Sortir à Lyon
Partager cet article :

Audiard passe en Garde à vue

Michel Audiard n’était pas seule­ment le chantre de la langue fleu­rie et des formules mythiques « façon puzzle« . C’est aussi un obser­va­teur aiguisé des passions tristes, avec un sens du dialogue ouvrant sur les abîmes les plus noirs l’in­té­rieur des person­nages, à la façon d’un Sime­non. C’est ce qu’il réus­sit mieux que partout ailleurs dans le chef-d’oeuvre de Claude Miller, Garde à vue, de la moue faus­se­ment cynique et vrai­ment déses­pé­rée de Michel Serrault à la droi­ture outrée de Lino Ventura, en train de cuisi­ner un suspect pour pédo­phi­lie le temps d’une nuit au commis­sa­riat. L’ar­ri­vée inopi­née de Romy Schnei­der pour une confi­dence dans la pénombre conduira aux pires mensonges dont sont capables les couples à la haine recuite. Un suspense plus noir que noir et le plus grand rôle de Serrault, encore plus boule­ver­sant lorsqu’on sait qu’il venait de perdre sa propre fille dans la vraie vie, alors qu’il est accusé d’en violer une dans le film… Un sommet à revoir sur grand écran dans le cadre du cente­naire Michel Audiard pendant le festi­val Lumière.

Garde à vue de Claude Miller (1981, 1h24).

Mardi 13 octobre au cinéma Les Alizés à Bron en présence d’Abd Al Malik.

Jeudi 15 octobre à 17h30 à l’UGC Confluence, Lyon 2e, en présence de Jean-Paul Salomé.

Samedi 17 octobre à 14h30 au Pathé Belle­cour, Lyon 2e, en présence de Régis Wargnier.

Réser­vez vos places

Le Dernier duel de Ridley Scott

Ridley Scott s’attèle au dernier duel connu en France entre Jacques Le Gris et Jean de Carrouges en 1386, le second accusant le premier d’avoir violé sa jeune épouse, suite au témoignage de celle-ci. Le matériau de départ est splendide, la maestria à reconstituer la France du Moy...

Est-ce la peine d’al­ler voir Eiffel ?

Si vous avez un jour rêvé d’une histoire d’amour sous la tour Eiffel, vous pouvez toujours tenter ce drôle de biopic qui reconstitue la préquelle de la tour la plus célèbre du monde... à partir d’un amour empêché en Gironde à la fin du XIXe siècle. Gustave aimait Adrienne (avec u...

On a vu le nouveau James Bond en 4DX

N’écoutez pas les oiseaux de mauvais augure qui ont dû souffrir de trop attendre ce 007, tourné il y a deux ans... Il y a tout dans le dernier James Bond : le prologue italien (au féminin) le plus long de la saga, un générique splendide dans les ruines romaines sous-marines, des ...