Sortir à Lyon
Partager cet article :

Russell Crowe, « enragé » sur OCS

_DSC1883.ARW

On ne sait pas si c’est parce que Russel Crowe a doublé de volume qu’il tourne dans des films deux fois plus lourds, en tout cas cet Enragé n’a rien de léger, vous voilà préve­nus…

Pas d’as­su­rance-chômage

On est bien aux États Unis avec un sans foi ni loi, pas dans l’Etat de droit : au premier retard on perd son job ! C’est ce qui est arrivé au pauvre Russell, licen­cié sans indem­ni­tés. En France, ça moti­ve­rait une manif contre la réforme de l’as­su­rance-chômage, aux States ça crée une bête immonde en forme de boucher auto­mo­bile sans pitié. C’est d’ailleurs à table que va surgir le premier éclat d’ul­tra-violence – esto­maquant – dans un scéna­rio plus sadique que crédible auquel on ne saurait repro­cher l’ab­sence de complai­sance.

Le regard qui tue, Russel Crowe au volant.

Pas d’ex­cuse, pas de rémis­sion

Tout ce qui est jeune, fémi­nin ou friqué finit par y passer, surtout quand on oublie la poli­tesse élémen­taire de s’ex­cu­ser. ça fait du monde, d’ailleurs à peu près tout le monde à part lui, Russell Crowe, alias « l’homme » dans le scéna­rio, sans même de nom, encore plus dégoû­tant à chucho­ter tout le temps pour mieux terro­ri­ser ses victimes. On ne lui donnera pas pour autant la palme de la nuance, mais ce pur défou­loir en forme de pour­suite infer­nale a de l’al­lure à force de jouer de la para­noïa et des angles de vue dans des courses folles au volant, avec une effi­ca­cité redou­table. C’est bien tout ce qu’on demande au cinéma de genre, pour fris­son­ner un samedi soir.

Enragé de Derrick Borte (2020, EU, 1h26) avec Russell Crowe, Caren Pisto­rius, Gabriel Bate­man… Dispo­nible en Vod et sur OCS à partir du 20 avril.

Un maxi­mum de nomi­na­tions aux Césars pour Louis Garrel

Tournés dans la région et co-produits par Auvergne Rhône-Alpes cinéma, La Nuit du 12 de Dominik Moll et L'Innocent de Louis Garrel se taille la part du lion pour les nominations aux prochains César. Tant mieux, on les adore ! Ce sont deux films tournés dans la région et deux f...

Moins de séances au cinéma : fini le matin ?

Elles coûtent moins cher... mais elles sont en voie de disparition ! Les séances du matin ont peu à peu déserté les salles de cinéma depuis l'après Covid. Pathé avait le premier lancé le mouvement dans tous ses cinémas lyonnais, commençant ses séances désormais en début d'après-m...

Rétro Paso­lini à l’Ins­ti­tut Lumière : le sexe et la mort

A côté de Mamma Roma, son chef d’œuvre, la rétro Pasolini à l’Institut Lumière permet de revoir les trois volets du projet le plus fou de Pasolini : la Trilogie de la Vie. Une utopie sexuelle débridée, plus sombre qu’il n’y paraît, qui reste une intrusion sans équivalent de la po...