Sortir à Lyon
Partager cet article :

Bacri retrouve Le Sens de la fête

C’est le dernier grand rôle de Bacri, qui ne le canton­nait pas à jouer les bougons auxquels on la trop souvent réduit. Avec Le Sens de la fête, Bacri trou­vait des frères d’écri­ture en les personnes de Nacache et Tole­dano (il a d’ailleurs parti­ci­per au scéna­rio), et un nouveau souffle après les années Jaoui. Le film démarre sur les chapeaux de roue avec une scène de prépa­ra­tion de mariage écrite aux petits oignons : on voit rare­ment dans la comé­die française des scéna­ristes capables de nous immer­ger dans le métier de leur person­nage prin­ci­pal (un orga­ni­sa­teur de mariage, donc) avec des dialogues telle­ment fluides qu’ils font passer chaque scène pour un pur plai­sir d’ac­teurs. Mais s’il peut pous­ser une colère à la Macron contre ses employés qui manquent de respect à celui qui les nour­rit, Bacri est aussi en secret fondant d’amour pour Suzanne Clément (magni­fique), entre deux plateaux de petits fours.

Jean-Pierre Bacri, devant Kevin Azaïs et William Lebghil.

Film choral capable de dessi­ner la tendresse pour chacun de ses person­nages, cette comé­die contem­po­raine livre un tableau de la France d’aujourd’­hui en servant jusqu’à chacun des acteurs en seconds rôles. Comme Eye Haïdara en orga­ni­sa­trice numéro 2 bien éner­vée ; Gilles Lellouche, irré­sis­tible en chan­teur de bal entre orgueil et tendresse ; ou Benja­min Lavernhe en marié avant tout soucieux de se donner le beau rôle… jusqu’au ridi­cule. Comme toujours, Bacri incar­nait tout le contraire : un anti-héros en proie au décou­ra­ge­ment qui retrouve son éner­gie à travers son atten­tion pour les autres. La grande classe : même quand il tenait le premier rôle, c’était au milieu d’au­trui, en passant le relais à la géné­ra­tion qui peut désor­mais emboî­ter son pas.

Le Sens de la fête d’Eric Tolé­dano et Olivier Nakache (Fr, 1h57) avec Jean-Pierre Bacri, Eye Haïdara, Gilles Lellouche, Suzanne Clément, Vincent Macaigne, Kevin Azaïs, William Lebghil, Judith Chemla, Benja­min Lavernhe, Jean-Paul Rouve, Alban Ivanov… Dimanche 24 janvier à 21h sur TF1 en hommage à Jean-Pierre Bacri.

Autres hommages à Jean-Pierre Bacri : Le Goût des autres d’Agnès Jaoui mercredi 20 janvier à 1h sur France 2, suivi à 23h d’On connaît la chan­son d’Alain Resnais. Une femme de ménage de Claude Berri avec Emilie Dequenne, vendredi 22 janvier à 20h45 sur Arte.

Dracula, un Coppola saignant sur Netflix

C'est un des grands films de Coppola, sous-estimée à sa sortie en 1992. Une grande fresque médiévale, baroque et sanguinolente fut moyennement goûtée à sa sortie, sous prétexte d’épouser la précarité d'effets spéciaux rudimentaires en trois couleurs, comme au temps de la Hammer.....

Le grand projet disco­gra­phique de l’ONL

à peine arrivé depuis septembre à l’Auditorium, que le nouveau directeur musical Nikolaj Szeps-Znaider a déjà lancé un projet artistique d’une ampleur digne des grandes heures d’Emmanuel Krivine. Malgré l’absence de public (pas merci Roselyne), il a d'abord travaillé en orfèvre l...

Les yeux dans les Bleues

Les Fenottes viennent d'entrer dans la légende avec leur 7e Coupe d'Europe, et Les Joueuses, en pré-sortie dans la région le 2 septembre, tombe à pic : pour son 6e film, la documentariste Stéphanie Gillard a suivi les joueuses de l'Olympique Lyonnais au jour le jour pendant la sa...

Roof­top, cock­tails et ping-pong

Ce n’est pas la mer mais on pourrait presque entendre les vagues. Avec ses bouées suspendues, son bar à mojito et sa table de ping-pong, le toit du Mama Shelter est le repaire rêvé pour se sentir en vacances avant l’heure que vous souhaitiez déjeuner, diner ou tout simplement boi...