Sortir à Lyon
Partager cet article :

Forêt des songes en Thaï­lande

Happy les fans d’Apichat­pong Weera­se­tha­kul (vous me le copie­rez dix fois). Arte diffuse gratui­te­ment un des plus beaux opus du réali­sa­teur thaï­lan­dais, palmé d’or pour Oncle Boon­mee, et auteur aupa­ra­vant de Tropi­cal Malady, grand film d’amour expé­ri­men­tal dont on ne sait jamais véri­ta­ble­ment remis. Rien de tel pour enta­mer votre détox après le fêtes et l’hys­té­rie sani­taire ambiante : Ceme­tery of splen­dour est un film radieux, suspendu, qui irra­die encore long­temps après sa projec­tion, même après l’avoir vu à la maison. Une œuvre somme, mais aussi – toute propor­tion gardée – sans doute le film le plus linéaire et le plus acces­sible de son réali­sa­teur. On y retrouve des soldats alités sous l’em­prise d’une mysté­rieuse mala­die du sommeil, soignés par une veuve béné­vole adepte de massage et de médi­ta­tion. Les fans comme nous pour­rait presque y recon­naître des plans de Tropi­cal Malady juste­ment, ou de Syndromes of The century, comme la séance d’aé­ro­bic finale dans ce rêve auto­bio­gra­phique tourné à Khon Kaen, ville natale du réali­sa­teur. On retrouve surtout l’art d’ha­bi­ter les plans fixes par un des plus grands génies du cadre depuis les frères Lumière (on pèse nos mots, sans être sous l’em­prise de l’al­cool).

L’hô­pi­tal, ses songes et ses fantômes dans Ceme­tery of splen­dour.

Là-haut

Rien de nouveau dans la théma­tique de Weera­se­tha­kul :  » La mer n’obéit a aucun schéma. On ne peut empê­cher les rêves, mieux vaut en être conscient« , fait-il dire à son héroïne. Soldat qui bande sous les draps, jardin à la Jurras­sic Park, allu­sion à Super­man ou à la série B thaï­lan­daise, vestiges de la civi­li­sa­tion khmère dans une forêt des songes… les fantômes de l’en­fance du réali­sa­teur sont toujours là mais auront rare­ment été montrées avec autant d’hu­mour (souvent érotique) et de poésie. Jusqu’à des plans abso­lu­ment sublimes de profon­deur de champ, déclen­chant de véri­tables ouver­tures spiri­tuelles (les fenêtres de l’hô­pi­tal ouvrant sur la forêt), ou des tableaux de l’au-delà ici et main­te­nant, comme ce plan de ciel bleu conta­miné par une bulle d’eau. Ceme­tery of splen­dour ne contient rien de moins que parmi les plus beaux plans qu’on puisse voir au cinéma aujourd’­hui. Un film qui ne cesse encore de gran­dir à la deuxième vision, mais commen­cez déjà par une première : bonne année, c’est gratuit !

Bande annonce origi­nale de Ceme­tery of splen­dour.

Ceme­tery of splen­dour d’Api­chat­pong Weera­se­tha­kul (2015, Tha, 1h54) avec Banlop Lomnoi, Jenjira Pong­pas, Jarin­pat­tra Ruen­gram…. Dispo­nible jusqu’au 10 janvier sur le Replay d’Arte

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...

Annette,comé­die musi­cale pour faire chan­ter #MeToo

Le premier problème d’Annette, c’est... Annette (le rôle, qu’on vous laissera découvrir). Le deuxième, c’est la musique des Sparks, à l'origine du film, ce qui est quand même ballot pour une comédie musicale. L'ambition était sans doute trop grande pour eux : après une belle ouve...