Sortir à Lyon
Partager cet article :

Apatow, épatant !

Et si on commençait le confi­ne­ment par notre film coup de coeur 2020 qui vient de sortir en Vod : The King of Staten Island, de Judd Apatow ?

Passé par la réali­sa­tion TV depuis 2015 et son Crazy Amy, Judd Apatow a pris un recul qui lui fait un bien fou sur son cinéma, dépas­sant désor­mais les person­nages d’ina­dap­tés régres­sifs auxquels se limi­taient un peu trop ses premiers films. Co-scéna­riste dans son propre rôle, Pete David­son, en est pour­tant un beau d’ina­dapté, orphe­lin d’un père pompier mort pour sauver des vies lors du 11 septembre, comique à ses heures atteint de la mala­die de Crohn. Apatow en tire un portrait natu­ra­liste d’éter­nel ado paumé et glan­deur, aussi drôle que touchant, mais il va cette fois beau­coup plus loin lorsque débarque le nouvel homme de sa veuve de mère, collègue de la caserne pater­nelle. Ce ménage à trois avec fils rebelle, tout en empa­thie et en ambi­guïté, est déjà un petit bijou de déli­ca­tesse, les deux rôles adultes réser­vant leur lot de surprises et de part d’ombre, loin de toute faci­lité.

Marisa Tomei dans The King of Staten Island, mère tentée par le rema­ria­ge…

24 ans, toujours prolo

Sur 2h15 qu’on ne voit pas passer, le film ne va cesser de gran­dir, s’élar­gis­sant en film choral pour finir par débou­cher sur un vrai beau portrait de l’Amé­rique low class d’aujourd’­hui, entre hôpi­taux et caserne de pompiers, l’air de rien au service des autres. Le portrait de ces banlieu­sards de Staten Island qui prennent le ferry pour aller travailler à New York sans jamais profi­ter d’une ville qui n’est pas pour eux (géniale scène subrep­tice à Times Square où les person­nages ne regardent rien).

Le frère et la soeur, Pete David­son et Maude Apatow.

C’est drôle, mal pensant et touchant tout le temps, sans le moindre misé­ra­bi­lisme. Bref, ce King qui porte bien son titre marque une forme d’abou­tis­se­ment dans l’oeuvre d’Apa­tow : non seule­ment il a gardé toute sa verve natu­ra­liste dans des dialogues et des person­nages haut en couleurs plus vrais que nature, mais en plus il atteint désor­mais à l’uni­ver­sel en faisant le portrait des margi­naux. Et si ce King of Staten Island était un des plus beaux films de l’an­née ?

The King of Staten Island de Judd Apatow (Eu, 2h17) avec Pete David­son, Marisa Tomei, Bill Burr, Bel Powley, Steve Buscemi, Maude Apatow… Dispo­nible sur la plupart des plate­formes Vod.

Pete David­son, chapeauté dans la caserne des pompiers Steve Buscemi.

On a vu le nouveau Almo­do­var, Madres para­le­las

Revoilà un Pedro Almodovar plutôt en bonne forme malgré une excentricité plus contenue, avec ses couleurs franches, ses destinées de femmes fortes et bien-sûr son actrice fétiche, Penélope Cruz. Après Douleur et Gloire, son dernier film en forme d'autobiographie masculine, le réa...

Le Diable… le film iranien qui défie la censure

Le réalisateur d’Un Homme intègre (2017) a tourné quatre histoires reliées par un même thème : assumer une responsabilité individuelle dans un régime totalitaire. Ou comment défier la censure en tournant en Iran à la façon d’un court- métrage, alors que la peine de mort ne cesse ...

La Fièvre de Petrov, le nouveau coup de folie de Sere­bren­ni­kov

Il nous a mis la fièvre pendant des heures, Kirill Serebrennikov avec La Fièvre de Petrov, son dernier film. Ou plus exactement, pendant les 2h30 que dure cette balade métaphysique aux côtés de Petrov, dessinateur de BD sacrément grippé, ce qui ne l'empêche pas de boire des coups...