Sortir à Lyon
Partager cet article :

Les Tuche, à la musul­mane !

Ce n’est pas tous les jours qu’on voit une comé­die poli­tique dans le cinéma français. Alors voir Arnaud Monte­bourg en prof de Sciences po qui remet la meilleure note à son élève en lui lançant un « premier de cordée » reste pour le moins amusant. Une façon de se retour­ner sur les années Hollande après l’ère sarko­syste bling bling du premier épisode de Neuilly sa mère. La conver­sion du fan de Sarko en aspi­rant En marche est des plus savou­reuses, tout comme sa candi­da­ture acci­den­telle sous les couleurs socia­listes, avec une autre appa­ri­tion : celle de Julien Dray, en pleine auto­dé­ri­sion. Bref, les obser­va­teurs de la vie poli­tique y trou­ve­ront leur bonheur d’al­lu­sions savou­reuses, d’au­tant que sous ses gros sabots de comé­die popu­laire filmée à la truelle, Neuilly sa mère, sa mère montre toute une réalité sociale d’un point de vue qu’on ne voit quasi­ment jamais dans le cinéma hexa­go­nal : celui des musul­mans français. Autant vous dire qu’on n’est sans doute pas prêt de revoir ça avant long­temps… Pas fou au point de bous­cu­ler le public qu’il cible, Julien-Lafer­rière n’ou­blie pas de rester puri­tain quand il s’agit de filmer les rela­tions amou­reuses du jeune Samy… Mais la critique sociale, elle, fait souvent mouche, avec un Denis Poda­ly­dès toujours parfait, contraint à l’exil en banlieue après la dénon­cia­tion des sévices animales de sa société « Porc ever » ! Tout ça ne casse pas trois pattes à des pieds de cochon halal, mais est aussi savou­reux que le plai­sir que semble prendre cette tripo­tée d’ac­teurs, de Valé­rie Lemer­cier à Jacky Berroyer, avec même le caméo de notre député local, Hubert Julien-Lafer­rière, fran­gin du réali­sa­teur, qui a depuis quitté LaRem. On attend le prochain épisode avec impa­tien­ce… sur Marine Le Pen ?

Bande annonce d’époque

Neuilly sa mère, sa mère de Gabriel Julien-Lafer­rière (2018, Fr, 1h45) avec Samy Seghir, Denis Poda­ly­dès, Jérémy Denisty, Valé­rie Lemer­cier, Sophia Aram, Jacky Berroyer… Dimanche 28 février à 21h sur France 2.

Vincent Lacoste et la jeune fille

Vincent Lacoste n’est pas seulement un acteur de comédie. Vous pouvez d’ailleurs voir actuellement Mes jours de gloire sur Canal +, joli premier film sur la dépression pour lequel on l’avait rencontré (lire l’entretien << ici >>). Avec Amanda, il trouvait son plus beau rôle drama...

Camille chante et danse à Four­vière

C’est LA chorégraphe sud-africaine qui a bousculé tous les codes du corps et des représentations du spectacle vivant depuis les années 2000, et ce, du hip-hop à l’opéra. Volontiers provocatrice mais toujours énergique, ludique et pleine de dérision, Robyn Orlin n’a jamais hésité ...

40 ans de Jazz à Vienne: c’est parti !

La voilà la bonne nouvelle, tombée le temps d'un Facebook live : "La configuration du Théâtre Antique de Vienne permet aujourd'hui à Jazz à Vienne d’envisager des concerts cet été." On vous avait déjà alléché en avant-première avec la plupart des noms de cette 40e édition et la n...

Sainté, « Légè­re­ment » barré !

Bonne nouvelle : la plus belle exposition d'arts plastiques qu'on ait vu cette année est prolongée tout l'été au Musée d'art moderne de Saint-Etienne : Alexandre Léger, ou la révélation d'un artiste croisant dessin, couleurs, poésie et un imaginaire flirtant avec l'inconscient. ...

Les sultans sont durs

Néo-classique. La langue de Racine est la plus limpide et la plus géniale qui soit, mais sson théâtre reste redoutable à mettre en scène: la spatialisation, les costumes et les décors ne se résument souvent qu'à une pesanteur académique, les mots restant plus fort que tout. Aucun...