Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le + beau portrait de femme de 2020

La scène d’ou­ver­ture est à vous faire des noeuds à l’es­to­mac: un long plan-séquence qui voit bascu­ler la vie ordi­naire d’une mère dans l’hor­reur. Alors qu’elle est chez elle à Barce­lone, Elena reçoit un appel de son fils de 6 ans parti en vacances avec son père. L’en­fant est perdu sur une plage déserte en France. Un homme s’ap­proche de lui, le télé­phone coupe. Ce plan-séquence saisis­sant est en fait un ancien court-métrage de Rodrigo Soro­goyen, pour lequel le cinéaste a reçu plusieurs prix. Hanté par ce scéna­rio et sans doute emballé par le succès, l’Es­pa­gnol a décidé de lui donner une suite avec Madre, mais en variant de ton. Après l’état-panique, voici dix ans plus tard avec un sens de l’el­lipse consommé l’in­ti­mité trouble auprès d’une jeune ado français… qui aurait pu être son fils.

Marta Nieto dans Madre de Rodrigo Soro­goyen.

Sous le sable

La rencontre entre cette mère au chagrin rentré mais incon­so­lable et cet ado mal dégrossi mais plein de curio­sité pour cette femme qui l’a suivi donne lieu à une rencontre aux dialogues savou­reux, trou­blé par cet état second entre deux âges atti­rés l’un par l’autre sans trop savoir pourquoi, sur fond de longues plages déser­tées par le deuil. Le réali­sa­teur a tenu à s’éloi­gner de l’am­biance polar dans laquelle baignaient ses deux premiers films, Que Dios nos perdone et El Reino, pour mieux déjouer les attentes du spec­ta­teur. Le jeu entre nervo­sité et rete­nue de Marta Nieto distille à merveille se trouble d’une mère parange soudai­ne­ment revue comme une femme par un garçon de l’âge de son fils.

Alex Bren­demühl, le nouvel amant de Marta Nieto.

Lemon Incest

Rodrigo Soro­goyen joue magni­fique­ment de la spon­ta­néité juvé­nile de Jules Porier au milieu des corps des hommes, comme de sa confron­ta­tion avec les adultes (avec notam­ment Frédé­ric Pier­rot, le psy d’En Théra­pie, ici en pater­nel). Habité par le secret du deuil et un désir inter­dit, Madre nous laisse à l’aube d’une renais­sance, trou­blés par un amour impé­rieux, comme un beau portrait de femme qui renaît à la vie.

Madre de Rodrigo Soro­goyen (2020, Esp, 2h09) avec Marta Nieto, Jules Porier, Alex Bren­demühl, Anne Consi­gny, Frédé­ric Pier­rot… Actuel­le­ment en VOD et sur Canal +.

Le Dernier duel de Ridley Scott

Ridley Scott s’attèle au dernier duel connu en France entre Jacques Le Gris et Jean de Carrouges en 1386, le second accusant le premier d’avoir violé sa jeune épouse, suite au témoignage de celle-ci. Le matériau de départ est splendide, la maestria à reconstituer la France du Moy...

Est-ce la peine d’al­ler voir Eiffel ?

Si vous avez un jour rêvé d’une histoire d’amour sous la tour Eiffel, vous pouvez toujours tenter ce drôle de biopic qui reconstitue la préquelle de la tour la plus célèbre du monde... à partir d’un amour empêché en Gironde à la fin du XIXe siècle. Gustave aimait Adrienne (avec u...

On a vu le nouveau James Bond en 4DX

N’écoutez pas les oiseaux de mauvais augure qui ont dû souffrir de trop attendre ce 007, tourné il y a deux ans... Il y a tout dans le dernier James Bond : le prologue italien (au féminin) le plus long de la saga, un générique splendide dans les ruines romaines sous-marines, des ...