Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le nouveau Soder­bergh avec Meryl Streep

Une roman­cière améri­caine lauréate du prix Pulit­zer préfère aller le cher­cher en bateau, bien accom­pa­gnée par quelques amies et son neveu qui lui est dévoué, plutôt que de faire le trip en avion. L’oc­ca­sion d’un road trip au rythme de croi­sière dans lequel les masques vont avoir l’oc­ca­sion de tomber en allant grat­ter au fil des conver­sa­tions ce qui relève de la fiction et de la réalité, de la vanité et de la noto­riété, de l’ami­tié et des inté­rêts…

Impro­visé comme du jazz

Tourné en deux semaines avec une caméra minia­ture pour HBO-Warner (Soder­bergh a raccro­ché avec l’in­dus­trie ciné­ma­to­gra­phique propre­ment dite depuis son Libe­race avec Michael Douglas et Matt Damon en 2013, déjà produit par HBO), Let them all talk selon son titre origi­nal dit bien ce qu’il veut dire : “laisse-les parler”, ou comment navi­guer entre film choral collant au plus près de ses acteurs, et comé­die conver­sa­tion­nelle avec une pointe d’aci­dité.

Candice Bergen, une amie qui ne veut pas forcé­ment que du bien…
Rythme de croi­sière

Bulle de jazz impro­vi­sée en dilet­tan­tisme chic, Soder­bergh a laissé ses comé­diens s’im­mis­cer dans les dialogues, parfois spon­ta­nés, et trou­ver leurs poses devant sa petite caméra, inves­tis­sant les décors d’ori­gine et les figu­rants du véri­table Queen Mary 2. Un défi tech­nique relevé haut la main avec une classe certaine (le film est d’ailleurs dédié à son opéra­teur Gary Jay), aussi bien du côté de la distri­bu­tion que des paysages natu­rels de cette Grande traver­sée. De quoi passer du bon temps en bonne compa­gnie à un rythme de croi­sière, dans un premier temps ni fran­che­ment ennuyeux, ni fran­che­ment passion­nant, idéal pour combler une énième soirée de couvre-feu…

Meryl Streep incarne Alice, célèbre roman­cière en route vers le prix Pulit­zer.
Alice au pays des affres de la litté­ra­ture

Mais en plus de l’hom­mage du ciné­phile à Woody Allen (jazz omni­pré­sent, névroses à débattre et humour pour régler la bataille entre fiction et réalité à travers les joutes verbales), Soder­bergh béné­fi­cie du scéna­rio savam­ment construit de Debo­rah Eisen­berg (son compa­gnon Wallace Shawn a souvent tourné chez Woody Allen et Malick l’a remer­ciée au géné­rique de plusieurs de ses films). En Alice au pays des affres de la litté­ra­ture, Meryl Streep est parfaite d’égo­cen­trisme frisant la fatuité, incar­nant à merveille ce que peut être la quoti­dien d’un écri­vain.

Lucas Hedges, le neveu objet de toutes les convoi­tises de ces dames.
Switch final

Entiè­re­ment dévoué à sa tante, le neveu (Lucas Hedges), s’em­bel­lit au fur et à mesure du film et devient l’objet de toutes les convoi­tises de ces dames pour se surveiller les unes les autres et finira par avoir un rôle central lors de l’épi­logue, aussi émou­vant qu’é­ton­nant, que le film réserve, remet­tant dans une pers­pec­tive nouvelle tout ce que vous avez vu jusque-là. Une fois arri­vée en Angle­terre, la croi­sière devient alors une véri­table “traver­sée”, légi­ti­mant le titre français de cette cool comé­die intello qui nous console de la ferme­ture des salles, se termi­nant sur la douce voix de Meryl Streep chan­tant pour ses amis a capella. Yes !

La Grande Traver­sée de Steven Soder­bergh (Let them all talk, 2020, EU, 1h48) avec Meryl Streep, Lucas Hedges, Dianne West, Candice Bergen, Gemma Chan… Dispo­nible exclu­si­ve­ment sur Canal + depuis le 20 avril.

Slalom, le + beau film de la rentrée

Longtemps repoussé, le premier film de Charlène Favier tourné en Savoie sort enfin pour la réouverture des salles le 19 mai prochain. Un sujet brûlant (l'emprise d'un coach sur une jeune skieuse), la révélation d'une cinéaste subtile qui mise sur la complexité des personnages... ...

Le grand projet disco­gra­phique de l’ONL

à peine arrivé depuis septembre à l’Auditorium, que le nouveau directeur musical Nikolaj Szeps-Znaider a déjà lancé un projet artistique d’une ampleur digne des grandes heures d’Emmanuel Krivine. Malgré l’absence de public (pas merci Roselyne), il a d'abord travaillé en orfèvre l...

Black Panthers, un Oscar et des droits

Après Madame Claude sur Netflix (lire notre critique << ici >>), et les très clinquants et quelque peu surestimés Monos ou The Nightingale sur OCS, voici un nouveau film Warner inédit 2021 qui débarque directement sur Canal +, Judas and the Black Messiah. Le noir Messie du titre,...

Mari­lyn fait l’amour avec Cukor

Ciné + programme ce qui est devenu un film rare : Le Milliardaire, célèbre pour la rencontre à la ville comme à l'écran entre Marilyn Monroe et Yves Montand. L'occasion de redécouvrir cette comédie volontairement crépusculaire d'un maître de la musique et de l'amour, George Cukor...