Sortir à Lyon
Partager cet article :

Audiard passe en Garde à vue

Michel Audiard n’était pas seule­ment le chantre de la langue fleu­rie et des formules mythiques « façon puzzle« . C’est aussi un obser­va­teur aiguisé des passions tristes, avec un sens du dialogue ouvrant sur les abîmes les plus noirs l’in­té­rieur des person­nages, à la façon d’un Sime­non. C’est ce qu’il réus­sit mieux que partout ailleurs dans le chef-d’oeuvre de Claude Miller, Garde à vue, de la moue faus­se­ment cynique et vrai­ment déses­pé­rée de Michel Serrault à la droi­ture outrée de Lino Ventura, en train de cuisi­ner un suspect pour pédo­phi­lie le temps d’une nuit au commis­sa­riat. L’ar­ri­vée inopi­née de Romy Schnei­der pour une confi­dence dans la pénombre conduira aux pires mensonges dont sont capables les couples à la haine recuite. Un suspense plus noir que noir et le plus grand rôle de Serrault, encore plus boule­ver­sant lorsqu’on sait qu’il venait de perdre sa propre fille dans la vraie vie, alors qu’il est accusé d’en violer une dans le film… Un sommet à revoir sur grand écran dans le cadre du cente­naire Michel Audiard pendant le festi­val Lumière.

Garde à vue de Claude Miller (1981, 1h24).

Mardi 13 octobre au cinéma Les Alizés à Bron en présence d’Abd Al Malik.

Jeudi 15 octobre à 17h30 à l’UGC Confluence, Lyon 2e, en présence de Jean-Paul Salomé.

Samedi 17 octobre à 14h30 au Pathé Belle­cour, Lyon 2e, en présence de Régis Wargnier.

Réser­vez vos places

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...

Annette,comé­die musi­cale pour faire chan­ter #MeToo

Le premier problème d’Annette, c’est... Annette (le rôle, qu’on vous laissera découvrir). Le deuxième, c’est la musique des Sparks, à l'origine du film, ce qui est quand même ballot pour une comédie musicale. L'ambition était sans doute trop grande pour eux : après une belle ouve...