Sortir à Lyon
Partager cet article :

Noël mythique avec Deneuve et Desple­chin

C’est pile-poil le film qu’il nous fallait pour cette fin d’an­née, celui qui nous fera fina­le­ment nous réjouir de passer un Noël en famille réduite. En plus, il est dispo­nible gratui­te­ment en replay sur le site de France TV, comme quoi le service public sert à quelque chose. Ce film, c’est Un Conte de Noël d’Ar­naud Desple­chin, sûre­ment son meilleur, en tout cas notre préféré. Reine-mère au nom de déesse romaine, frère mal-aimé banni de la famille pour ses frasques, sœur pure et rigide, jeune neveu schi­zo­phrène aux allures de prince tris­te… il y a du Shakes­peare dans ce conte cruel sur la famille, infusé de mytho­lo­gie comme de psycha­na­lyse.

Avec ce film choral dont on aime­rait invi­ter la fabu­leuse bande d’in­ter­prètes à notre table pour les fêtes (Cathe­rine Deneuve, Mathieu Amal­ric, Emma­nuelle Devos, Melvil Poupaud, Chiara Mastroianni, Jean-Paul Rous­sillon…), Desple­chin s’amuse à faire s’en­tre­choquer les genres et les ruptures de ton lors de ces retrou­vailles pour Noël dans la maison fami­liale de Roubaix : course-pour­suite, histoire d’amour roma­nesque, aparté face caméra, théâ­tre… Alors que le montage s’ac­cé­lère, les corps se frôlent, s’en­lacent et se rentrent dedans à coup de poings. Même cette conver­sa­tion entre la mère et son fils, qui se déclarent ne s’être jamais aimés, prend le ton de la farce. Le cinéaste met à nu les senti­ments les plus inavouables en liant toujours le drame à la comé­die.

Bordel maîtrisé

On retrouve le même bouillon­ne­ment dans la multi­tude d’his­toires secon­daires (comme cette trian­gu­laire amou­reuse des plus touchantes) qui se tissent les unes aux autres et prennent le pas sur l’in­trigue prin­ci­pale — la mère, malade, cherche un donneur sain de moelle épinière parmi ses enfants. Une mosaïque de récits, scènes, tons et genres qui, au lieu de nous aider à mieux comprendre les rela­tions de cette famille pas comme les autres, nous en fait au contraire ressen­tir toute la complexité. Souvent imité jamais égalé (cf le tris­toune Fête de famille de Cédric Kahn récem­ment), en grand ordi­na­teur de ce bordel à la vita­lité maîtri­sée, Desple­chin est à son sommet.

Un conte de Noël d’Ar­naud Desple­chin (Fr; 2h32) avec Cathe­rine Deneuve, Jean-Paul Rous­sillon, Mathieu Amal­ric, Anne Consi­gny… En replay gratuit sur France TV

Slalom, le + beau film de la rentrée

Longtemps repoussé, le premier film de Charlène Favier tourné en Savoie sort enfin pour la réouverture des salles le 19 mai prochain. Un sujet brûlant (l'emprise d'un coach sur une jeune skieuse), la révélation d'une cinéaste subtile qui mise sur la complexité des personnages... ...

Le grand projet disco­gra­phique de l’ONL

à peine arrivé depuis septembre à l’Auditorium, que le nouveau directeur musical Nikolaj Szeps-Znaider a déjà lancé un projet artistique d’une ampleur digne des grandes heures d’Emmanuel Krivine. Malgré l’absence de public (pas merci Roselyne), il a d'abord travaillé en orfèvre l...

NoZe, la terrasse du matin au soir

Terrasses. Pendant le confinement, le NoZe a doublé de volume. Comme certains d’entre nous, ajouteront les esprits taquins... Il y a désormais une grande salle, qui n’a rien perdu du charme précédent, très lumineuse, avec un agréable coin salon. Mais surtout, il suffit désormais ...

Bella figura

On avait déjà repéré les belles sélections d’œuvres exposées chez Manifesta, ouvert il y a un an. La bonne nouvelle de la rentrée, c’est que ce mois-ci Céline Melon ouvre son lieu au public, avec des œuvres issues des collections du Mac de Lyon. En lien avec la prochaine expositi...