Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le dernier film de Taver­nier sur France 2

Jamais là où on l’at­tend, après être allé tourné dans le bayou de la Loui­siane Dans la brume élec­trique, le dernier film de Bertrand Taver­nier était une comé­die poli­tique comme on n’en fait peu, retrou­vant la trucu­lence de Coup de Torchon, mais appliquée cette fois au milieu on ne peut plus pari­sien et sclé­rosé des cabi­nets du Quai d’Or­say. Adap­tant la BD de Chris­tophe Blain et Abel Lanzac, ancien « nègre » de ce haut lieu de la diplo­ma­tie française, Taver­nier se glisse dans les coulisses pour croquer la jungle minis­té­rielle et un certain Domi­nique de Ville­pin. Comme parfois chez lui, le discours est ici et là un peu trop appuyé, du didac­tisme des Frag­ments d’Hé­ra­clite érigés en chapitres tout au long du film aux “effets BD” visuels, des split-screens au brui­tage de porte au passage de la tornade de ministre. Mais en fin obser­va­teur, le réali­sa­teur lyon­nais parvient à faire de ce “salmi­gon­dis de tech­no­crates” une comé­die langa­gière trucu­lente , festi­val de bons mots, de mauvaise foi, de fausses vulga­ri­tés et de vrai labeur sous les dorures.

Thierry Lher­mitte parfait en Domi­nique de Ville­pin.

Casting parfait (Taver­nier choi­sis­sait lui-même ses acteurs, sans agence de casting), Lher­mitte est au bord du sur-jeu sans jamais y tomber, comme son modèle, mais c’est Nils Ares­trup en sphinx bureau­crate qui rend toute l’âme de cette ruche humaine, luttant pour et contre la folie d’un homme. Fou, Ville­pin, mais pas con… Surtout pas déma­gogue, le film abou­tit au célèbre discours de l’ONU dans un bel effet de réel en forme d’hom­mage aux petites mains anonymes de cette ruche insen­sée qu’est la diplo­ma­tie française. Une satire mordante en forme d’ex­cellent diver­tis­se­ment qui clôt (pour la partie fiction) une filmo­gra­phie de près de 50 ans, dans un grand éclat de rire comme il en avait souvent lui-même. « Abso­lu­ment formi­daaable ! »

Quai d’Or­say (2013, Fr, 1h54) avec Thierry Lher­mitte, Niels Ares­trup, Julie Gayet, Raphaël Person­naz, Anaïs Demous­tier… Dimanche 28 mars à 21h sur France 2. Voir aussi nos films préfé­rés de Taver­nier sur Netflix << ici >>.

Dracula, un Coppola saignant sur Netflix

C'est un des grands films de Coppola, sous-estimée à sa sortie en 1992. Une grande fresque médiévale, baroque et sanguinolente fut moyennement goûtée à sa sortie, sous prétexte d’épouser la précarité d'effets spéciaux rudimentaires en trois couleurs, comme au temps de la Hammer.....

Le grand projet disco­gra­phique de l’ONL

à peine arrivé depuis septembre à l’Auditorium, que le nouveau directeur musical Nikolaj Szeps-Znaider a déjà lancé un projet artistique d’une ampleur digne des grandes heures d’Emmanuel Krivine. Malgré l’absence de public (pas merci Roselyne), il a d'abord travaillé en orfèvre l...

Une vie cachée : grand film pour héros ordi­naire

Cinéma d'auteur. Après des derniers films décevants (Song to Song), Terrence Malick opère un retour aux sources de son cinéma en s’inspirant de la vie de Franz Jägerstätter, un paysan autrichien qui refusa de prêter allégeance à Hitler. Bien entendu, ici, il n’y a ni combats ni b...

Solo étoilé

Pop-rock. Signe qu’il est devenu un « grand », on ne présente plus Kevin Morby comme l’ex-chanteur des Babies ou l’ex-bassiste de Woods. Son échappée en solo est désormais un fait et les cinq disques qu’il a pondu tout seul depuis 2013 ont mis tout le monde d’accord ou presque : ...