Sortir à Lyon
Partager cet article :

Méla­nie Laurent, cocoo­née par Netflix

Une petite souris blanche se perd à l’in­fini dans un laby­rinthe. La petite souris, c’est Méla­nie Laurent , enfer­mée dans un cais­son d’hô­pi­tal quelque part dans l’uni­vers, avec 31% d’oxy­gène. Le décompte vers l’in­connu est lancé, et si Mathieu Amal­ric alias Milo en voix-off lui sert de “Siri”, la police ne répond pas comme d’hab, et le scéna­rio para­noïaque qui tourne dans sa tête ne va pas l’ai­der. Le visage de la belle Méla­nie se mêle à des volutes virtuelles d’écrans d’or­di­na­teurs autour d’elle auxquels elle ne comprend pas beau­coup plus de choses que nous…

Plon­gée dans “l’hy­per-sommeil” depuis 12 ans, en quelques flash­backs natu­rels de sa vie d’avant façon New Age idyl­lique, elle revoit son mari (Malik Zidi, bien amoché), jouant de temps en temps un très bel arran­ge­ment jazzy au piano du Lacri­mosa de Mozart. Esthé­tique­ment planant, visuel­le­ment réussi, ce compte à rebours tout en douceur (ou presque) va la conduire tranquille­ment vers l’im­puis­sance et la mort… Ce film de confi­ne­ment pour tous fonc­tionne à  l’in­verse des précé­dents longs métrages d’Alexandre Aja (Piranha 3D) en désa­morçant les scéna­rios catas­trophes. Une sorte de cocoo­ning morbide pas désa­gréable, mêlant les horloges spatiales au bel iris des yeux de Méla­nie. ça ne casse pas trois pattes à un canard en boîte (elle finira par appe­ler sa mère, on vous laisse décou­vrir la suite), mais à côté du naufrage indus­triel du dernier film de Joe Wright (La femme à la fenêtre, lui aussi produit par Netflix, avec pour­tant Amy Adams, Julianne Moore et Gary Oldman), ce space opera tombe à pic pour un dernier week-end de couvre-feu avant le décon­fi­ne­ment programmé.

Oxygène d’Alexandre Aja (EU-Fr, 1h41) avec Méla­nie Laurent, Mathieu Amal­ric (voix-off), Malik Zidi…

On a lu le nouveau livre drôle et émou­vant de Frémaux sur Taver­nier

Thierry Frémaux revient sur son long compagnonnage avec Bertrand Tavernier à l'Institut Lumière, dans un biographie intime qui paraît chez Grasset : Si nous avions su que nous l’aimions tant, nous l’aurions aimé davantage. Emouvant. Que l’on doit se sentir petit lorsqu’on voya...

Maria Rêve, le nouveau joli petit film avec Karin Viard

 « Nous sommes tous des poèmes » est affiché sur la devanture de l’École des Beaux-arts où Maria vient d’être affectée comme femme de ménage. Plutôt réservée et discrète, elle va alors découvrir un monde rempli de liberté et de créativité aux côtés d’Hubert, le charmant gardien a...

Sans filtre, le nouveau Ruben Ostlund, le grand film de la rentrée

[mis à jour] Deuxième Palme d'Or pour le Suédois Ruben Östlund après The Square, Sans filtre est une satire jubilatoire avec une séquence d'anthologie sur un yacht d'oligarques russes ! Le film le plus ambitieux et le plus impressionnant de cette rentrée? Courez-y ! Il y a ...