Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le dernier film de Taver­nier sur France 2

Jamais là où on l’at­tend, après être allé tourné dans le bayou de la Loui­siane Dans la brume élec­trique, le dernier film de Bertrand Taver­nier était une comé­die poli­tique comme on n’en fait peu, retrou­vant la trucu­lence de Coup de Torchon, mais appliquée cette fois au milieu on ne peut plus pari­sien et sclé­rosé des cabi­nets du Quai d’Or­say. Adap­tant la BD de Chris­tophe Blain et Abel Lanzac, ancien « nègre » de ce haut lieu de la diplo­ma­tie française, Taver­nier se glisse dans les coulisses pour croquer la jungle minis­té­rielle et un certain Domi­nique de Ville­pin. Comme parfois chez lui, le discours est ici et là un peu trop appuyé, du didac­tisme des Frag­ments d’Hé­ra­clite érigés en chapitres tout au long du film aux “effets BD” visuels, des split-screens au brui­tage de porte au passage de la tornade de ministre. Mais en fin obser­va­teur, le réali­sa­teur lyon­nais parvient à faire de ce “salmi­gon­dis de tech­no­crates” une comé­die langa­gière trucu­lente , festi­val de bons mots, de mauvaise foi, de fausses vulga­ri­tés et de vrai labeur sous les dorures.

Thierry Lher­mitte parfait en Domi­nique de Ville­pin.

Casting parfait (Taver­nier choi­sis­sait lui-même ses acteurs, sans agence de casting), Lher­mitte est au bord du sur-jeu sans jamais y tomber, comme son modèle, mais c’est Nils Ares­trup en sphinx bureau­crate qui rend toute l’âme de cette ruche humaine, luttant pour et contre la folie d’un homme. Fou, Ville­pin, mais pas con… Surtout pas déma­gogue, le film abou­tit au célèbre discours de l’ONU dans un bel effet de réel en forme d’hom­mage aux petites mains anonymes de cette ruche insen­sée qu’est la diplo­ma­tie française. Une satire mordante en forme d’ex­cellent diver­tis­se­ment qui clôt (pour la partie fiction) une filmo­gra­phie de près de 50 ans, dans un grand éclat de rire comme il en avait souvent lui-même. « Abso­lu­ment formi­daaable ! »

Quai d’Or­say (2013, Fr, 1h54) avec Thierry Lher­mitte, Niels Ares­trup, Julie Gayet, Raphaël Person­naz, Anaïs Demous­tier… Dimanche 28 mars à 21h sur France 2. Voir aussi nos films préfé­rés de Taver­nier sur Netflix << ici >>.

Un beau matin, le plus beau rôle de Léa Seydoux

Retraçant comme souvent sa propre expérience, la réalisatrice du Père de mes enfants filme la vie de Sandra (Léa Seydoux), jeune mère célibataire qui, quand elle n'est pas occupée à transporter son père (Pascal Greggory) d'une maison de retraite à l'autre, passe son temps à éleve...

Tori et Lokita, le nouveau film déce­vant des Dardenne

Il y a toujours de belles choses dans un film des frères Dardenne. Comme ici le premier gros plan sur Lokita (Joely Mbundu) ou Pablo Schils, gamin au vélo inoubliable alors que les réalisateurs belges reviennent au sujet de La Promesse : la famille et l’immigration. Comme toujour...

Dahmer, la snuff série gay la plus vue de Netflix

Tu m'étonnes que tout le monde regarde ! Voyeuriste, sordide, malaisant, mais aussi incroyablement bien interprété et mis en scène (même Gregg Araki a mis la main à la pâte pour un épisode !), Dahmer, monstre, L'Histoire de Jeffrey Dahmer, est un véritable phénomène... assez impr...