Sortir à Lyon
Partager cet article :

Will Hunting, mélo radieux sur Arte

C’est le film des confir­ma­tions dont le succès allait ouvrir grandes les portes de Holly­wood à Matt Damon et Gus Van Sant. Le premier, avant de l’in­ter­pré­ter, écri­vit avec son pote Ben Affleck ce scéna­rio se dérou­lant dans son Massa­chu­setts natal à une époque où juste­ment il ne trou­vait pas de rôle. L’his­toire d’un balayeur genti­ment délinquant (le titre origi­nal est bien Good Will Hunting), décou­vert par hasard en véri­table génie des mathé­ma­tiques, mais en mal d’in­ser­tion sociale.

Matt Damon face à lui-même dans Will Hunting.

Gus Van Sant, lui, allait inau­gu­rer avec ce scéna­rio acheté par un certain Harvey Wein­stein dans sa grande période Mira­max, le premier de ses films mains­tream. Le résul­tat est épous­tou­flant et reste près de 25 ans après un diamant désar­mant de simpli­cité vous faisant monter les larmes aux yeux sans préve­nir. Que ce soit par la tendresse avec laquelle Van Sant a toujours filmé les bandes de pote et les paysages urbains (ici la banlieue du South Boston), ou à travers le psy incarné par Robin Williams dans son plus beau rôle, ce vrai-faux mélo anti­ci­pant avec 20 ans d’avance les préoc­cu­pa­tions actuelles d’une série comme En Théra­pie.

Matt Damon et Robin Williams dans Good Will Hunting de Gus Van Sant.

Matt Damon en théra­pie

Car dans ce récit initia­tique en forme de rêve améri­cain, il ne sera ques­tion au contraire que de fêlures, de deuil et de manque de confiance en soi. C’est sans doute ce qui en fait le miracle d’équi­libre, quelque part entre le feel good movie et le mélo irré­sis­tible, en plus d’une histoire d’amour qu’on aura rare­ment vu filmée avec autant de justesse (magni­fique Minnie Driver). Inspi­ra­tion visuelle à tous les étages, musique de Danny Elfman, et révé­la­tion de Matt Damon en nouveau héros améri­cain timide mais qui se soigne, Arte est défi­ni­ti­ve­ment la meilleure plate­forme actuelle pour le cinéma. Et en plus, elle est gratuite ! A savou­rer sans modé­ra­tion.

La bande annonce d’époque, à la sortie du film en 1997.

Will Hunting de Gus Van Sant (Good Will Hunting, 1997, 2h07) avec Matt Damon, Robin Williams, Minnie Driver, Stel­lan Skars­gard… Dispo­nible en replay sur Arte.

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...

Annette,comé­die musi­cale pour faire chan­ter #MeToo

Le premier problème d’Annette, c’est... Annette (le rôle, qu’on vous laissera découvrir). Le deuxième, c’est la musique des Sparks, à l'origine du film, ce qui est quand même ballot pour une comédie musicale. L'ambition était sans doute trop grande pour eux : après une belle ouve...