Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le + beau portrait de femme de 2020

La scène d’ou­ver­ture est à vous faire des noeuds à l’es­to­mac: un long plan-séquence qui voit bascu­ler la vie ordi­naire d’une mère dans l’hor­reur. Alors qu’elle est chez elle à Barce­lone, Elena reçoit un appel de son fils de 6 ans parti en vacances avec son père. L’en­fant est perdu sur une plage déserte en France. Un homme s’ap­proche de lui, le télé­phone coupe. Ce plan-séquence saisis­sant est en fait un ancien court-métrage de Rodrigo Soro­goyen, pour lequel le cinéaste a reçu plusieurs prix. Hanté par ce scéna­rio et sans doute emballé par le succès, l’Es­pa­gnol a décidé de lui donner une suite avec Madre, mais en variant de ton. Après l’état-panique, voici dix ans plus tard avec un sens de l’el­lipse consommé l’in­ti­mité trouble auprès d’une jeune ado français… qui aurait pu être son fils.

Marta Nieto dans Madre de Rodrigo Soro­goyen.

Sous le sable

La rencontre entre cette mère au chagrin rentré mais incon­so­lable et cet ado mal dégrossi mais plein de curio­sité pour cette femme qui l’a suivi donne lieu à une rencontre aux dialogues savou­reux, trou­blé par cet état second entre deux âges atti­rés l’un par l’autre sans trop savoir pourquoi, sur fond de longues plages déser­tées par le deuil. Le réali­sa­teur a tenu à s’éloi­gner de l’am­biance polar dans laquelle baignaient ses deux premiers films, Que Dios nos perdone et El Reino, pour mieux déjouer les attentes du spec­ta­teur. Le jeu entre nervo­sité et rete­nue de Marta Nieto distille à merveille se trouble d’une mère parange soudai­ne­ment revue comme une femme par un garçon de l’âge de son fils.

Alex Bren­demühl, le nouvel amant de Marta Nieto.

Lemon Incest

Rodrigo Soro­goyen joue magni­fique­ment de la spon­ta­néité juvé­nile de Jules Porier au milieu des corps des hommes, comme de sa confron­ta­tion avec les adultes (avec notam­ment Frédé­ric Pier­rot, le psy d’En Théra­pie, ici en pater­nel). Habité par le secret du deuil et un désir inter­dit, Madre nous laisse à l’aube d’une renais­sance, trou­blés par un amour impé­rieux, comme un beau portrait de femme qui renaît à la vie.

Madre de Rodrigo Soro­goyen (2020, Esp, 2h09) avec Marta Nieto, Jules Porier, Alex Bren­demühl, Anne Consi­gny, Frédé­ric Pier­rot… Actuel­le­ment en VOD et sur Canal +.

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...

Annette,comé­die musi­cale pour faire chan­ter #MeToo

Le premier problème d’Annette, c’est... Annette (le rôle, qu’on vous laissera découvrir). Le deuxième, c’est la musique des Sparks, à l'origine du film, ce qui est quand même ballot pour une comédie musicale. L'ambition était sans doute trop grande pour eux : après une belle ouve...