Sortir à Lyon
Partager cet article :

Binoche, potiche de « La Bonne épouse »

Ne commen­cez peut-être pas votre confi­ne­ment avec ce film-là… Toujours est-il que « La Bonne épouse », fausse satire et vrai film réac­tion­naire sort en Vod pour l’oc­ca­sion…

Juliette Binoche ne joue pas dans des «  comé­dies  », elle joue dans des « comé­dies d’au­teur ». Après Ma Loute, la voici dans La Bonne épouse, au fémi­nisme concon bien-pensant qui n’a même pas provoqué de débat à la conf’ de rédac­tion de Télé­rama à sa sortie (en salles)… Car Martin Provost (réali­sa­teur de Séra­phine, parfait pour s’en­dor­mir, même confi­ne­ment), lui non plus, n’aime pas la comé­die : aucun sens de la satire, ni du timing. Ce portrait balourd de la tenan­cière d’une école ména­gère dans les années 60, vire rapi­de­ment à la chro­nique léni­fiante et puri­taine à souhait (précepte 1, précepte 2…). La Bonne épouse, c’est un peu Louis la Brocante sans la mous­tache de Victor Lanoux : de la déco partout pour faire has been, et un réali­sa­teur en pantoufles. La fameuse libé­ra­tion des femmes qui justi­fie le projet du film n’aura lieu que dans les cinq dernières minutes, lors d’une marche fémi­nine sur Paris en plein mai 68, à la façon, gênante, d’une comé­die musi­cale de Jacques Demy (paix à son âme rose bonbon). Avec un texte dont on vous laisse juge : « la bonne épouse n’existe plus, poil au cul  » (sic). On vous laisse imagi­ner la musique, sur une choré­gra­phie de kermesse mimant la danse du repas­sage (resic). On a bien compris le message, à force de citer Gisèle Halimi ou Simone de Beau­voir… Le problème, c’est que le cinéma de Martin Provost est un cinéma d’ar­rière-garde, oppor­tu­niste et gâteux de son esprit de sérieux. Bref, le contraire d’une comé­die, même si Edouard Baer et Noémie Lvovsky font le boulot…

La Binoche et Noémie Lvovsky dans La Bonne épouse.

La Bonne épouse de Martin Provost (Fr, 1h49) avec Juliette Binoche, Noémie Lvovsky, Yolande Moreau, Edouard Baer, François Berléand… Désor­mais dispo­nible en Vod sur la plupart des plate­formes.

La tartuf­fe­rie des salles de spec­tacle

Nous aussi, on y a cru. On vous avait concocté un numéro de décembre truffé des belles expos, des beaux films, de spectacles même et de vacances sous la neige. On pensait que c'était ça, sauver Noël (à lire ici pour vous détendre). Que nenni. Macron et son Mini-moi Castex en ont ...

Fait d’hi­ver en Lozère

Le dernier film du réalisateur de Harry, un ami qui vous veut du bien, sorti en catimini à la toute fin de 2019, est bien trop original pour qu'on ne vous le conseille pas, aujourd'hui qu'il débarque sur Canal +... Mais Seules les bêtes est aussi suffisamment inabouti pour qu'on ...

Le boom des librai­ries indé­pen­dantes

L'exception culturelle, ce sont elles. Alors que le cinéma ou les musées enregistraient sur 2019 une perte de fréquentation abyssale de l'ordre de – 70 %, les librairies, elles, se maintenaient autour de – 3% de moyenne au niveau national. Une forme de stabilité déjà inespérée, m...

Le Moi et le Je

Création. Pour sa dernière production à la Comédie de Valence qu'on a la chance de voir passer par Lyon, Richard Brunel, futur directeur de l'Opéra de Lyon, est aussi modeste (deux acteurs sur scène) que soigné : un texte inédit construit comme un interrogatoire à rebours dessine...

Portrait de famille en état de grâce

Avant sa Palme d'Or pour Une affaire de famille, le réalisateur Hirokazu Kore-Eda s’intéressait à l’histoire d’une demi-sœur trouvant peu à peu sa place dans une famille adoptive. Un portrait à la façon d’un paysagiste en état de grâce, à revoir ce week-end à sa juste valeur au S...