Sortir à Lyon
Partager cet article :

Black Panthers, un Oscar et des droits

Après Madame Claude sur Netflix (lire notre critique << ici >>), et les très clinquants et quelque peu sures­ti­més Monos ou The Nigh­tin­gale sur OCS, voici un nouveau film Warner inédit 2021 qui débarque direc­te­ment sur Canal +, Judas and the Black Messiah. Le noir Messie du titre, c’est Fred Hamp­ton, martyre de la cause noire améri­caine dans les années 60, qui vient de valoir à son inter­prète Daniel Kaluuya l’Os­car du meilleur second rôle mascu­lin.

Daniel Kaluuya, Oscar du meilleur second rôle mascu­lin, avec LaKeith Stan­field (en bas).

Certes, il harangue bien les foules, mais c’est surtout le rôle prin­ci­pal dévolu au Judas de LaKeith Stan­field (déjà vu dans A Couteaux tirés) qui nous main­tient en haleine, entre peur pour sa vie, infil­tra­tion dans la commu­nauté noire quitte à se muti­ler pour conser­ver une crédi­bi­lité, et assauts racistes des blancs à suppor­ter (Char­lie Sheen en tête, Jesse Plemons, parfait second rôle vu chez Scor­sese, ensuite).

Jesse Plemons et LaKeith Stan­field (comme en haut).

L’ap­pa­ri­tion au géné­rique de fin du véri­table William O’Neal pour sa dernière inter­view donne tout son poids à ce film-témoi­gnage d’une tranche parti­cu­liè­re­ment violente des Etats-Unis (ici dans l’Ohio et l’Il­li­nois), très bien recons­ti­tuée en Scope-couleurs et berlines ruti­lantes.

Le véri­table William O’Neal lors de sa dernière inter­view en 1990.

A la réali­sa­tion, Shaka King venu de la série TV fait le job, surtout dans l’es­to­maquante scène d’as­saut final, même si comme pour mieux rentrer dans le moule holly­woo­dien, il cantonne un peu trop les rôles de femmes (enceintes si possible) à ceux de faire-valoir émotion­nel. Ce petit polar soigné du samedi soir entre la taupe et sa proie, Judas et Jesus, a surtout le mérite de vulga­ri­ser un pan de la lutte anti-raciste des Black Panthers pour ceux qui ne la connai­traient pas encore. C’est déjà ça.

Judas and the Black Messiah de Sjaka King (2021, EU, 2h) avec LaKeith Stan­field, Daniel Kaluuya, Jesse Plemons, Char­lie Sheen, Domi­nique Fish­ba­ck… En ce moment sur Canal +.

Daniel Kaluuya alias Fred Hamp­ton, Oscar du meilleur second rôle mascu­lin.

Slalom, le + beau film de la rentrée

Longtemps repoussé, le premier film de Charlène Favier tourné en Savoie sort enfin pour la réouverture des salles le 19 mai prochain. Un sujet brûlant (l'emprise d'un coach sur une jeune skieuse), la révélation d'une cinéaste subtile qui mise sur la complexité des personnages... ...

Le grand projet disco­gra­phique de l’ONL

à peine arrivé depuis septembre à l’Auditorium, que le nouveau directeur musical Nikolaj Szeps-Znaider a déjà lancé un projet artistique d’une ampleur digne des grandes heures d’Emmanuel Krivine. Malgré l’absence de public (pas merci Roselyne), il a d'abord travaillé en orfèvre l...

L’Ombre de Staline, à voir en Vod

Un dernier film en Vod avant la réouverture des cinémas ? Puisqu'il fait froid, autant partir pour les grands froids soviétiques avec L'Ombre de Staline, thriller historique levant le voile sur l'Holomodor, l'extermination par la faim décidée par le régime stalinien. Haletant et ...

L’ONL part avec Tintin au bout du monde

L'Auditorium ne cesse de s'ouvrir de plus en plus aux musiques du monde, au jeune public, aux after-works, bref à toutes les formes qui ne concernent pas seulement le public mélomane de la musique classique, loin de là... L'ONL a même décidé de célébrer l'année de la BD avec une ...