Sortir à Lyon
Partager cet article :

Un dernier Maïwenn pour la route !

On préfère Maïwenn quand elle ne parle pas d’elle, ou alors de loin, comme dans Mon Roi. Ce qui ne signi­fie pas qu’on ait détesté ce cinquième film en forme d’auto-fiction. Elle y raconte la crise iden­ti­taire de Neige, boule­ver­sée par la mort de son grand-père algé­rien, seul pilier stable dans sa famille toxique (on ne se refait pas). On ne se refait pas, et qui dit famille toxique, dit famille hysté­rique. Au moment des retrou­vailles pour l’en­ter­re­ment, les tensions explosent, entre une mère toute-puis­sante et violente, et un père absent et friand de petites phrases méchantes.

Maïwenn et Fanny Ardant à l’en­ter­re­ment du grand-père dans ADN.

Le paral­lèle avec Pardon­nez-moi, son premier long métrage, est vite
trouvé : la réali­sa­trice en profite pour régler une nouvelle fois ses comptes avec les siens. Des cris et des crises, il y en a tout le long, mais c’est juste­ment la force de la cinéaste que de réali­ser des films à fleur de peau, incroya­ble­ment vivants grâce à la liberté d’im­pro­vi­ser lais­sée aux acteurs. Des acteurs tous excel­lents – parmi lesquels on découvre même tout le poten­tiel comique de Louis Garrel – qui insufflent tension et drôle­rie comme dans la scène du choix du cercueil où tout le monde s’écharpent quant à la couleur du capi­ton­na­ge…

Mégalo

Maïwenn toujours, et Louis Garrel dans ADN, hilares.

Mais cette force de vie ne parvient pas à masquer les faiblesses du scéna­rio, trop brouillon. Un brin mégalo, Maïwenn fait tour­ner l’his­toire autour de Neige et de la recherche de ses racines, en oubliant les autres person­nages, notam­ment celui du flam­boyant jeune cousin, pour­tant central dans les premières scènes. Heureu­se­ment, à la fin, Neige-Maïwenn parvient à trou­ver une certaine paix en décou­vrant l’Al­gé­rie. On espère donc que son prochain film sera un peu moins perso, un peu mieux construit, avec toujours autant de vie.

ADN, de et avec Maïwenn (Fr, 1h30), avec Fanny Ardant, Louis GarrelSortie le 28 octobre.

Ecou­tez Kaame­lott avant de le voir !

Cette fois, ça devrait être la bonne ! Après avoir été repoussé deux fois en 2020, Kaamelott premier volet - le film le plus attendu de la région (et au-delà) - devrait sortir comme le prochain James Bond au printemps 2021, même s'il n'est toujours pas daté. En attendant, vous po...

L’Ombre de Staline, à voir en Vod

Un dernier film en Vod avant la réouverture des cinémas ? Puisqu'il fait froid, autant partir pour les grands froids soviétiques avec L'Ombre de Staline, thriller historique levant le voile sur l'Holomodor, l'extermination par la faim décidée par le régime stalinien. Haletant et ...

Philippe Decou­flé fait le show en ligne

C’est un des spectacles les plus époustouflants qu’on avait vu à la Maison de la danse ces dernières années. Créé en 2016, Contact est désormais disponible en intégralité gratuitement sur Numeridanse, le site de référence qui permet d'entrer dans la ronde chorégraphique et qui vi...

Le charme à la Lyon­naise

C'est le parc de la Métropole qui allie le mieux nature, patrimoine et botanique. Situé dans l'ouest lyonnais, le domaine de Lacroix-Laval plaît autant aux amoureux de la nature avec ses bois et clairière qu'aux sportifs avec son parcours santé ou encore aux enfants qui peuvent f...

Kinky boots : boys want to have fun !

Il n'y a (presque) plus de festivals, ni de spectacles à voir pour cet été, mais Pathé Live est là pour vous sauver : les cinémas de Mr Seydoux ont la bonne idée de reprogrammer Kinky Boots, la comédie culte de Broadway, pendant toute la semaine de réouverture des cinémas. L'occa...

Iggy à oilpé !

Torse poil C’est notre chronique la moins habillée de l’histoire d’Exitmag, mais c’est sûrement celle qui demande le plus d’entretien. Car arborer le torse glabre aux muscles saillants façon Ken fait du surf d’Iggy Pop, ça se mérite. Epilé, waxé, hydraté… ça, c’est pour la ph...