Sortir à Lyon
Partager cet article :

Mari­lyn fait l’amour avec Cukor

Ciné + programme ce qui est devenu un film rare : Le Milliar­daire, célèbre pour la rencontre à la ville comme à l’écran entre Mari­lyn Monroe et Yves Montand. L’oc­ca­sion de redé­cou­vrir cette comé­die volon­tai­re­ment crépus­cu­laire d’un maître de la musique et de l’amour, George Cukor.

Géné­rique espiègle en voix-off sur des gravures de France, Cukor la joue déli­bé­ré­ment old school avec cette comé­die de la matu­rité. Let’s make love (le titre origi­nal est tout un programme, surtout pour une œuvre tardive !), c’est l’an­ti­chambre de ses films de spec­tacle anté­rieurs : tout restera dans les coulisses de Broad­way, y compris les sublimes numé­ros de Mari­lyn sur Cole Porter : des scènes de répé­ti­tion, pour lesquelles le riche « milliar­daire » français va se retrou­ver engagé comme un saltim­banque, alors que c’est lui qui finance le spec­ta­cle… Ce Bernard Arnault avant l’heure, autant amateur de pein­ture que de spec­tacles, va au théâtre en Rolls, avant de tomber sous le charme (dans la vie comme dans le film, c’est l’ef­fet Cukor!), de celle dont le cœur « est à papah ! »… On découvre d’abord les jambes de Mari­lyn en pole dance. Les chan­sons de Cole Porter sont les plus belles du réper­toire de l’ac­trice (Me heart belongs to daddy), et le show se veut une revue sati­rique qui se moque de l’argent comme des célé­bri­tés.

Mari­lyn singing Cole Porter, My heart belongs to daddy.

Dans une célé­bra­tion du spec­tacle sous toutes ses formes comme l’a toujours fait Cukor, Montand se livre à un sketch d’au­to­dé­ri­sion impayable, avec en guest-stars Bing Crosby et Gene Kelly qui viennent aussi rire d’eux-mêmes… Répé­ter ensemble est l’oc­ca­sion d’être vrai hors des appa­rences sociales – un des grands thèmes du réali­sa­teur d’Une étoile est née – que ce soit pour le riche dans sa cage dorée ou la jeune chan­teuse en pleine éman­ci­pa­tion : « Vous rendez les gens pleins de doute  », lui dira Mari­lyn. Le retour à la réalité se fera sous le sceau de l’amour, mais Let’s Make love n’aura jamais montré que les coulisses de la créa­tion et l’émo­tion nais­sante d’un spec­tacle, comme lorsque Montand rêve les yeux fermés en l’écou­tant répé­ter sur scène ses « special lies ».

Yves Montand et Mari­lyn Monroe en pleine éléva­tion dans Let’s make love.

C’est du grand art, faisant un dernier clin d’oeil au screw­ball le temps d’un sketch aux chaus­sures écra­sées, mais Cukor, dans une palette de couleurs somp­tueuses toujours assez sombres dans les décors, ne cherche pas à cacher une forme de crépus­cule. Au contraire, autour des seules coulisses et répé­ti­tions, l’en­semble du film est construit comme une comé­die déstruc­tu­rée pour mieux lais­ser passer la gravité qui habite la rencontre entre Montand et Mari­lyn (avec des jeux de regard à la spon­ta­néité désar­mante comme a toujours su en produire Cukor direc­teur d’ac­teurs hors pair). Ce faux rythme explique sans doute l’ac­cueil assez froid fait au film, mais c’est préci­sé­ment ce qui en fait la singu­la­rité, en plus d’être le meilleur film musi­cal de Cukor, avec une musique de jazz et des scènes de danse splen­dides.

En apesan­teur, dans l’as­cen­seur.

Let’s make love, c’est l’au­tomne de la comé­die qui assume de vieillir sans perdre un gramme d’es­prit. Quand il l’em­mè­nera dans son buil­ding de milliar­daire, elle conti­nuera de le prendre pour un mégalo, en ne croyant toujours pas que c’est bien à lui. Il conti­nue de lui parler par voix-off – comme au spec­tacle – alors qu’elle est dans son ascen­seur pour s’en aller… Il finira par la rejoindre pour enton­ner Let’s make love alors qu’elle commence à se désha­biller. Cukor a plus que de beaux restes, il a la classe jusqu’au bout. La plus belle des comé­dies crépus­cu­laires, idéale pour dire adieu à la comé­die – roman­tique, burlesque, sociale ) – dont il fut l’un des maîtres, encore beau­coup trop sous-estimé.

La bande annonce origi­nale d’époque qui fait… « M-m-m-m-m-m-h ! »

Le Milliar­daire de George Cukor (Let’s make love, 1960, 1h59) avec Mari­lyn Monroe, Yves Montand, Tony Randall, Fran­kie Vaughan… Dispo­nible en replay sur Ciné + Clas­sic.

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...

Annette,comé­die musi­cale pour faire chan­ter #MeToo

Le premier problème d’Annette, c’est... Annette (le rôle, qu’on vous laissera découvrir). Le deuxième, c’est la musique des Sparks, à l'origine du film, ce qui est quand même ballot pour une comédie musicale. L'ambition était sans doute trop grande pour eux : après une belle ouve...