Sortir à Lyon
Partager cet article :

Gaga­rine, premier film en apesan­teur

C’est un projet tota­le­ment atypique dans le cinéma français. En 2014, Fanny Liatard et Jérémy Trouilh ont vent de la cité Gaga­rine à Clichy à l’ar­chi­tec­ture futu­riste, inau­gu­rée en son temps par le célèbre astro­naute russe. Naît alors l’idée d’un rêve : racon­ter l’his­toire d’un jeune Black de banlieue qui voudrait deve­nir cosmo­naute dans le sillage du parrain de sa cité. Voulant réali­ser un film « réso­lu­ment posi­tif », à rebours des clichés sur les banlieues qui ont mal vieilli, ils recueillent nombre de témoi­gnages des habi­tants avant de créer leur scéna­rio de pure fiction, incar­nés par des comé­diens profes­sion­nels.

Le jour se rêve

Faire entrer une fiction spatiale dans une cité à l’ar­chi­tec­ture futu­riste, c’est le parti pris de ce premier film pas comme les autres, mêlant images d’ar­chives sur la créa­tion de la cité dans les années 60, et conta­mi­na­tion visuelle par la SF à l’in­té­rieur des lieux mêmes de la cité, où ils ont pu tour­ner pendant deux mois en 2019 juste avant leur destruc­tion. Film de témoi­gnage par sa topo­gra­phie, ambi­tieux par son inspi­ra­tion visuelle, Gaga­rine ose tout, et même des scènes de baiser et d’amour sensuelles assez inédites dans les films de banlieue, en plus d’un clin d’œil à la féerie en trom­pette d’un Fellini.

Alseni Bathily et Lyna Khou­dri.

Les caméos de stars (Finne­gan Oldfield et Denis Lavant) n’ap­portent pas grand-chose, mais ont sans doute permis à cette drôle d’uto­pie urbaine de voir le jour, et c’est bien l’es­sen­tiel. Tourné avec la splen­deur du Ciné­ma­scope et des couleurs chaudes, son mélange perma­nent de réalisme doux et d’oni­risme bien­veillant en fait une petite merveille du monde péri­phé­rique, sur lequel le cinéma français se penche rare­ment avec une approche aussi origi­nale.

Gaga­rine de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh (Fr, 1h38) avec Alseni Bathily, Lyna Khou­dri, Finne­gan Odlfield… Sortie le 23 juin.

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...

Annette,comé­die musi­cale pour faire chan­ter #MeToo

Le premier problème d’Annette, c’est... Annette (le rôle, qu’on vous laissera découvrir). Le deuxième, c’est la musique des Sparks, à l'origine du film, ce qui est quand même ballot pour une comédie musicale. L'ambition était sans doute trop grande pour eux : après une belle ouve...