Sortir à Lyon
Partager cet article :

Viggo Morten­sen raconte son film « Falling »

A 62 ans, Viggo Morten­sen passe enfin derrière la caméra avec Falling, qui retrace la rela­tion conflic­tuelle entre un fils et son père, atteint de démence sénile. Exit Mag a pu le rencon­trer lors du dernier Festi­val Lumière où il nous a raconté la genèse de son film, dans une inter­view en français s’il vous plaît. 

Falling est un film très person­nel. Vous auriez commencé à écrire le scéna­rio après le décès de votre mère… 

Viggo Morten­sen : “L’idée du film est en effet liée à mes parents, à ce que j’ai appris d’eux, pour le meilleur et pour le pire. Le point de départ de cette fiction, c’est ma mère. Même si le film est devenu l’his­toire d’une rela­tion entre un père et son fils, la raison de leur conflit, c’est une diffé­rence de souve­nirs autour de la mère. Elle reste le centre moral de l’his­toire.

Le film raconte la déchéance mentale d’un vieil homme et les rela­tions diffi­ciles qu’il entre­tient avec son fils. Il y a beau­coup de flash­backs, de super­po­si­tion de sensa­tions et d’époque. C’est un film sur les souve­nirs et l’ef­fa­ce­ment de la mémoire?

Avec cette histoire, je voulais confron­ter les versions diffé­rentes et parfois impar­faites des souve­nirs que partagent les membres d’une même famille, en parti­cu­lier le point de vue de Willis, une personne âgée qui commence à sombrer dans la démence sénile. J’ai vécu de près cette mala­die avec ma mère, mon père, mes grands-parents… ça m’a aidé pour construire le person­nage de Willis et sa rela­tion avec son fils. Pour rendre compte de son point de vue, j’ai utilisé des images et des sons qui surgissent de son passé, mais j’ai voulu resti­tué son point de vue à lui, ce qui est présente dans son esprit, même s’il s’agit de souve­nirs, plutôt que de faire primer le regard des autres.

Comment Lance Henrik­sen, qu’on a pu voir dans la série Mille­nium, a-t-il apporté sa pierre au rôle?

Lance a une façon incroyable d’écou­ter et de réagir. On le voit litté­ra­le­ment chan­ger de senti­ments ou de pensées à l’écran. C’est un acteur génial qui n’avait jamais eu l’op­por­tu­nité de jouer un rôle aussi impor­tant et complexe. Pour travailler son person­nage, il a beau­coup pensé à son enfance qui a été terrible, ce qui lui a permis de livrer une inter­pré­ta­tion coura­geuse. 

Vous racon­tez une histoire intime, fami­liale, mais vous montrez aussi deux visages diffé­rents de l’Amé­rique…

On peut voir cette histoire comme une méta­phore plus géné­rale sur la société, la pola­ri­sa­tion de la poli­tique, les conflits, le manque de trans­pa­rence dans la commu­ni­ca­tion… et c’est devenu pire avec la prési­den­tielle de Trump. Mais j’ai juste­ment préféré ancrer le film en 2009, au début de la prési­dence d’Obama, et non en 2019 pour qu’on ne pense pas immé­dia­te­ment à Trump. Je préfère qu’on voit d’abord cette famille, mais si le spec­ta­teur y voit une pein­ture de la société, alors c’est que le film fonc­tionne et qu’il devient le film du spec­ta­teur. 

Viggo Morten­sen dans son propre film, Falling.

Pour votre premier film en tant que réali­sa­teur, vous avez choisi d’in­ter­pré­ter l’un des deux rôles prin­ci­paux. Était-ce un défi?

C’était plutôt le meilleur moyen de trou­ver de l’argent ! Mais cela s’est aussi révélé être une bonne déci­sion créa­tive car j’ai pu aider Lance. Je n’étais pas seule­ment son réali­sa­teur, mais j’étais avec lui dans la bataille sur le plateau, comme un parte­naire qui l’ac­com­pa­gnait et l’ai­dait à trou­ver des solu­tions dans son jeu.

Vous passez pour la première fois derrière la caméra avec Falling. D’où vous est venue l’en­vie de vous mettre à la réali­sa­tion ?  J’ai des scéna­rios plein mes tiroirs et j’avais envie de réali­ser depuis long­temps. Le tout premier film que j’ai essayé de tour­ner, c’était il y a 23 ans, mais je n’avais pu rassem­bler que 20 % du budget. En fin de compte, c’était mieux d’at­tendre car pendant tout ce temps j’ai beau­coup appris. Ce que je retiens surtout des films que j’ai fait avec David Cronen­berg, Jane Campion ou Matt Ross (Captain fantas­tic, ndlr), c’est l’im­por­tance de la prépa­ra­tion. Si vous avez suffi­sam­ment commu­niqué avec l’équipe et que vous êtes d’ac­cord sur l’his­toire que vous allez racon­ter ensemble, ça vous évite de perdre beau­coup de temps en discus­sions inutiles sur le plateau. On ne prépare jamais assez un tour­nage. »

Propos recueillis par Caro­line Sicard

Lire aussi notre guide des films de la rentrée et la critique du film dans notre dernier numéro.

Avec Violent night, le Père Noël ne fait pas de cadeau

Le Père Noël n’y croit plus trop. Il boit bière sur bière dans un bar, fustigeant les enfants sur-consuméristes (non, pas vous...) qui vont jusqu’à réclamer de l’argent liquide. Il pense même raccrocher sa hotte, quand il se retrouve confronté à une prise d’otages dans une famill...

Le Torrent, nouveau nanar d’Anne Le Ny malgré André Dusso­lier

Quitte à voir un film pépère, autant qu'André Dussollier soit dedans... C'était ce qu'on s'était dit en allant voir Le Torrent d'Anne Le Ny, sans avoir qu'il n'arriverait qu'à la moitié du film pour un second rôle parfait comme d'habitude, mais un second rôle seulement... Celui d...