Sortir à Lyon
Partager cet article :

Nobody, c’est quelque chose !

En géné­ral, lorsqu’un film est diffusé dans la salle 2 du Pathé Belle­cour (un mouchoir de poche de la galaxie multi­plexe), on peut s’at­tendre à un semi-navet, voire à un champ de bette­raves. Mais non, surtout pas ! Il faut aller voir avec enthou­siasme Nobody, modèle de film d’ac­tion décalé, bien filmé, agréable de bout en bout, si on aime voir les mafieux russes très laids se faire défon­cer en masse par un homme seul…

Bob Oden­kirk allume le feu dans Nobody.

Hutch, comp­table dans une entre­prise fami­liale, belle femme, beaux enfants, baraque sympa, jardin bien tondu, voiture qui passe les doigts dans le carbu le contrôle tech­nique, est objec­ti­ve­ment en train de pour­rir sur pied dans le quoti­dien. Il rate systé­ma­tique­ment le passage des poubelles et ne couche plus avec Becca. Un soir, des cambrio­leurs minables débarquent dans la maison. Alors qu’il aurait pu les maîtri­ser à coups de club de golf, Hutch préfère les lais­ser partir. Au grand déses­poir de son fils ado, qui le prend pour un couard, de type cein­ture et bretelles. Mais voilà, un des cambrio­leurs a embarqué le brace­let chaton de la gamine. Et là, se réveille une sorte de monstre de violence des forces spéciales.

Nobody, la mafia russe ne plai­sante pas…

Hutch, lors de son enquête musclée, tombe sur une bande de tatoués qu’il pulvé­rise à mains nues dans un bus, ce qui occa­sionne une bonne scène de trachéo­to­mie. L’un d’eux, bien latté et « mandalé », ne peut plus respi­rer. Hutch, bon sama­ri­tain, lui insère la paille de son soda dans la gorge. Mais voilà, c’était le fils du vrai super méchant, déten­teur du fonds de retraite de la mafia russe en palettes de dollars…. Bob Oden­kirk, le génial Saul Good­man de Brea­king Bad, excelle dans un rôle de justi­cier killer à contre-emploi, avec le regard d’un Bruce Willis qui se serait déguisé en Kevin Cost­ner. Quelque 150 morts plus tard, Hutch retrou­vera-t-il le brace­let chaton ? F.M.

Nobody d’Ilia Naishu­ler (EU, 1h32) avec Bob Oden­kirk, Chris­to­pher Lloyd, Connie Niel­sen… Actuel­le­ment en salles, et donc au Pathé Belle­cour, Lyon 2e.

Un dessin animé à donner le vertige

On a rarement été autant emballé par un film d'animation, pour adulte qui plus est. Adapté par Patrick Imbert du manga de Jirô Taniguchi, qui est lui-même une adaptation d’un feuilleton à succès paru dans la presse japonaise dans les années 90, Le Sommet des dieux est une réussit...

« Tout s’est bien passé » pour André Dussol­lier

François Ozon adapte le récit autobiographique d’Emmanuèle Berheim en conservant tous les noms (on reconnaît Serge Toubiana de la Cinémathèque). C’est Sophie Marceau, grave et radieuse à la fois, qui endosse le rôle de cette sœur d’une grande famille parisienne, chargée d’organis...

Dune, splen­deur visuelle et glou­bi­boulga

En général, il faut se méfier quand un film se termine au bout de 2h30 par ces mots : “ce n’est qu’un début”. D’abord, parce que ça veut souvent dire qu’il n’a que trop durer, ensuite parce que dans le cas présent on a bien compris que du sable, on allait encore en manger (ce n’e...

Laurent Lafitte, l’ori­gine de l’im­monde

Il y sera question de sexualité… dans le noir, pendant un long dialogue introductif pour savoir qui a joui. Une fois la lumière allumée, le film va renoncer peu à peu à tout ce qui aurait pu faire son originalité : une sexualité troublée malgré 17 ans de vie conjugale, une filiat...