Sortir à Lyon
Partager cet article :

Fait d’hi­ver en Lozère

Le dernier film du réali­sa­teur de Harryun ami qui vous veut du bien, sorti en cati­mini à la toute fin de 2019, est bien trop origi­nal pour qu’on ne vous le conseille pas, aujourd’­hui qu’il débarque sur Canal +… Mais Seules les bêtes est aussi suffi­sam­ment inabouti pour qu’on ne le fasse pas avec une certaine réserve. Evacuons tout de suite notre petite frus­tra­tion : le fin mot de cette histoire de dispa­ri­tion d’une femme en pleine Lozère est un brin déce­vante, et réside dans une seconde partie en contre­champ – dont on ne peut rien dévoi­ler – avec un peu trop de gigognes dans un récit déjà très alam­biqué… Reste que ce thril­ler sauvage adapté du roman de Colin Niel réserve aussi de jolis moments de comé­die, notam­ment sur les illu­sions de l’amour à l’ère du numé­rique, en plus d’une véri­table ambiance polar­deuse avec des person­nages hauts en couleur : Damien Bonnard est encore plus animal que dans Rester verti­cal, et Laure Calamy, notre second rôle français fémi­nin préféré, crève une nouvelle fois l’écran, même si on aurait aimé la voir un peu plus long­temps. Bref, le casting est impec­cable, de Vale­ria-Bruni Tedes­chi à Denis Meno­chet, drôle de brute épais­se… La volte-face d’un scéna­rio dont il ne faut surtout rien dévoi­ler finira de vous faire passer un beau moment, plutôt riches en surpri­ses… Du polar français plein d’ori­gi­na­li­tés. C’est déjà beau­coup en ce moment. L.H.

Seules les bêtes de Domi­nik Moll (Fr, 1h57) avec Denis Méno­chet, Vale­ria-Bruni Tedes­chi, Damien Bonnard, Laure Cala­my… Dispo­nible sur Canal + et en Vod sur la plupart des plate­formes.

Dracula, un Coppola saignant sur Netflix

C'est un des grands films de Coppola, sous-estimée à sa sortie en 1992. Une grande fresque médiévale, baroque et sanguinolente fut moyennement goûtée à sa sortie, sous prétexte d’épouser la précarité d'effets spéciaux rudimentaires en trois couleurs, comme au temps de la Hammer.....

Le grand projet disco­gra­phique de l’ONL

à peine arrivé depuis septembre à l’Auditorium, que le nouveau directeur musical Nikolaj Szeps-Znaider a déjà lancé un projet artistique d’une ampleur digne des grandes heures d’Emmanuel Krivine. Malgré l’absence de public (pas merci Roselyne), il a d'abord travaillé en orfèvre l...

Le Mans 66 : l’as des as

Biopic. Certes, il y a deux films en un : d'abord la guerre entre Ford et Ferrari qui donnent lieu à de bonnes vieilles scènes d'action ultra-réaliste comme si on était propulsés dans le siège des bolides cultes des années 60 ; ensuite un scénario assez balisé avec scènes de fami...

Debout sur la montagne : pas toujours au sommet !

Chronique maison. C’est un scénario décousu de fil blanc comme le cinéma d’auteur hexagonal sait en faire de mieux : une enième resucée des trois amis d’enfance qui se retrouvent « quinze ans après » (sic), « un peu abimés par la vie » (resic). Serions-nous dans un film français ...