Sortir à Lyon
Partager cet article :

Michel Blanc fait danser Karin Viard

15 ans après, Michel Blanc fait à nouveau danser dans Paris tous les person­nages (ou presque), d’Embras­ser qui vous voudrez. Même si cette fois, il n’adapte pas une suite du roman de Joseph Connolly mais se lance dans un scéna­rio origi­nal. Tant mieux : il ne faut pas entendre plus de deux ou trois répliques pour se rendre compte que Michel Blanc reste un des grands dialo­guistes de la comé­die française. Avec en prime cette touche de cynisme presque britan­nique que décline à merveille Char­lotte Rampling, retrou­vant son rôle de salope volup­tueuse : “ Tu sais pourquoi tu es un insup­por­table ?” dit-elle à Karin Viard. “Parce que tout ce que tu fais part d’un bon senti­ment. Moi c’est exac­te­ment le contraire, et le résul­tat est le même…” Voilà long­temps qu’on n’avait pas vu une Karin Viard aussi drôle et aussi sincère dans un film, sans doute parce que cette comé­die sur une bour­geoi­sie déca­dente encom­brée par par ses névroses a une qualité rare dans le cinéma bobo pari­sien : l’au­to­dé­ri­sion.

Char­lotte Rampling, reine de la comé­die.

Diver­tis­se­ment haut de gamme

A ce jeu-là, les deux appa­ri­tions de Dutronc en voyou de la haute contem­plant la médio­crité des gens qui vivent sous son empire, tout en se resser­vant du bon vin vaut son pesant de revanche sociale. Il garde la classe jusque dans la cara­vane dans laquelle il termine à la suite de malver­sa­tions finan­ciè­res… Pas de temps mort (1h26, merci Michel !), une valse d’ac­teurs au sommet et un art consommé du dialogue qu’on rêve­rait de servir en réplique à un ex : ce vaude­ville friqué garde comme le premier volet son lot de surprise sexuelle, et n’hé­site pas à faire des phal­lo­crates les dindons de la farce, ce qui ne peut pas faire de mal. Un diver­tis­se­ment haut de gamme savou­reux, gratuit et en prime time, ça ne se refuse pas…

Bande annonce à la sortie du film en 2018.

Voyez comme on danse d Michel Blanc (2018, Fr, 1h26) avec Karin Viard, Char­lotte Rampling, Jean-Paul Rouve, Jacques Dutronc, Carole Bouquet, William Lebghil, Guillaume Labbé… Dimanche 11 avril à 21h sur France 2.

On a vu le nouveau Almo­do­var, Madres para­le­las

Revoilà un Pedro Almodovar plutôt en bonne forme malgré une excentricité plus contenue, avec ses couleurs franches, ses destinées de femmes fortes et bien-sûr son actrice fétiche, Penélope Cruz. Après Douleur et Gloire, son dernier film en forme d'autobiographie masculine, le réa...

Le Diable… le film iranien qui défie la censure

Le réalisateur d’Un Homme intègre (2017) a tourné quatre histoires reliées par un même thème : assumer une responsabilité individuelle dans un régime totalitaire. Ou comment défier la censure en tournant en Iran à la façon d’un court- métrage, alors que la peine de mort ne cesse ...

La Fièvre de Petrov, le nouveau coup de folie de Sere­bren­ni­kov

Il nous a mis la fièvre pendant des heures, Kirill Serebrennikov avec La Fièvre de Petrov, son dernier film. Ou plus exactement, pendant les 2h30 que dure cette balade métaphysique aux côtés de Petrov, dessinateur de BD sacrément grippé, ce qui ne l'empêche pas de boire des coups...