Sortir à Lyon
Partager cet article :

Bacri retrouve Le Sens de la fête

C’est le dernier grand rôle de Bacri, qui ne le canton­nait pas à jouer les bougons auxquels on la trop souvent réduit. Avec Le Sens de la fête, Bacri trou­vait des frères d’écri­ture en les personnes de Nacache et Tole­dano (il a d’ailleurs parti­ci­per au scéna­rio), et un nouveau souffle après les années Jaoui. Le film démarre sur les chapeaux de roue avec une scène de prépa­ra­tion de mariage écrite aux petits oignons : on voit rare­ment dans la comé­die française des scéna­ristes capables de nous immer­ger dans le métier de leur person­nage prin­ci­pal (un orga­ni­sa­teur de mariage, donc) avec des dialogues telle­ment fluides qu’ils font passer chaque scène pour un pur plai­sir d’ac­teurs. Mais s’il peut pous­ser une colère à la Macron contre ses employés qui manquent de respect à celui qui les nour­rit, Bacri est aussi en secret fondant d’amour pour Suzanne Clément (magni­fique), entre deux plateaux de petits fours.

Jean-Pierre Bacri, devant Kevin Azaïs et William Lebghil.

Film choral capable de dessi­ner la tendresse pour chacun de ses person­nages, cette comé­die contem­po­raine livre un tableau de la France d’aujourd’­hui en servant jusqu’à chacun des acteurs en seconds rôles. Comme Eye Haïdara en orga­ni­sa­trice numéro 2 bien éner­vée ; Gilles Lellouche, irré­sis­tible en chan­teur de bal entre orgueil et tendresse ; ou Benja­min Lavernhe en marié avant tout soucieux de se donner le beau rôle… jusqu’au ridi­cule. Comme toujours, Bacri incar­nait tout le contraire : un anti-héros en proie au décou­ra­ge­ment qui retrouve son éner­gie à travers son atten­tion pour les autres. La grande classe : même quand il tenait le premier rôle, c’était au milieu d’au­trui, en passant le relais à la géné­ra­tion qui peut désor­mais emboî­ter son pas.

Le Sens de la fête d’Eric Tolé­dano et Olivier Nakache (Fr, 1h57) avec Jean-Pierre Bacri, Eye Haïdara, Gilles Lellouche, Suzanne Clément, Vincent Macaigne, Kevin Azaïs, William Lebghil, Judith Chemla, Benja­min Lavernhe, Jean-Paul Rouve, Alban Ivanov… Dimanche 24 janvier à 21h sur TF1 en hommage à Jean-Pierre Bacri.

Autres hommages à Jean-Pierre Bacri : Le Goût des autres d’Agnès Jaoui mercredi 20 janvier à 1h sur France 2, suivi à 23h d’On connaît la chan­son d’Alain Resnais. Une femme de ménage de Claude Berri avec Emilie Dequenne, vendredi 22 janvier à 20h45 sur Arte.

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...

Annette,comé­die musi­cale pour faire chan­ter #MeToo

Le premier problème d’Annette, c’est... Annette (le rôle, qu’on vous laissera découvrir). Le deuxième, c’est la musique des Sparks, à l'origine du film, ce qui est quand même ballot pour une comédie musicale. L'ambition était sans doute trop grande pour eux : après une belle ouve...