Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le dernier film de Taver­nier sur France 2

Jamais là où on l’at­tend, après être allé tourné dans le bayou de la Loui­siane Dans la brume élec­trique, le dernier film de Bertrand Taver­nier était une comé­die poli­tique comme on n’en fait peu, retrou­vant la trucu­lence de Coup de Torchon, mais appliquée cette fois au milieu on ne peut plus pari­sien et sclé­rosé des cabi­nets du Quai d’Or­say. Adap­tant la BD de Chris­tophe Blain et Abel Lanzac, ancien « nègre » de ce haut lieu de la diplo­ma­tie française, Taver­nier se glisse dans les coulisses pour croquer la jungle minis­té­rielle et un certain Domi­nique de Ville­pin. Comme parfois chez lui, le discours est ici et là un peu trop appuyé, du didac­tisme des Frag­ments d’Hé­ra­clite érigés en chapitres tout au long du film aux “effets BD” visuels, des split-screens au brui­tage de porte au passage de la tornade de ministre. Mais en fin obser­va­teur, le réali­sa­teur lyon­nais parvient à faire de ce “salmi­gon­dis de tech­no­crates” une comé­die langa­gière trucu­lente , festi­val de bons mots, de mauvaise foi, de fausses vulga­ri­tés et de vrai labeur sous les dorures.

Thierry Lher­mitte parfait en Domi­nique de Ville­pin.

Casting parfait (Taver­nier choi­sis­sait lui-même ses acteurs, sans agence de casting), Lher­mitte est au bord du sur-jeu sans jamais y tomber, comme son modèle, mais c’est Nils Ares­trup en sphinx bureau­crate qui rend toute l’âme de cette ruche humaine, luttant pour et contre la folie d’un homme. Fou, Ville­pin, mais pas con… Surtout pas déma­gogue, le film abou­tit au célèbre discours de l’ONU dans un bel effet de réel en forme d’hom­mage aux petites mains anonymes de cette ruche insen­sée qu’est la diplo­ma­tie française. Une satire mordante en forme d’ex­cellent diver­tis­se­ment qui clôt (pour la partie fiction) une filmo­gra­phie de près de 50 ans, dans un grand éclat de rire comme il en avait souvent lui-même. « Abso­lu­ment formi­daaable ! »

Quai d’Or­say (2013, Fr, 1h54) avec Thierry Lher­mitte, Niels Ares­trup, Julie Gayet, Raphaël Person­naz, Anaïs Demous­tier… Dimanche 28 mars à 21h sur France 2. Voir aussi nos films préfé­rés de Taver­nier sur Netflix << ici >>.

La Mule de Clint East­wood, gratuit sur France 2

À 88 ans, Clint Eastwood était déjà coquet. Il incarne un personnage âgé de « seulement » 80 ans. Earl Stone, un horticulteur solitaire qui a eu son heure de gloire et de prospérité en cultivant son célèbre Lys d’un jour, est sur le point d’être saisi. Car Internet, auquel il ne ...

On a vu le nouveau Almo­do­var, Madres para­le­las

Revoilà un Pedro Almodovar plutôt en bonne forme malgré une excentricité plus contenue, avec ses couleurs franches, ses destinées de femmes fortes et bien-sûr son actrice fétiche, Penélope Cruz. Après Douleur et Gloire, son dernier film en forme d'autobiographie masculine, le réa...

Le Diable… le film iranien qui défie la censure

Le réalisateur d’Un Homme intègre (2017) a tourné quatre histoires reliées par un même thème : assumer une responsabilité individuelle dans un régime totalitaire. Ou comment défier la censure en tournant en Iran à la façon d’un court- métrage, alors que la peine de mort ne cesse ...

La Fièvre de Petrov, le nouveau coup de folie de Sere­bren­ni­kov

Il nous a mis la fièvre pendant des heures, Kirill Serebrennikov avec La Fièvre de Petrov, son dernier film. Ou plus exactement, pendant les 2h30 que dure cette balade métaphysique aux côtés de Petrov, dessinateur de BD sacrément grippé, ce qui ne l'empêche pas de boire des coups...