Sortir à Lyon
Partager cet article :

Bacri retrouve Le Sens de la fête

C’est le dernier grand rôle de Bacri, qui ne le canton­nait pas à jouer les bougons auxquels on la trop souvent réduit. Avec Le Sens de la fête, Bacri trou­vait des frères d’écri­ture en les personnes de Nacache et Tole­dano (il a d’ailleurs parti­ci­per au scéna­rio), et un nouveau souffle après les années Jaoui. Le film démarre sur les chapeaux de roue avec une scène de prépa­ra­tion de mariage écrite aux petits oignons : on voit rare­ment dans la comé­die française des scéna­ristes capables de nous immer­ger dans le métier de leur person­nage prin­ci­pal (un orga­ni­sa­teur de mariage, donc) avec des dialogues telle­ment fluides qu’ils font passer chaque scène pour un pur plai­sir d’ac­teurs. Mais s’il peut pous­ser une colère à la Macron contre ses employés qui manquent de respect à celui qui les nour­rit, Bacri est aussi en secret fondant d’amour pour Suzanne Clément (magni­fique), entre deux plateaux de petits fours.

Jean-Pierre Bacri, devant Kevin Azaïs et William Lebghil.

Film choral capable de dessi­ner la tendresse pour chacun de ses person­nages, cette comé­die contem­po­raine livre un tableau de la France d’aujourd’­hui en servant jusqu’à chacun des acteurs en seconds rôles. Comme Eye Haïdara en orga­ni­sa­trice numéro 2 bien éner­vée ; Gilles Lellouche, irré­sis­tible en chan­teur de bal entre orgueil et tendresse ; ou Benja­min Lavernhe en marié avant tout soucieux de se donner le beau rôle… jusqu’au ridi­cule. Comme toujours, Bacri incar­nait tout le contraire : un anti-héros en proie au décou­ra­ge­ment qui retrouve son éner­gie à travers son atten­tion pour les autres. La grande classe : même quand il tenait le premier rôle, c’était au milieu d’au­trui, en passant le relais à la géné­ra­tion qui peut désor­mais emboî­ter son pas.

Le Sens de la fête d’Eric Tolé­dano et Olivier Nakache (Fr, 1h57) avec Jean-Pierre Bacri, Eye Haïdara, Gilles Lellouche, Suzanne Clément, Vincent Macaigne, Kevin Azaïs, William Lebghil, Judith Chemla, Benja­min Lavernhe, Jean-Paul Rouve, Alban Ivanov… Dimanche 24 janvier à 21h sur TF1 en hommage à Jean-Pierre Bacri.

Autres hommages à Jean-Pierre Bacri : Le Goût des autres d’Agnès Jaoui mercredi 20 janvier à 1h sur France 2, suivi à 23h d’On connaît la chan­son d’Alain Resnais. Une femme de ménage de Claude Berri avec Emilie Dequenne, vendredi 22 janvier à 20h45 sur Arte.

La tartuf­fe­rie des salles de spec­tacle

Nous aussi, on y a cru. On vous avait concocté un numéro de décembre truffé des belles expos, des beaux films, de spectacles même et de vacances sous la neige. On pensait que c'était ça, sauver Noël (à lire ici pour vous détendre). Que nenni. Macron et son Mini-moi Castex en ont ...

Fait d’hi­ver en Lozère

Le dernier film du réalisateur de Harry, un ami qui vous veut du bien, sorti en catimini à la toute fin de 2019, est bien trop original pour qu'on ne vous le conseille pas, aujourd'hui qu'il débarque sur Canal +... Mais Seules les bêtes est aussi suffisamment inabouti pour qu'on ...

Le boom des librai­ries indé­pen­dantes

L'exception culturelle, ce sont elles. Alors que le cinéma ou les musées enregistraient sur 2019 une perte de fréquentation abyssale de l'ordre de – 70 %, les librairies, elles, se maintenaient autour de – 3% de moyenne au niveau national. Une forme de stabilité déjà inespérée, m...

NoZe, la terrasse du matin au soir

Terrasses. Pendant le confinement, le NoZe a doublé de volume. Comme certains d’entre nous, ajouteront les esprits taquins... Il y a désormais une grande salle, qui n’a rien perdu du charme précédent, très lumineuse, avec un agréable coin salon. Mais surtout, il suffit désormais ...

Des ramages et un Rameau

Opéra baroque. Clément Cogitore vient d'en signer une version revigorante à l'Opéra de Paris, qui a scandalisé la presse spécialisée qui aime tant le scandale, et réjoui un public conquis qui l'a saluée debout. Les Indes galantes restent mythiques, entre autres, pour l'exceptionn...