Sortir à Lyon
Partager cet article :

Dracula, un Coppola saignant sur Netflix

C’est un des grands films de Coppola, sous-esti­mée à sa sortie en 1992. Une grande fresque médié­vale, baroque et sangui­no­lente fut moyen­ne­ment goûtée à sa sortie, sous prétexte d’épou­ser la préca­rité d’ef­fets spéciaux rudi­men­taires en trois couleurs, comme au temps de la Hammer… En plus d’une séquence d’hom­mage au Ciné­ma­to­graphe des Lumière dans les rues de Londres, c’est certai­ne­ment l’adap­ta­tion la plus fidèle au récit d’ori­gine de Bram Stoker, avec aux côtés de Gary Oldman et Anthony Hopkins, un couple de rêve : Winona Ryder et Keanu Reeves, amou­reux prison­niers de ce « monstre que les hommes de chair veulent tuer », dans ce qui est aussi un grand film d’amour sur le combat entre sexe et reli­gion : « Je vous aime trop pour vous damner » avouera le Comte à sa proie…

Winona Ryder, proie de choix pour la Dracula de Coppola.

Le sens de la déme­sure propre au prix Lumière 2019 trouve ici un sujet assez ample pour sa soif d’ins­pi­ra­tion, le fantasme morbide du mythe du vampire se mêlant ici à la convoi­tise de la chair la plus érotique. Un des grands films de Coppola, à savou­rer sur grand écran, sans modé­ra­tion.

Bande-annonce d’époque (1992).

Dracula de Fran­cis Ford Coppola (Bram Stoker’s Dracula, 1992, EU, 2h35) avec Gary Oldman, Winona Ryder, Keanu Reeves, Anthony Hopkins… Photos : remer­cie­ments à Bruno Théve­non de l’Ins­ti­tut Lumière.

Gary Oldman fore­ver.

Un dessin animé à donner le vertige

On a rarement été autant emballé par un film d'animation, pour adulte qui plus est. Adapté par Patrick Imbert du manga de Jirô Taniguchi, qui est lui-même une adaptation d’un feuilleton à succès paru dans la presse japonaise dans les années 90, Le Sommet des dieux est une réussit...

« Tout s’est bien passé » pour André Dussol­lier

François Ozon adapte le récit autobiographique d’Emmanuèle Berheim en conservant tous les noms (on reconnaît Serge Toubiana de la Cinémathèque). C’est Sophie Marceau, grave et radieuse à la fois, qui endosse le rôle de cette sœur d’une grande famille parisienne, chargée d’organis...

Dune, splen­deur visuelle et glou­bi­boulga

En général, il faut se méfier quand un film se termine au bout de 2h30 par ces mots : “ce n’est qu’un début”. D’abord, parce que ça veut souvent dire qu’il n’a que trop durer, ensuite parce que dans le cas présent on a bien compris que du sable, on allait encore en manger (ce n’e...

Laurent Lafitte, l’ori­gine de l’im­monde

Il y sera question de sexualité… dans le noir, pendant un long dialogue introductif pour savoir qui a joui. Une fois la lumière allumée, le film va renoncer peu à peu à tout ce qui aurait pu faire son originalité : une sexualité troublée malgré 17 ans de vie conjugale, une filiat...