Sortir à Lyon
Partager cet article :

Dardenne éden

C’est le jour J : les frères Dardenne vont rece­voir ce week-end le prix Lumière. L’oc­ca­sion de célé­brer une oeuvre riche, huma­niste, lumi­neuse. Chapeau bas.

Ils ont révo­lu­tionné le cinéma à eux tous seuls : la caméra à l’épaule collée à la nuque de ses person­nages, utili­sée jusque dans le Elephant de Gus Van Sant, doit par exemple beau­coup à Rosetta (1999), Palme d’or qui sonnait comme une défla­gra­tion dans le cinéma contem­po­rain. Ils ont été formés au théâtre liber­taire d’Ar­mand Gatti, puis au docu­men­taire. Avant d’en­ta­mer une drôle de fiction adap­tée d’une pièce de théâtre et tour­née de nuit à l’aé­ro­port d’Os­tende, Falsch ; puis leur film le plus acces­sible et chaleu­reux, Je Pense à vous avec Robin Renucci et Fabienne Babe et déjà un gamin extra­or­di­naire, jusque dans la séance finale de carna­val.

Fabri­zio Rongione et Emilie Dequenne dans Rosetta, première Palme d’or des Dardenne.

Passeurs et produc­teurs de films parfois loin de leur propre esthé­tique, ils conjuguent une direc­tion d’ac­teurs hors pair, héri­tée du théâtre de Gatti, avec une construc­tion scéna­ris­tique hors du commun, souvent sous-esti­mée. Ni misé­ra­bi­liste, ni sensa­tion­na­liste, le cinéma des Dardenne se construit en créant des person­nages ordi­naires du monde qui nous entoure, pour mieux les confron­ter à un dilemme drama­tique qu’ils vont devoir dépas­ser. La Promesse, Le Fils, La Fille incon­nue, L’En­fant ou Deux jours et une nuit sont tous marqués par cet huma­nisme pour dépas­ser des conflits humains, trop humains, réap­pren­tis­sage d’une frater­nité dans un monde hostile. Le gamin au vélo ira même jusqu’à faire litté­ra­le­ment renaître le gamin du titre, sous les yeux de la douce Cécile de Fran­ce…

Cécile de France et Thomas Durez dans Le Gamin au vélo des frères Dardenne (2011).

Frater­nité

Incar­nés par les plus belles révé­la­tions d’in­ter­prètes (Jéré­mie Renier, Emilie Dequenne, Olivier Gour­met…) les person­nages des Dardenne sont nos frères, on a hâte de les célé­brer avec ceux qui leur ont donné vie. Hourra !

Jéré­mie Renier dans L’En­fant (2006), seconde Palme d’Or pour les Dardenne.

12e prix Lumière attri­bué à Luc et Jean-Pierre Dardenne vendredi 16 octobre à 19h à l’Am­phi­théâtre de la Cité inter­na­tio­nale, Lyon 6e, suivi de la projec­tion de Rosetta. Vision­ner le clip sur le cinéma des Dardenne << ici >>.

Le boom des librai­ries indé­pen­dantes

L'exception culturelle, ce sont elles. Alors que le cinéma ou les musées enregistraient sur 2019 une perte de fréquentation abyssale de l'ordre de – 70 %, les librairies, elles, se maintenaient autour de – 3% de moyenne au niveau national. Une forme de stabilité déjà inespérée, m...

Petit pays de Gaël Faye sort en Vod

Adapter le best-seller est une gageure et les premières minutes de Petit Pays, qui sort aujourd'hui en Vod, nous ont fait un peu peur. Le réalisateur reste parfois un peu trop prisonnier des scènes du roman, comme celle du vélo, presque inutile dans son adaptation. Mais malgré un...

A dada sur mon traî­neau à Avoriaz

Familial, ludique, dépaysant… Le ski joëring est l’activité de glisse la plus originale pour continuer de profiter de la montagne à tous crins, même quand les remontées sont fermées. Le principe est simple : de la neige, des skis et un cheval attelé pour tracter les skieurs sur d...

Cinéma : 2021, année de tous les dangers

Avant la chute vertigineuse des entrées en 2020 (-70% en moyenne, Covid oblige), on avait laissé le marché lyonnais des salles de cinéma sur une bonne tendance : augmentation générale de près de 5%, avec un retour marqué vers les cinémas de proximité : en 2019, c'était une augmen...

Nouvelle gale­rie à la Croix-Rousse

C'est une galerie format mouchoir de poche, répondant au doux nom deLa taille de mon âme qui a ouvert début décembre place Bertone à la Croix-Rousse. En plus d’avoir eu le courage de lancer leur projet en pleine pandémie, Dominique et Guillaume Ducongé ont opté pour une ligne dir...

Bon plan [chez soi] Cinéma

Quand la Deneuve tournait à Lyon... Catherine Deneuve, c'est Jean-Paul Belmondo qui en parle le mieux. Dans un film de François Truffaut intitulé La Sirène du Mississipi en 1969, c'est lui qui prononce cette réplique célèbre : « t'aimer, c'est une joie et c'est une souffrance...

Biolay en tour­née privée chez vous

Ce devait être la grande tournée de ce début d'automne, avec pas moins de trois concerts prévus rien qu'à Lyon. Patatras, du Grand Prix de Benjamin Biolay sorti en juin dernier ne reste qu'un concert privé d'un peu plus d'une heure qui vous consolera en vous offrant une idée de l...