Sortir à Lyon
Partager cet article :

Poel­voorde fait « Profes­sion du père »

Le nouveau film de Jean-Pierre Améris, Profes­sion du père, sort aujourd’­hui en salle et a été tourné à Lyon à partir du roman d’un autre lyon­nais Sorj Chalan­don. Un beau film avec un acteur effrayant en père affa­bu­la­teur et tortion­naire : Benoît Poel­voorde.

Après la réus­site des Emotifs anonymes, Jean-Pierre Améris retrouve Benoît Poel­voorde pour adap­ter le roman de Sorj Chalan­don en lieu et place, à Lyon en 1961, année de nais­sance du réali­sa­teur… A la comé­die roman­tique succède cette fois, derrière le délire de vouloir “tuer le géné­ral de Gaulle”, la noir­ceur fami­liale la plus terrible : mysti­fi­ca­tion, para­noïa, violence conju­gale et maltrai­tance d’en­fant. Certes, il ne s’agit pas fran­che­ment du sujet dont on peut rêver pendant l’été et pour­tant, en amou­reux du grand cinéma améri­cain popu­laire qu’il aime, Améris parvient à main­te­nir un équi­libre mira­cu­leux entre son goût du récit, l’af­fec­tion fami­liale dont les besoins subsistent malgré tout et des scènes de violence intra-fami­liales on ne peut plus glaçantes. Les inter­prètes n’y sont pas pour rien, la folie d’un Poel­voorde ahuri en tête, sans comp­ter l’ex­tra­or­di­naire expres­si­vité de Jules Lefebvre, gamin dessi­na­teur qui tente de se construire sous le joug de cette figure pater­nelle destruc­trice. La conju­ra­tion de la violence chez les jeunes a toujours existé en fili­grane du cinéma de Jean-Pierre Améris, depuis Les Aveux de l’in­no­cent ou Les Mauvaises Fréquen­ta­tions. Il trouve sans doute ici sa plus belle réso­lu­tion, aidé par la très belle musique de Quen­tin Sirjacq, trou­vant la forme idoine dans un flash­back final pour expri­mer l’écho intime parti­cu­lier qu’il aura su tirer de l’œuvre d’un écri­vain qu’il admire tant.

Profes­sion du père de Jean-Pierre Améris (Fr, 1h46) avec Benoît Poel­voorde, Audrey Dana, Jules Lefèbvre, Tom Lévy… Sortie le 28 juillet.

Audrey Dana et Jules Lefèbvre dans Profes­sion du père de Jean-Pierre Améris
(photos Caro­line Bottaro)

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...

Annette,comé­die musi­cale pour faire chan­ter #MeToo

Le premier problème d’Annette, c’est... Annette (le rôle, qu’on vous laissera découvrir). Le deuxième, c’est la musique des Sparks, à l'origine du film, ce qui est quand même ballot pour une comédie musicale. L'ambition était sans doute trop grande pour eux : après une belle ouve...