Sortir à Lyon
Partager cet article :

Apatow, épatant !

Et si on commençait le confi­ne­ment par notre film coup de coeur 2020 qui vient de sortir en Vod : The King of Staten Island, de Judd Apatow ?

Passé par la réali­sa­tion TV depuis 2015 et son Crazy Amy, Judd Apatow a pris un recul qui lui fait un bien fou sur son cinéma, dépas­sant désor­mais les person­nages d’ina­dap­tés régres­sifs auxquels se limi­taient un peu trop ses premiers films. Co-scéna­riste dans son propre rôle, Pete David­son, en est pour­tant un beau d’ina­dapté, orphe­lin d’un père pompier mort pour sauver des vies lors du 11 septembre, comique à ses heures atteint de la mala­die de Crohn. Apatow en tire un portrait natu­ra­liste d’éter­nel ado paumé et glan­deur, aussi drôle que touchant, mais il va cette fois beau­coup plus loin lorsque débarque le nouvel homme de sa veuve de mère, collègue de la caserne pater­nelle. Ce ménage à trois avec fils rebelle, tout en empa­thie et en ambi­guïté, est déjà un petit bijou de déli­ca­tesse, les deux rôles adultes réser­vant leur lot de surprises et de part d’ombre, loin de toute faci­lité.

Marisa Tomei dans The King of Staten Island, mère tentée par le rema­ria­ge…

24 ans, toujours prolo

Sur 2h15 qu’on ne voit pas passer, le film ne va cesser de gran­dir, s’élar­gis­sant en film choral pour finir par débou­cher sur un vrai beau portrait de l’Amé­rique low class d’aujourd’­hui, entre hôpi­taux et caserne de pompiers, l’air de rien au service des autres. Le portrait de ces banlieu­sards de Staten Island qui prennent le ferry pour aller travailler à New York sans jamais profi­ter d’une ville qui n’est pas pour eux (géniale scène subrep­tice à Times Square où les person­nages ne regardent rien).

Le frère et la soeur, Pete David­son et Maude Apatow.

C’est drôle, mal pensant et touchant tout le temps, sans le moindre misé­ra­bi­lisme. Bref, ce King qui porte bien son titre marque une forme d’abou­tis­se­ment dans l’oeuvre d’Apa­tow : non seule­ment il a gardé toute sa verve natu­ra­liste dans des dialogues et des person­nages haut en couleurs plus vrais que nature, mais en plus il atteint désor­mais à l’uni­ver­sel en faisant le portrait des margi­naux. Et si ce King of Staten Island était un des plus beaux films de l’an­née ?

The King of Staten Island de Judd Apatow (Eu, 2h17) avec Pete David­son, Marisa Tomei, Bill Burr, Bel Powley, Steve Buscemi, Maude Apatow… Dispo­nible sur la plupart des plate­formes Vod.

Pete David­son, chapeauté dans la caserne des pompiers Steve Buscemi.

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...

Annette,comé­die musi­cale pour faire chan­ter #MeToo

Le premier problème d’Annette, c’est... Annette (le rôle, qu’on vous laissera découvrir). Le deuxième, c’est la musique des Sparks, à l'origine du film, ce qui est quand même ballot pour une comédie musicale. L'ambition était sans doute trop grande pour eux : après une belle ouve...