Sortir à Lyon
Partager cet article :

Arnaque aux senti­ments

C’est pas du Berg­man… mais du cinéma indé­pen­dant de truands un peu déjanté. Old Dolio est la fille unique d’une famille « non conven­tion­nelle ». Papa et maman l’ont en effet initiée dès son plus jeune âge au degré zéro du bandi­tisme : la petite escroque­rie située exac­te­ment aux anti­podes de Ocean’s Eleven. Ainsi, Old Dolio vole les boîtes postales situées à côté de la sienne en passant la main à travers le casier, ouvert côté récep­tion­niste, pour récol­ter une cravate, du cour­rier sans valeur et un respect très mesuré de ses parents. Leur loge­ment, à la limite du squat, est régu­liè­re­ment envahi par des monceaux de mousse rose dégou­li­nant des murs, qu’il faut ramas­ser à pleins seaux.

Au cours de plans toujours aussi minables, à base de rembour­se­ments de bons d’achat, de tenta­tive de trafic d’an­tiqui­tés (vous voyez la biche en résine sur la télé de votre arrière-grand-mère), de squat de la maison d’un vieillard sous perfu­sion en instance de léta­lité, la famille rencontre Méla­nie, elle aussi fami­lière de la petite arnaque. Contrai­re­ment à Old Dolio, complè­te­ment intro­ver­tie et cachée derrière de longs cheveux comme Monsieur Machin dans la famille Adams, Méla­nie respire la vie. « Remem­ber that my brain is in my tits », dit-elle fière­ment à Old Dolio, habillée à la mormone. Cette dernière découvre, comme un éclair ou un trem­ble­ment de terre (on est à Los Angeles, son père attend le Big one), qu’au lieu de l’amour de sa famille elle a seule­ment hérité de la science qui consiste à éviter les camé­ras de surveillance. Eva Rachel Woods (la Dolores de West­world), remarquable en Old Dolio, décou­vrira-t-elle l’amour ? Nous, on l’aime. F.M.


Kajil­lio­naire, de Miranda July (EU, 1h34) avec Evan Rachel Woods, Debra Winger…

Le Dernier duel de Ridley Scott

Ridley Scott s’attèle au dernier duel connu en France entre Jacques Le Gris et Jean de Carrouges en 1386, le second accusant le premier d’avoir violé sa jeune épouse, suite au témoignage de celle-ci. Le matériau de départ est splendide, la maestria à reconstituer la France du Moy...

Est-ce la peine d’al­ler voir Eiffel ?

Si vous avez un jour rêvé d’une histoire d’amour sous la tour Eiffel, vous pouvez toujours tenter ce drôle de biopic qui reconstitue la préquelle de la tour la plus célèbre du monde... à partir d’un amour empêché en Gironde à la fin du XIXe siècle. Gustave aimait Adrienne (avec u...

On a vu le nouveau James Bond en 4DX

N’écoutez pas les oiseaux de mauvais augure qui ont dû souffrir de trop attendre ce 007, tourné il y a deux ans... Il y a tout dans le dernier James Bond : le prologue italien (au féminin) le plus long de la saga, un générique splendide dans les ruines romaines sous-marines, des ...