Sortir à Lyon
Partager cet article :

Dardenne éden

C’est le jour J : les frères Dardenne vont rece­voir ce week-end le prix Lumière. L’oc­ca­sion de célé­brer une oeuvre riche, huma­niste, lumi­neuse. Chapeau bas.

Ils ont révo­lu­tionné le cinéma à eux tous seuls : la caméra à l’épaule collée à la nuque de ses person­nages, utili­sée jusque dans le Elephant de Gus Van Sant, doit par exemple beau­coup à Rosetta (1999), Palme d’or qui sonnait comme une défla­gra­tion dans le cinéma contem­po­rain. Ils ont été formés au théâtre liber­taire d’Ar­mand Gatti, puis au docu­men­taire. Avant d’en­ta­mer une drôle de fiction adap­tée d’une pièce de théâtre et tour­née de nuit à l’aé­ro­port d’Os­tende, Falsch ; puis leur film le plus acces­sible et chaleu­reux, Je Pense à vous avec Robin Renucci et Fabienne Babe et déjà un gamin extra­or­di­naire, jusque dans la séance finale de carna­val.

Fabri­zio Rongione et Emilie Dequenne dans Rosetta, première Palme d’or des Dardenne.

Passeurs et produc­teurs de films parfois loin de leur propre esthé­tique, ils conjuguent une direc­tion d’ac­teurs hors pair, héri­tée du théâtre de Gatti, avec une construc­tion scéna­ris­tique hors du commun, souvent sous-esti­mée. Ni misé­ra­bi­liste, ni sensa­tion­na­liste, le cinéma des Dardenne se construit en créant des person­nages ordi­naires du monde qui nous entoure, pour mieux les confron­ter à un dilemme drama­tique qu’ils vont devoir dépas­ser. La Promesse, Le Fils, La Fille incon­nue, L’En­fant ou Deux jours et une nuit sont tous marqués par cet huma­nisme pour dépas­ser des conflits humains, trop humains, réap­pren­tis­sage d’une frater­nité dans un monde hostile. Le gamin au vélo ira même jusqu’à faire litté­ra­le­ment renaître le gamin du titre, sous les yeux de la douce Cécile de Fran­ce…

Cécile de France et Thomas Durez dans Le Gamin au vélo des frères Dardenne (2011).

Frater­nité

Incar­nés par les plus belles révé­la­tions d’in­ter­prètes (Jéré­mie Renier, Emilie Dequenne, Olivier Gour­met…) les person­nages des Dardenne sont nos frères, on a hâte de les célé­brer avec ceux qui leur ont donné vie. Hourra !

Jéré­mie Renier dans L’En­fant (2006), seconde Palme d’Or pour les Dardenne.

12e prix Lumière attri­bué à Luc et Jean-Pierre Dardenne vendredi 16 octobre à 19h à l’Am­phi­théâtre de la Cité inter­na­tio­nale, Lyon 6e, suivi de la projec­tion de Rosetta. Vision­ner le clip sur le cinéma des Dardenne << ici >>.

Slalom, le + beau film de la rentrée

Longtemps repoussé, le premier film de Charlène Favier tourné en Savoie sort enfin pour la réouverture des salles le 19 mai prochain. Un sujet brûlant (l'emprise d'un coach sur une jeune skieuse), la révélation d'une cinéaste subtile qui mise sur la complexité des personnages... ...

Le grand projet disco­gra­phique de l’ONL

à peine arrivé depuis septembre à l’Auditorium, que le nouveau directeur musical Nikolaj Szeps-Znaider a déjà lancé un projet artistique d’une ampleur digne des grandes heures d’Emmanuel Krivine. Malgré l’absence de public (pas merci Roselyne), il a d'abord travaillé en orfèvre l...

Russell Crowe, « enragé » sur OCS

On ne sait pas si c’est parce que Russel Crowe a doublé de volume qu’il tourne dans des films deux fois plus lourds, en tout cas cet Enragé n’a rien de léger, vous voilà prévenus... Pas d'assurance-chômage On est bien aux États Unis avec un sans foi ni loi, pas dans l’Etat ...

Le génie lesbien du Brésil

Un film à voir gratuitement chez soi pour se consoler de la non-réouverture des salles de cinéma ? Sélectionné par Ecrans Mixtes pour clôturer son festival il y a deux ans, Les Bonnes Manières des Brésiliens Marco Dutra et Juliana Rojas est disponible sur Arte dès aujourd'hui et...