Sortir à Lyon
Partager cet article :

Un dernier Maïwenn pour la route !

On préfère Maïwenn quand elle ne parle pas d’elle, ou alors de loin, comme dans Mon Roi. Ce qui ne signi­fie pas qu’on ait détesté ce cinquième film en forme d’auto-fiction. Elle y raconte la crise iden­ti­taire de Neige, boule­ver­sée par la mort de son grand-père algé­rien, seul pilier stable dans sa famille toxique (on ne se refait pas). On ne se refait pas, et qui dit famille toxique, dit famille hysté­rique. Au moment des retrou­vailles pour l’en­ter­re­ment, les tensions explosent, entre une mère toute-puis­sante et violente, et un père absent et friand de petites phrases méchantes.

Maïwenn et Fanny Ardant à l’en­ter­re­ment du grand-père dans ADN.

Le paral­lèle avec Pardon­nez-moi, son premier long métrage, est vite
trouvé : la réali­sa­trice en profite pour régler une nouvelle fois ses comptes avec les siens. Des cris et des crises, il y en a tout le long, mais c’est juste­ment la force de la cinéaste que de réali­ser des films à fleur de peau, incroya­ble­ment vivants grâce à la liberté d’im­pro­vi­ser lais­sée aux acteurs. Des acteurs tous excel­lents – parmi lesquels on découvre même tout le poten­tiel comique de Louis Garrel – qui insufflent tension et drôle­rie comme dans la scène du choix du cercueil où tout le monde s’écharpent quant à la couleur du capi­ton­na­ge…

Mégalo

Maïwenn toujours, et Louis Garrel dans ADN, hilares.

Mais cette force de vie ne parvient pas à masquer les faiblesses du scéna­rio, trop brouillon. Un brin mégalo, Maïwenn fait tour­ner l’his­toire autour de Neige et de la recherche de ses racines, en oubliant les autres person­nages, notam­ment celui du flam­boyant jeune cousin, pour­tant central dans les premières scènes. Heureu­se­ment, à la fin, Neige-Maïwenn parvient à trou­ver une certaine paix en décou­vrant l’Al­gé­rie. On espère donc que son prochain film sera un peu moins perso, un peu mieux construit, avec toujours autant de vie.

ADN, de et avec Maïwenn (Fr, 1h30), avec Fanny Ardant, Louis GarrelSortie le 28 octobre.

Slalom, le + beau film de la rentrée

Longtemps repoussé, le premier film de Charlène Favier tourné en Savoie sort enfin pour la réouverture des salles le 19 mai prochain. Un sujet brûlant (l'emprise d'un coach sur une jeune skieuse), la révélation d'une cinéaste subtile qui mise sur la complexité des personnages... ...

Le grand projet disco­gra­phique de l’ONL

à peine arrivé depuis septembre à l’Auditorium, que le nouveau directeur musical Nikolaj Szeps-Znaider a déjà lancé un projet artistique d’une ampleur digne des grandes heures d’Emmanuel Krivine. Malgré l’absence de public (pas merci Roselyne), il a d'abord travaillé en orfèvre l...

Où va la chance ?

Un sac Vuitton et ça repart : une bande de pieds-nickelés se disputent un magot trouvé par hasard dans ce premier film coréen choral, exercice de style brillant et jouissif en forme de carte de visite. Adaptation d'un roman japonais avec la Chine en ligne de mire, style tarantine...

Jamie Cullum ouvrira Jazz à Vienne 2021

Report. Ce ne sera évidemment pas pour 2020, mais pour 2021 ! Après l'avalanche d'annulations des festivals d'été, voici les bonnes nouvelles pour après qui affluent : vivement le printemps... 2021 ! Le défilé et la Biennale de la danse devraient enfin revoir le jour, et Jazz à V...