Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le Scan­dale #MeToo sauce Holly­wood

Scan­dale de Jay Roach, c’est un peu Grâce à Dieu de François Ozon à la sauce holly­woo­dienne : un film qui s’ins­pire d’un fait de société gravis­sime (la pédo­phi­lie dans l’Église contre le harcè­le­ment sexuel des femmes au travail), en s’em­pa­rant de l’écla­te­ment d’une affaire taboue, portée par des victimes qui osent enfin parler. Mais comme dans la version améri­caine d’un Happy Meal, tout est plus XXL : plus de stars (Char­lize Theron, Nicole Kidman, Margot Robbie), plus de brushings, plus de faits qui se déroulent plus rapi­de­ment et donc, à la clef, moins de nuance. A toute seigneure, tout honneur, c’est Nicole Kidman qui mène le mouve­ment de la révolte, et le résul­tat est aussi prenant à regar­der qu’ins­truc­tif : le réali­sa­teur, Jay Roach, a le mérite de reve­nir sur une des plus impor­tantes affaires de harcè­le­ment juste avant le phéno­mène #Metoo : en 2016, Roger Ailes, le fonda­teur de la pres­ti­gieuse chaîne d’in­for­ma­tion Fox News, alliée au camp répu­bli­cain, est donc accusé de harcè­le­ment par une ancienne présen­ta­trice vedette.

Char­lize Theron et John Light­gow dans Scan­dale.

Caméo Donald Trump

Suivant les grands prin­cipes jour­na­lis­tiques, le scéna­rio s’at­tache aux faits, et rien qu’aux faits, via trois présen­ta­trices très blondes et très ambi­tieuses, adop­tant parfois la ligne claire d’un docu-fiction, comme sait très bien le faire le diver­tis­se­ment à l’amé­ri­caine. Voir Donald Trump se faire inter­ro­ger sur la chaîne de Rupert Murdoch qui poussa à son élec­tion quelques mois plus tard ne manque pas non plus d’iro­nie rétros­pec­tive, main­te­nant que lui aussi a été « fired ».  Si le carac­tère des prota­go­nistes prin­ci­paux est un peu trop rapi­de­ment esquissé, le rythme intense nous empêche de décro­cher et le film prend même le soin d’évi­ter tout mani­chéisme en appor­tant un poil de subti­lité bien­ve­nue, en parti­cu­lier en ce qui concerne Megyn Kelly (Margot Robbie, boule­ver­sée) et Roger Ailes (John Light­gow, préda­teur pathé­tique et impé­rial). La pano­rama édifiant des coulisses des grands médias fait le reste, jusqu’aux plan larges pour mieux lais­ser voir les jambes des présen­ta­tri­ces… Un film docu­menté et hale­tant qui donne à voir l’hy­po­cri­sie sociale et le malaise du harcè­le­ment dans un ballet d’ac­teurs de haut vol.

Scan­dale de Jay Roach (Boom­shell, 1h44) avec Nicole Kidman, Char­lize Theron, Margot Robbie, John Light­gow… Dispo­nible en Vod et sur Canal +.

KV1 : Kaame­lott raconté par Astier

Votre film Kaamelott ne ressemble à rien de connu dans le cinéma français : un croisement original entre comédie populaire, film d’auteur et saga avec une grande ambition esthétique, pour l’image comme pour la musique… Alexandre Astier : “Au fond des choses, je ne vois pas ce ...

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...