Sortir à Lyon
Partager cet article :

Black Panthers, un Oscar et des droits

Après Madame Claude sur Netflix (lire notre critique << ici >>), et les très clinquants et quelque peu sures­ti­més Monos ou The Nigh­tin­gale sur OCS, voici un nouveau film Warner inédit 2021 qui débarque direc­te­ment sur Canal +, Judas and the Black Messiah. Le noir Messie du titre, c’est Fred Hamp­ton, martyre de la cause noire améri­caine dans les années 60, qui vient de valoir à son inter­prète Daniel Kaluuya l’Os­car du meilleur second rôle mascu­lin.

Daniel Kaluuya, Oscar du meilleur second rôle mascu­lin, avec LaKeith Stan­field (en bas).

Certes, il harangue bien les foules, mais c’est surtout le rôle prin­ci­pal dévolu au Judas de LaKeith Stan­field (déjà vu dans A Couteaux tirés) qui nous main­tient en haleine, entre peur pour sa vie, infil­tra­tion dans la commu­nauté noire quitte à se muti­ler pour conser­ver une crédi­bi­lité, et assauts racistes des blancs à suppor­ter (Char­lie Sheen en tête, Jesse Plemons, parfait second rôle vu chez Scor­sese, ensuite).

Jesse Plemons et LaKeith Stan­field (comme en haut).

L’ap­pa­ri­tion au géné­rique de fin du véri­table William O’Neal pour sa dernière inter­view donne tout son poids à ce film-témoi­gnage d’une tranche parti­cu­liè­re­ment violente des Etats-Unis (ici dans l’Ohio et l’Il­li­nois), très bien recons­ti­tuée en Scope-couleurs et berlines ruti­lantes.

Le véri­table William O’Neal lors de sa dernière inter­view en 1990.

A la réali­sa­tion, Shaka King venu de la série TV fait le job, surtout dans l’es­to­maquante scène d’as­saut final, même si comme pour mieux rentrer dans le moule holly­woo­dien, il cantonne un peu trop les rôles de femmes (enceintes si possible) à ceux de faire-valoir émotion­nel. Ce petit polar soigné du samedi soir entre la taupe et sa proie, Judas et Jesus, a surtout le mérite de vulga­ri­ser un pan de la lutte anti-raciste des Black Panthers pour ceux qui ne la connai­traient pas encore. C’est déjà ça.

Judas and the Black Messiah de Sjaka King (2021, EU, 2h) avec LaKeith Stan­field, Daniel Kaluuya, Jesse Plemons, Char­lie Sheen, Domi­nique Fish­ba­ck… En ce moment sur Canal +.

Daniel Kaluuya alias Fred Hamp­ton, Oscar du meilleur second rôle mascu­lin.

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...

Annette,comé­die musi­cale pour faire chan­ter #MeToo

Le premier problème d’Annette, c’est... Annette (le rôle, qu’on vous laissera découvrir). Le deuxième, c’est la musique des Sparks, à l'origine du film, ce qui est quand même ballot pour une comédie musicale. L'ambition était sans doute trop grande pour eux : après une belle ouve...