Sortir à Lyon
Partager cet article :

Bons beignets de Tokyo sur Arte

Tokue, mamie de 76 ans sensible à la nature, postule dans un petit boui boui pour cuisi­ner des hari­cots rouges confits malgré ses mains abîmées. Elle finira par cuisi­ner les doraya­kis du chef comme personne, sorte de pancakes japo­nais à base de « An » (titre origi­nal du film), une pâte qui respire. Résumé comme ça, on pour­rait prendre le dernier film de Naomi Kawase pour une version new age de Top chef. Il n’en est rien.

Un conte fami­lial dans les ceri­siers en fleurs.

Si on retrouve sa façon unique de filmer la nature et sa conju­gai­son avec la vie urbaine dans des plans sublimes de ceri­siers en fleur embras­sant la ville, An (c’est le titre origi­nal) est aussi un de ces films de fiction les moins dolo­ristes, bascu­lant dans un mélo en état de grâce dont on ne dévoi­lera rien dans sa deuxième partie. L’an­crage docu­men­taire et la vérité visuelle sont toujours là, mais les dialogues expli­ca­tifs et la gros­siè­reté de certains de ses scéna­rios ont disparu, au profit d’un senti­ment du temps en apesan­teur et d’une direc­tion d’ac­teurs (profes­sion­nels) de tous les instants.

Kyara Ushida dans Les Délices de Tokyo.

Kirin Kiki qui fait une appa­ri­tion dans Notre petite sœur de Kore-Eda est ici une grand-mère inou­bliable, et Masa­to­shi Nagase revenu du Myste­rious Skin de Gregg Araki apporte ce qu’il faut de pres­tance et de déchi­re­ment pour donner une incar­na­tion à ce beau mélo, tout en ellipses et rete­nues. La charge contre le saccage du profit au détri­ment du sens profond est d’au­tant plus crédible, et l’an­crage dans une certaine réalité histo­rique du Japon qu’on ne dévoi­lera pas finit d’en faire un des plus beaux films de sa réali­sa­trice, sorte de mélo­drame zen en état de grâce. »Tout ce qui existe en ce monde possède son propre langage. Nous sommes nés pour regar­der et écou­ter ce monde. Même sans réus­sir dans la vie, nous pouvons trou­ver un sens à notre exis­tence. » Hymne à la sensi­bi­lité des âmes faibles et des déclas­sés, c’est sans doute un des plus beaux films de sa réali­sa­trice.

La bande annonce du film à sa sortie en 2015.

Les Délices de Tokyo de Naomi Kawase (Jap, 1 h 53) avec Kirin Kiki, Masa­to­shi Nagase, Kyara Uchi­da… A voir gratui­te­ment sur le Replay d’Arte.

L’inou­bliable Krini Kiki dans Les Délices de Tokyo.

PS : A noter Voyage à Ushino de Naomi Kawase avec Juliette Binoche est aussi dispo­nible sur Arte, la meilleure plate­forme du cinéma chez soi.

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...

Annette,comé­die musi­cale pour faire chan­ter #MeToo

Le premier problème d’Annette, c’est... Annette (le rôle, qu’on vous laissera découvrir). Le deuxième, c’est la musique des Sparks, à l'origine du film, ce qui est quand même ballot pour une comédie musicale. L'ambition était sans doute trop grande pour eux : après une belle ouve...