Sortir à Lyon
Partager cet article :

Chloé Zhao et Frances McDor­mand,c’est l’Amé­rique !

C’est la plus améri­caine des réali­sa­trices chinoises, la preuve: elle a raflé trois Oscars cette année, dont celui du meilleur film et de la meilleure réali­sa­trice. Après The Rider, chro­nique quasi-docu­men­taire aux côtés d’une star du rodéo, Chloé Zhao conti­nue de filmer le rêve améri­cain, toujours du côté des perdants. Dans Nomad­land, elle montre les victimes colla­té­rales de la crise écono­mique de 2008 à travers le person­nage de Fern, une sexa­gé­naire qui, entre deux petits boulots dans un entre­pôt d’Ama­zone ou dans un camping du Dakota, est obli­gée de vivre dans un van depuis la mort de son mari et la faillite de sa ville. La grande intel­li­gence de la réali­sa­trice, c’est d’em­bras­ser tous les para­doxes de cette situa­tion, sans misé­ra­bi­lisme ni idéa­li­sa­tion, montrant aussi bien les galères que la chaleur des rela­tions humaines qui en découlent. Comme la soli­da­rité qui règne au sein d’une commu­nauté de margi­naux qui ont pris la route autant par goût de liberté que par néces­sité écono­mique, et pour lesquels l’en­traide et la débrouille font loi. S’en­tou­rant à nouveau d’ac­teurs non-profes­sion­nels, Chloé Zhao dessine une gale­rie d’au­then­tiques gueules, dont Swan­kie, qui préfère aller voir le Grand Canyon plutôt que de faire soigner son cancer. 

Frances McDor­mand au soleil couchant de l’Amé­rique.

Concen­tré d’Amé­rique

Mais Nomad­land est surtout le portrait d’une femme qui se découvre asoif­fée de liberté et d’ab­solu. La grande Frances McDor­mand – cheveux courts, visage taillé à la serpe, regard juvé­nile – donne toute sa profon­deur à ce person­nage complexe, toujours hési­tante entre nouer de nouveaux liens ou préser­ver sa vie sans attache. Farouche et revêche autant qu’a­mi­cale et rigo­larde, elle s’épa­nouit au milieu de la beauté sauvage des paysages de l’ouest améri­cain, magni­fique­ment filmés. Mêlant enquête docu­men­taire et récit intime, Chloé Zhao nous donne à voir à la façon d’un Stein­beck un petit concen­tré d’Amé­rique, entre grands espaces et sujets de société. Un film pudique et sensible, qui risque de vous donner envie de tailler la route.

Nomad­land de Chloé Zhao (Etats-Unis, 1h48). Avec Frances McDor­mand, David Stra­thairn, Gay DeFo­rest… Sortie mercredi 9 juin.

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...

Annette,comé­die musi­cale pour faire chan­ter #MeToo

Le premier problème d’Annette, c’est... Annette (le rôle, qu’on vous laissera découvrir). Le deuxième, c’est la musique des Sparks, à l'origine du film, ce qui est quand même ballot pour une comédie musicale. L'ambition était sans doute trop grande pour eux : après une belle ouve...