Sortir à Lyon
Partager cet article :

Loving, amour mixte sur France 3

L_01377.NEF

Avec Loving, Jeff Nichols relit l’his­toire de l’Amé­rique à travers l’his­toire d’amour de Mildred et Richard qui a abouti à la recon­nais­sance des mariages mixtes. Et signe un film poli­tique mutique, magni­fié par la pein­ture de l’Amé­rique rurale des années 50.

Après Mud et Midnight Special, Jeff Nichols retrou­vait en 2017 le road movie et l’éter­nelle Amérique qui irrigue tous ses films, tout en s’es­sayant à un nouveau genre : le biopic, ou l’his­toire vraie de Richard et Mildred, couple mixte long­temps inter­dit dans l’Amé­rique raciste d’après-guerre, jusqu’à qu’un arrêt de la cour suprême en 1967 portant leur nom auto­rise enfin le mariage en noir et blanc. Appa­rem­ment, Loving pour­rait être le film le plus conven­tion­nel de Jeff Nichols, filmant patiem­ment une histoire d’amour au quoti­dien dans l’Amé­rique rurale des travailleurs manuels dans de splen­dides paysages en Tech­ni­co­lor (le film a d’ailleurs été tourné en pelli­cule).

Christ­mas « Carol »

S’at­taquant pour la première fois au film histo­rique, Nichols en détourne les lois du genre à rebours de la fresque. Comment filmer un amour au quoti­dien dans une société hostile ? De ce point de vue là, Loving sonne comme le pendant hété­ro­sexuel du sublime Carol de Todd Haynes, filmant au même moment l’amour entre deux femmes. Ici, Jeff Nichols fait contras­ter le quoti­dien de l’amour le plus banal avec la violence raciste insti­tu­tion­na­li­sée. Face à l’amour paisible, presque sans histoire de Mildred et Richard, les mots de la loi les condam­nant résonnent comme autant de scan­dales.

Joe Eger­ton et Ruth Negga dans Loving de Jeff Nichols.

Racisme insti­tu­tion­na­lisé

C’est tout l’enjeu du film : épou­sant la passi­vité et l’obs­ti­na­tion de Mildred et Richard, son point de vue poli­tique est constam­ment contenu dans sa mise en scène, évitant tout discours reven­di­ca­teur ou mora­li­sa­teur. Le racisme naît sans cesse du regard des autres, de cette compli­cité de la majo­rité silen­cieuse, noire ou blanche, qui ne veut “pas d’his­toires” et qui plonge comme toujours chez Nichols ses héros dans une course clan­des­tine guet­tée peu à peu par la para­noïa. aux côté de Ruth Negga, en mutique viril mais passif bouillant à l’in­té­rieur, Joe Edger­ton est tout simple­ment excep­tion­nel. Humble narra­teur, Nichols désa­cra­lise tota­le­ment le film de droit et de justice pour mieux rester avec ses amants taiseux dans des couleurs d’au­tomne sublimes. Et rendre sa noblesse au combat sans arme d’un amour conju­gal de toute éter­nité.

Loving de Jeff Nichols (2017, EU, 2h03) avec Joe Edger­ton, Ruth Negga, Will Dalton, Alano Miller, Michael Shan­non… Jeudi 13 mai à 22h40 sur France 3.

On a lu le nouveau livre drôle et émou­vant de Frémaux sur Taver­nier

Thierry Frémaux revient sur son long compagnonnage avec Bertrand Tavernier à l'Institut Lumière, dans un biographie intime qui paraît chez Grasset : Si nous avions su que nous l’aimions tant, nous l’aurions aimé davantage. Emouvant. Que l’on doit se sentir petit lorsqu’on voya...

Maria Rêve, le nouveau joli petit film avec Karin Viard

 « Nous sommes tous des poèmes » est affiché sur la devanture de l’École des Beaux-arts où Maria vient d’être affectée comme femme de ménage. Plutôt réservée et discrète, elle va alors découvrir un monde rempli de liberté et de créativité aux côtés d’Hubert, le charmant gardien a...

Sans filtre, le nouveau Ruben Ostlund, le grand film de la rentrée

[mis à jour] Deuxième Palme d'Or pour le Suédois Ruben Östlund après The Square, Sans filtre est une satire jubilatoire avec une séquence d'anthologie sur un yacht d'oligarques russes ! Le film le plus ambitieux et le plus impressionnant de cette rentrée? Courez-y ! Il y a ...