Sortir à Lyon
Partager cet article :

Seize prin­temps, quel ennui…

Queue de cheval, Levi’s 501, et chemise blanche mascu­line, Suzanne a le cœur grena­dine et des faux airs de Char­lotte Gains­bourg. S’il n’est pas facile d’avoir 20 ans en 2021, il est visi­ble­ment très ennuyeux d’avoir seize ans, même dans un film qui lorgne nostal­gique­ment vers les années 80, anachro­nique jusque dans sa façon de parler. Et c’est peut-être le plus triste dans ces Seize Prin­temps : être une jeune réali­sa­trice de 21 ans et préfé­rer parler d’ado­les­cence en copiant une période que l’on n’a même pas connue. Pour le reste, ce petit film d’à peine 1h15 ne manque pas de grâce mais réus­sit la prouesse d’être ennuyeux avec ses dialogues inexis­tants, son intrigue insi­gni­fiante et sa caméra à l’épaule. Cher­chez l’er­reur: la réali­sa­trice, qui joue aussi le rôle prin­ci­pal, a écrit le scéna­rio en forme de fantasme adoles­cent alors qu’elle avait 15 ans et n’en a, depuis, pas retou­ché une ligne. Comment donc ce film a-t-il pu mira­cu­leu­se­ment se retrou­ver dans la sélec­tion offi­cielle du festi­val de Cannes ? La réponse se trouve peut-être du côté des parents de Suzanne Lindon, qui ne sont autres que Vincent Lindon et Sandrine Kiber­lain.

Seize Prin­temps, de Suzanne Lindon (France, 1h15). Avec Suzanne Lindon, Arnaud Valois, Florence Viala…

Le Dernier duel de Ridley Scott

Ridley Scott s’attèle au dernier duel connu en France entre Jacques Le Gris et Jean de Carrouges en 1386, le second accusant le premier d’avoir violé sa jeune épouse, suite au témoignage de celle-ci. Le matériau de départ est splendide, la maestria à reconstituer la France du Moy...

Est-ce la peine d’al­ler voir Eiffel ?

Si vous avez un jour rêvé d’une histoire d’amour sous la tour Eiffel, vous pouvez toujours tenter ce drôle de biopic qui reconstitue la préquelle de la tour la plus célèbre du monde... à partir d’un amour empêché en Gironde à la fin du XIXe siècle. Gustave aimait Adrienne (avec u...

On a vu le nouveau James Bond en 4DX

N’écoutez pas les oiseaux de mauvais augure qui ont dû souffrir de trop attendre ce 007, tourné il y a deux ans... Il y a tout dans le dernier James Bond : le prologue italien (au féminin) le plus long de la saga, un générique splendide dans les ruines romaines sous-marines, des ...