Sortir à Lyon
Partager cet article :

Russell Crowe, « enragé » sur OCS

On ne sait pas si c’est parce que Russel Crowe a doublé de volume qu’il tourne dans des films deux fois plus lourds, en tout cas cet Enragé n’a rien de léger, vous voilà préve­nus…

Pas d’as­su­rance-chômage

On est bien aux États Unis avec un sans foi ni loi, pas dans l’Etat de droit : au premier retard on perd son job ! C’est ce qui est arrivé au pauvre Russell, licen­cié sans indem­ni­tés. En France, ça moti­ve­rait une manif contre la réforme de l’as­su­rance-chômage, aux States ça crée une bête immonde en forme de boucher auto­mo­bile sans pitié. C’est d’ailleurs à table que va surgir le premier éclat d’ul­tra-violence – esto­maquant – dans un scéna­rio plus sadique que crédible auquel on ne saurait repro­cher l’ab­sence de complai­sance.

Le regard qui tue, Russel Crowe au volant.

Pas d’ex­cuse, pas de rémis­sion

Tout ce qui est jeune, fémi­nin ou friqué finit par y passer, surtout quand on oublie la poli­tesse élémen­taire de s’ex­cu­ser. ça fait du monde, d’ailleurs à peu près tout le monde à part lui, Russell Crowe, alias « l’homme » dans le scéna­rio, sans même de nom, encore plus dégoû­tant à chucho­ter tout le temps pour mieux terro­ri­ser ses victimes. On ne lui donnera pas pour autant la palme de la nuance, mais ce pur défou­loir en forme de pour­suite infer­nale a de l’al­lure à force de jouer de la para­noïa et des angles de vue dans des courses folles au volant, avec une effi­ca­cité redou­table. C’est bien tout ce qu’on demande au cinéma de genre, pour fris­son­ner un samedi soir.

Enragé de Derrick Borte (2020, EU, 1h26) avec Russell Crowe, Caren Pisto­rius, Gabriel Bate­man… Dispo­nible en Vod et sur OCS à partir du 20 avril.

On a vu le nouveau Almo­do­var, Madres para­le­las

Revoilà un Pedro Almodovar plutôt en bonne forme malgré une excentricité plus contenue, avec ses couleurs franches, ses destinées de femmes fortes et bien-sûr son actrice fétiche, Penélope Cruz. Après Douleur et Gloire, son dernier film en forme d'autobiographie masculine, le réa...

Le Diable… le film iranien qui défie la censure

Le réalisateur d’Un Homme intègre (2017) a tourné quatre histoires reliées par un même thème : assumer une responsabilité individuelle dans un régime totalitaire. Ou comment défier la censure en tournant en Iran à la façon d’un court- métrage, alors que la peine de mort ne cesse ...

La Fièvre de Petrov, le nouveau coup de folie de Sere­bren­ni­kov

Il nous a mis la fièvre pendant des heures, Kirill Serebrennikov avec La Fièvre de Petrov, son dernier film. Ou plus exactement, pendant les 2h30 que dure cette balade métaphysique aux côtés de Petrov, dessinateur de BD sacrément grippé, ce qui ne l'empêche pas de boire des coups...