Sortir à Lyon
Partager cet article :

Ameri­can Sniper à voir sur Netflix

Vous repren­drez bien un peu d’anti-terro­risme et de polé­mique mili­taire pour le premier mai ? Enten­dons-nous bien, à travers un des derniers et meilleurs films de Clint East­wood, Ameri­can Sniper, diffusé pour la première fois gratui­te­ment sur France 2 début mai, et désor­mais sur Netflix. Une analyse complexe et ambi­guë du héros améri­cain, du patrio­tisme et de l’ar­mée comme aime les faire le prix Lumière 2009… Voilà une révi­sion qui ne peut pas nous faire de mal à l’aune des débats et tribunes actuels dans notre cher pays la Fran­ce…

Brad­ley Cooper, barbe à la Chuck Norris

Toujours fidèle à son maître Don Siegel, East­wood mêle à la fois du cinéma d’ac­tion directe, brut de décof­frage – au prix de quelques effets de manche, certes – et un “héros” opaque, violent, amoral. Barbe à la Chuck Norris, Brad­ley Cooper campe Chris Kyle, le meilleur tireur d’élite qu’ait jamais connu l’ar­mée améri­caine, aussi robuste physique­ment qu’i­nac­ces­sible psycho­lo­gique­ment. Adapté de ses mémoires, le film oscille en quatre “tours” de guerre entre scènes de combats hyper-réalistes – presque insou­te­nables lorsque les enfants sont utili­sés comme piège de guerre – et des retours au pays d’un soldat dévasté. Destruc­tion psycho­lo­gique, “soif de mort” que lui repro­chera sa femme (Sienna Miller, lumi­neuse), horreur perma­nente des crimes de guerre sur le terrain, inef­fi­ca­cité de l’ar­mée améri­caine qui voit ses soldats déci­més par des barba­res… Si le person­nage reste ambigu dans ses moti­va­tions, Ameri­can Sniper n’est clai­re­ment pas le film va-t-en-guerre qu’ont voulu voir à l’époque des anti-améri­cains primaires qui résument Clint au Répu­bli­cain bourin qu’il n’est pas, oubliant de commen­cer par regar­der ses films…

East­wood et la culture des armes

Le film pose clai­re­ment ses enjeux dans une scène d’in­tro­duc­tion magis­trale : Chris Kyle n’hé­site pas à viser un enfant s’ap­prê­tant à lancer une bombe sur un char améri­cain (la scène est absente du livre, East­wood n’ayant rien voulu édul­co­rer). Mais au moment du tir, le réali­sa­teur choi­sit l’arme du flash­back, renvoyant au coup de feu du père de Chris, chas­seur texan, et à la culture des armes qu’il lui a inculquée lorsqu’il était petit. Il faut donc prendre ce film de guerre à longue portée pour ce qu’il est : une histoire de la violence, décon­tex­tua­li­sée (pas la moindre allu­sion géopo­li­tique pendant les faits), un auto­por­trait de l’Amé­rique par un simple soldat qui croit en elle comme “le plus grand pays du monde”, veut la défendre, fasciné par la violence et son apti­tude à tirer… mais tota­le­ment déphasé, aliéné par la guerre, les mains dans le sang, fantôme de lui-même quand il rentre chez lui. East­wood montre ces deux faces d’une même réalité en toute intel­li­gence et complexité. Une “Légende” pour les autres, mais un anti-héros pour lui-même…

Hommage à Ennio Morri­cone

Si la posi­tion du sniper, à la fois toujours à part et en même temps agis­sant au nom de sa commu­nauté, permet à East­wood de multi­plier les points de vue dans d’ex­tra­or­di­naires scènes de guerre jusqu’au mano a mano final, la conclu­sion, elle, reste impi­toyable. Chris Kyle mourra bête­ment juste après avoir raccro­ché, tué inci­dem­ment par un vété­ran mili­taire, comme un énième écho d’une violence qui n’en finit jamais, à l’image de ces (vrais) éclo­pés vété­rans addicts au point de conti­nuer à tirer un bras ou une jambe en moins. Les images d’ar­chives des funé­railles natio­nales au géné­rique de fin (sur une musique de Morri­cone) résonnent alors avec le goût amer et sans pitié des grands anti-héros east­woo­diens. Ceux qui creusent leurs propres tombes.

Bande annonce la sortie du film en 2015.

Ameri­can Sniper de Clint East­wood (2015, EU, 2h14) avec Brad­ley Cooper, Sienna Miller, Luke Grimes, Jason Dean Hall… A voir dimanche 2 mai à 21h sur France 2.

On a vu le nouveau Almo­do­var, Madres para­le­las

Revoilà un Pedro Almodovar plutôt en bonne forme malgré une excentricité plus contenue, avec ses couleurs franches, ses destinées de femmes fortes et bien-sûr son actrice fétiche, Penélope Cruz. Après Douleur et Gloire, son dernier film en forme d'autobiographie masculine, le réa...

Le Diable… le film iranien qui défie la censure

Le réalisateur d’Un Homme intègre (2017) a tourné quatre histoires reliées par un même thème : assumer une responsabilité individuelle dans un régime totalitaire. Ou comment défier la censure en tournant en Iran à la façon d’un court- métrage, alors que la peine de mort ne cesse ...

La Fièvre de Petrov, le nouveau coup de folie de Sere­bren­ni­kov

Il nous a mis la fièvre pendant des heures, Kirill Serebrennikov avec La Fièvre de Petrov, son dernier film. Ou plus exactement, pendant les 2h30 que dure cette balade métaphysique aux côtés de Petrov, dessinateur de BD sacrément grippé, ce qui ne l'empêche pas de boire des coups...