comme une lame de couteau et les yeux bleus aciers de Rayna, la cadette fran­che­ment flip­pante. Chaque jour, devant le stand de pote­rie qu’elle tient avec sa mère et sa soeur, l’ado s’in­vente une tragé­die fami­liale pour apitoyer les clients, racon­tant à chaque fois des mytho de plus en plus gros.

Sister, film bulgare de Svetla Tsotsorkova

Comme souvent, le mensonge est là pour combler un vide. Enfer­mées sur elles-mêmes, comme enli­sées dans la boue qu’elles travaillent, les trois femmes n’ar­rivent à commu­niquer que de façon brutale. Seule la rumeur inces­sante de la route qui borde la maison fait office de point de fuite. Alors pour briser la mono­to­nie du quoti­dien, Rayna ne peut s’em­pê­cher de mentir. Jusqu’au jour où elle va trop loin et blesse sa soeur.

Anti­pa­thique

Pour répa­rer le mal qu’elle a fait, elle va devoir se rappro­cher de Miro « le croque-mort », l’amant de sa soeur. Tout le film tient sur ce drôle de duo anti­pa­thique, entre la brute mal dégros­sie et la jeune fille qui incarne aussi bien la pureté que la mons­truo­sité, comme le suggère la sympa­thique chan­son obscène que lui chante les hommes (« Rayna, Rayna, vagin maudit… »). Peu à peu, l’hu­ma­nité des person­nages se découvre, jusqu’à la scène finale en forme de répa­ra­tion fami­liale, avec un dernier plan qui suggère subti­le­ment l’amour profond que se portent ces femmes. La curio­sité de la semaine si vous avez envie d’échap­per aux comé­dies françaises lour­dingues.

Sister, de Svetla Tsot­sor­kova (film bulgare, 1h37). Avec Monika Nayde­nova, Svet­lana Yancheva, Elena Zamyar­ko­va…

Le boom des librai­ries indé­pen­dantes

L'exception culturelle, ce sont elles. Alors que le cinéma ou les musées enregistraient sur 2019 une perte de fréquentation abyssale de l'ordre de – 70 %, les librairies, elles, se maintenaient autour de – 3% de moyenne au niveau national. Une forme de stabilité déjà inespérée, m...

Petit pays de Gaël Faye sort en Vod

Adapter le best-seller est une gageure et les premières minutes de Petit Pays, qui sort aujourd'hui en Vod, nous ont fait un peu peur. Le réalisateur reste parfois un peu trop prisonnier des scènes du roman, comme celle du vélo, presque inutile dans son adaptation. Mais malgré un...

Bob Wilson magni­fie Le Messie à Genève

C'est la première œuvre du répertoire anglais à n'avoir jamais quitté l'affiche, jouée tous les ans en Angleterre depuis sa création en 1742, comme l'œuvre symbole de la nation britannique. Écrite en moins d'un mois selon l'habileté habituelle de son compositeur, Le Messie n'a po...

Ils tapent sur des bambous…

Ils tapent sur des bambous et ça leur va bien... Après avoir donné à entendre la musique classique autrement en inventant un répertoire pour percussions mélodiques, notre trio lyonnais de marimbas préféré (bon d'accord, il n'y en a pas bézef...), vient de publier son nouveau clip...