Sortir à Lyon
Partager cet article :

De si petits mensonges

Vous êtes curieux de savoir à quoi ressemble le cinéma bulgare? Eh bien il est à peu près aussi âpre, sec et incon­for­table que son voisin le cinéma roumain, avec là aussi, de vraies quali­tés esthé­tiques. Prenez Sister, le second long métrage de la Bulgare Svetla Tsot­sor­kova. Ça commence comme la mauvaise blague d’une enfant espiègle avant de virer aux mélo fami­lial sur fond de misère sociale, sans pleurs ni violon.

Le film est porté par le visage tran­chant comme une lame de couteau et les yeux bleus aciers de Rayna, la cadette fran­che­ment flip­pante. Chaque jour, devant le stand de pote­rie qu’elle tient avec sa mère et sa soeur, l’ado s’in­vente une tragé­die fami­liale pour apitoyer les clients, racon­tant à chaque fois des mytho de plus en plus gros.

Sister, film bulgare de Svetla Tsotsorkova

Comme souvent, le mensonge est là pour combler un vide. Enfer­mées sur elles-mêmes, comme enli­sées dans la boue qu’elles travaillent, les trois femmes n’ar­rivent à commu­niquer que de façon brutale. Seule la rumeur inces­sante de la route qui borde la maison fait office de point de fuite. Alors pour briser la mono­to­nie du quoti­dien, Rayna ne peut s’em­pê­cher de mentir. Jusqu’au jour où elle va trop loin et blesse sa soeur.

Anti­pa­thique

Pour répa­rer le mal qu’elle a fait, elle va devoir se rappro­cher de Miro « le croque-mort », l’amant de sa soeur. Tout le film tient sur ce drôle de duo anti­pa­thique, entre la brute mal dégros­sie et la jeune fille qui incarne aussi bien la pureté que la mons­truo­sité, comme le suggère la sympa­thique chan­son obscène que lui chante les hommes (« Rayna, Rayna, vagin maudit… »). Peu à peu, l’hu­ma­nité des person­nages se découvre, jusqu’à la scène finale en forme de répa­ra­tion fami­liale, avec un dernier plan qui suggère subti­le­ment l’amour profond que se portent ces femmes. La curio­sité de la semaine si vous avez envie d’échap­per aux comé­dies françaises lour­dingues.

Sister, de Svetla Tsot­sor­kova (film bulgare, 1h37). Avec Monika Nayde­nova, Svet­lana Yancheva, Elena Zamyar­ko­va…

Le Dernier duel de Ridley Scott

Ridley Scott s’attèle au dernier duel connu en France entre Jacques Le Gris et Jean de Carrouges en 1386, le second accusant le premier d’avoir violé sa jeune épouse, suite au témoignage de celle-ci. Le matériau de départ est splendide, la maestria à reconstituer la France du Moy...

Est-ce la peine d’al­ler voir Eiffel ?

Si vous avez un jour rêvé d’une histoire d’amour sous la tour Eiffel, vous pouvez toujours tenter ce drôle de biopic qui reconstitue la préquelle de la tour la plus célèbre du monde... à partir d’un amour empêché en Gironde à la fin du XIXe siècle. Gustave aimait Adrienne (avec u...

On a vu le nouveau James Bond en 4DX

N’écoutez pas les oiseaux de mauvais augure qui ont dû souffrir de trop attendre ce 007, tourné il y a deux ans... Il y a tout dans le dernier James Bond : le prologue italien (au féminin) le plus long de la saga, un générique splendide dans les ruines romaines sous-marines, des ...