Sortir à Lyon
Partager cet article :

Russell Crowe, « enragé » sur OCS

On ne sait pas si c’est parce que Russel Crowe a doublé de volume qu’il tourne dans des films deux fois plus lourds, en tout cas cet Enragé n’a rien de léger, vous voilà préve­nus…

Pas d’as­su­rance-chômage

On est bien aux États Unis avec un sans foi ni loi, pas dans l’Etat de droit : au premier retard on perd son job ! C’est ce qui est arrivé au pauvre Russell, licen­cié sans indem­ni­tés. En France, ça moti­ve­rait une manif contre la réforme de l’as­su­rance-chômage, aux States ça crée une bête immonde en forme de boucher auto­mo­bile sans pitié. C’est d’ailleurs à table que va surgir le premier éclat d’ul­tra-violence – esto­maquant – dans un scéna­rio plus sadique que crédible auquel on ne saurait repro­cher l’ab­sence de complai­sance.

Le regard qui tue, Russel Crowe au volant.

Pas d’ex­cuse, pas de rémis­sion

Tout ce qui est jeune, fémi­nin ou friqué finit par y passer, surtout quand on oublie la poli­tesse élémen­taire de s’ex­cu­ser. ça fait du monde, d’ailleurs à peu près tout le monde à part lui, Russell Crowe, alias « l’homme » dans le scéna­rio, sans même de nom, encore plus dégoû­tant à chucho­ter tout le temps pour mieux terro­ri­ser ses victimes. On ne lui donnera pas pour autant la palme de la nuance, mais ce pur défou­loir en forme de pour­suite infer­nale a de l’al­lure à force de jouer de la para­noïa et des angles de vue dans des courses folles au volant, avec une effi­ca­cité redou­table. C’est bien tout ce qu’on demande au cinéma de genre, pour fris­son­ner un samedi soir.

Enragé de Derrick Borte (2020, EU, 1h26) avec Russell Crowe, Caren Pisto­rius, Gabriel Bate­man… Dispo­nible en Vod et sur OCS à partir du 20 avril.

KV1 : Kaame­lott raconté par Astier

Votre film Kaamelott ne ressemble à rien de connu dans le cinéma français : un croisement original entre comédie populaire, film d’auteur et saga avec une grande ambition esthétique, pour l’image comme pour la musique… Alexandre Astier : “Au fond des choses, je ne vois pas ce ...

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...