Sortir à Lyon
Partager cet article :

Michel Blanc fait danser Karin Viard

15 ans après, Michel Blanc fait à nouveau danser dans Paris tous les person­nages (ou presque), d’Embras­ser qui vous voudrez. Même si cette fois, il n’adapte pas une suite du roman de Joseph Connolly mais se lance dans un scéna­rio origi­nal. Tant mieux : il ne faut pas entendre plus de deux ou trois répliques pour se rendre compte que Michel Blanc reste un des grands dialo­guistes de la comé­die française. Avec en prime cette touche de cynisme presque britan­nique que décline à merveille Char­lotte Rampling, retrou­vant son rôle de salope volup­tueuse : “ Tu sais pourquoi tu es un insup­por­table ?” dit-elle à Karin Viard. “Parce que tout ce que tu fais part d’un bon senti­ment. Moi c’est exac­te­ment le contraire, et le résul­tat est le même…” Voilà long­temps qu’on n’avait pas vu une Karin Viard aussi drôle et aussi sincère dans un film, sans doute parce que cette comé­die sur une bour­geoi­sie déca­dente encom­brée par par ses névroses a une qualité rare dans le cinéma bobo pari­sien : l’au­to­dé­ri­sion.

Char­lotte Rampling, reine de la comé­die.

Diver­tis­se­ment haut de gamme

A ce jeu-là, les deux appa­ri­tions de Dutronc en voyou de la haute contem­plant la médio­crité des gens qui vivent sous son empire, tout en se resser­vant du bon vin vaut son pesant de revanche sociale. Il garde la classe jusque dans la cara­vane dans laquelle il termine à la suite de malver­sa­tions finan­ciè­res… Pas de temps mort (1h26, merci Michel !), une valse d’ac­teurs au sommet et un art consommé du dialogue qu’on rêve­rait de servir en réplique à un ex : ce vaude­ville friqué garde comme le premier volet son lot de surprise sexuelle, et n’hé­site pas à faire des phal­lo­crates les dindons de la farce, ce qui ne peut pas faire de mal. Un diver­tis­se­ment haut de gamme savou­reux, gratuit et en prime time, ça ne se refuse pas…

Bande annonce à la sortie du film en 2018.

Voyez comme on danse d Michel Blanc (2018, Fr, 1h26) avec Karin Viard, Char­lotte Rampling, Jean-Paul Rouve, Jacques Dutronc, Carole Bouquet, William Lebghil, Guillaume Labbé… Dimanche 11 avril à 21h sur France 2.

KV1 : Kaame­lott raconté par Astier

Votre film Kaamelott ne ressemble à rien de connu dans le cinéma français : un croisement original entre comédie populaire, film d’auteur et saga avec une grande ambition esthétique, pour l’image comme pour la musique… Alexandre Astier : “Au fond des choses, je ne vois pas ce ...

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...