Sortir à Lyon
Partager cet article :

Villa Caprice : Niels Ares­trup en eaux troubles

C’est le chro­niqueuse judi­ciaire Pascale Robert-Diard qui est à l’ori­gine de ce thril­ler feutré pour mieux cerner les liens très parti­cu­liers – profes­sion­nels mais néces­sai­re­ment intimes – qui se nouent entre un (grand) avocat et son client quand il s’agit d’un homme de pouvoir. Dans ce ballet de la mani­pu­la­tion en haute sphère sur fond bleu de Côte d’Azur, Niels Ares­trup est passé maître, surtout depuis Quai d’Or­say de Bertrand Taver­nier, qui lui valut d’ailleurs un César (lire notre critique). En plus d’être impé­rial en gros matou qui peut succes­si­ve­ment cares­ser ou grif­fer, il est boule­ver­sant lorsqu’il doit coha­bi­ter avec son vieux père (Michel Bouquet). En Bernard Tapie au petit pied, Patrick Bruel est impec­cable, tout comme Paul Hamy en jeune skip­per un peu trouble. Fiction loin­tai­ne­ment inspi­rée par l’af­faire Olivier Metz­ner, la méca­nique psycho­lo­gique et les acteurs fonc­tionnent à plein, malgré une fin un peu trop roma­nesque pour être vrai­ment convain­cante. Mais passer 1h40 sur la Côte d’Azur avec Niels Ares­tup ne se refuse pas : c’est le diver­tis­se­ment haut de gamme de la réou­ver­ture.

Villa Caprice de Bernard Stora (Fr, 1h38) avec Niels Ares­trup, Patrick Bruel, Irène Jacob, Paul Hamy, Michel Bouquet… Scéna­rio de Pascale-Robert Diard avec le réali­sa­teur. Sortie le 26 mai.

Kaame­lott, premier volet, 1er extrait !

Qui ne va pas voir Kaamelott, premier volet n’est pas lyonnais ! Avec le culte d’Astier pour le secret à peu près aussi grand que celui qu’il a pour l’histoire médiévale, on ne sait pas grand-chose du film lyonnais (et auvergnat) le plus attendu de tous les temps.... Mais quand m...

Poel­voorde fait « Profes­sion du père »

Jean-Pierre Améris vient présenter en avant-première son nouveau film, Profession du père, tourné à Lyon à partir du roman d'un autre lyonnais Sorj Chalandon. Un beau film avec un acteur effrayant en père affabulateur et tortionnaire : Benoît Poelvoorde. Après la réussite des ...

Les 2 Alfred, 1 pour tous

Alexandre a 55 ans, deux enfants, un couple qui bat de l’aile et plus de travail. Nous sommes bien dans un film français, mais une comédie : pour reconquérir le cœur de sa femme, il décide de se reprendre en main et se lance dans une nouvelle expérience professionnelle. Dans la s...

Les saute­relles attaquent en Auvergne !

Virginie élève seule ses enfants et se lance dans la vente intensive de sauterelles comestibles pour pouvoir les nourrir (Suliane Brahim, magnifique comédienne de la Comédie-Française, et véritable clone de Charlotte Gainsbourg). La vie domestique comme le prétexte social (c'est ...