Sortir à Lyon
Partager cet article :

Hacker, un Michael Mann méconnu sur Netflix

Un mysté­rieux hacker menace la sécu­rité mondiale en utili­sant un code de pira­tage infor­ma­tique créé par un autre hacker qui purge sa peine de prison aux États-Unis (Chris Hemsworth alias Thor, menotté et malmené par les gardes, miam). Le FBI et les services secrets chinois vont devoir le faire sortir pour qu’il puisse se rache­ter en démasquant le dange­reux malfai­teur. L’af­fron­te­ment entre un black­hat (le titre origi­nal du film, signi­fiant un hacker mal inten­tionné) et ce nouveau white hat, va alors pouvoir commen­cer.

Chris Hemsworth en fila­ture dans Hacker.

La mèche

Même s’il se veut inspiré par l’his­toire du vrai Stephen Watt,(qui avait piraté les bases de données de 250 compa­gnies à travers le monde),ce scéna­rio de commande digne d’un mauvais James Bond, navi­guant entre Hong Kong, Chicago ou Djakarta n’a pas pu inté­res­ser plus de deux secondes Michael Mann. Le réali­sa­teur utilise alors les codes les plus éculés du thril­ler et du western pour mieux les inflé­chir : méchant avec une vraie tête de méchant, asia­tiques pati­bu­laires mais presque, Ray Ban à tous les étages…A­vec sa voix grave, sa mèche rebelle et ses biscot­tos qu’on devine sous la chemise, Chris Hemsworth est juste archi-sexy, sorte de Colin Farrell en version blonde, entouré d’un harem visi­ble­ment sous le charme, quin­tes­sence du héros améri­cain. Mais Michael Mann est un des derniers esthètes Holly­wood, et s’il livre une séquence de fusillade phéno­mé­nale au cœur du film et quelques scènes de course-pour­suite à couper le souffle, en grand styliste, c’est surtout les temps morts qui l’in­té­ressent.

Chris Hemsworth, à l’oreille et sous le T-shirt.

Only God forgives

Aidé par la géniale musique souter­raine d’Atti­cus Ross, il traite les diffé­rents lieux avec la même distan­cia­tion, plon­geant ses acteurs, qu’il utilise comme de simples silhouettes, dans une sorte de bulle mondia­li­sée où la mani­pu­la­tion infor­ma­tique et le monde virtuel n’en­gendrent qu’un senti­ment de claus­tro­pho­bie, même à l’ex­té­rieur. En mobi­lité perma­nente, la caméra filme les lieux comme autant de rami­fi­ca­tions issues des réseaux infor­ma­tiques, déta­chant les couleurs primaires des signaux lumi­neux ou la lumière aveu­glante des coups de feu comme une résur­gence d’écrans démul­ti­pliés. Sous ses airs modestes de film de commande, ce Hacker déçoit en bien comme disent les Suisses. Un thril­ler digi­ta­lisé dans la droite ligne du Mission impos­sible de Brian DePalma L.H.

Michael Mann sur le tour­nage de Hacker.

Hacker de Michael Mann (Black Hat, 2015, EU, 2h13) avec Chris Hemsworth, Leehom Wang, Wei Tang, Viola Davis… Actuel­le­ment sur Netflix.

La bande annonce à la sortie du film en 2015.

On a vu le nouveau Almo­do­var, Madres para­le­las

Revoilà un Pedro Almodovar plutôt en bonne forme malgré une excentricité plus contenue, avec ses couleurs franches, ses destinées de femmes fortes et bien-sûr son actrice fétiche, Penélope Cruz. Après Douleur et Gloire, son dernier film en forme d'autobiographie masculine, le réa...

Le Diable… le film iranien qui défie la censure

Le réalisateur d’Un Homme intègre (2017) a tourné quatre histoires reliées par un même thème : assumer une responsabilité individuelle dans un régime totalitaire. Ou comment défier la censure en tournant en Iran à la façon d’un court- métrage, alors que la peine de mort ne cesse ...

La Fièvre de Petrov, le nouveau coup de folie de Sere­bren­ni­kov

Il nous a mis la fièvre pendant des heures, Kirill Serebrennikov avec La Fièvre de Petrov, son dernier film. Ou plus exactement, pendant les 2h30 que dure cette balade métaphysique aux côtés de Petrov, dessinateur de BD sacrément grippé, ce qui ne l'empêche pas de boire des coups...