Sortir à Lyon
Partager cet article :

La comé­die pour en finir avec Sarkozy et Hollande

Cet été, il y a Jean Dujar­din et son zèbre à l’af­fiche de l’in­dé­trô­nable OSS 117 (en Une du nouvel Exit), et il y a le même Jean Dujar­din en ex-Président de la Répu­blique prenant soin de son mini-toutou tandis qu’il s’en­nuie en Corrèze. “Dans notre film, Nico­las fait 1m82, toute ressem­blance avec des person­nages exis­tants est donc lais­sée à l’ima­gi­naire du spec­ta­teur.” Le ton est donné : comé­die d’an­ti­ci­pa­tion d’un genre nouveau (l’ac­tion se déroule en décembre 2021), Prési­dents n’est ni une satire ni un film à discours, mais bien une poli­tique-fiction subtile, ni tout à fait vraie ni tout à fait fausse, au premier degré et demi pour­rait-on dire. C’est toute sa saveur : à la fois capter avec tendresse les person­na­li­tés de deux anciens prési­dents recon­nais­sables entre tous, et faire une radio­gra­phie de l’ani­mal poli­tique au mascu­lin et de son attrait pour le pouvoir, entre leur luci­dité quand il s’agit de “reni­fler” l’état du pays, et leur extrême sensi­bi­lité quant à leurs petites personnes et leurs traits de carac­tère, jusqu’à en être puérils.

François et Nico­las en Corrèze, dans la poli­tique-fiction d’Anne Fontaine.


Premier degré et demi

Au milieu des splen­dides paysages de la Corrèze érigés comme une carte postale de la France éter­nelle, Anne Fontaine dispose de deux Rolls d’ac­teurs qui battent à plates coutures leurs modèles. Dans un savant dosage d’imi­ta­tion et de carac­té­ri­sa­tion, Jean Dujar­din et Grégory Gade­bois composent par les petites touches qui font les grands acteurs des person­nages entrés dans l’ima­gi­naire collec­tif, jusqu’à les faire chan­ter du Fran­cis Cabrel au petit matin mieux que dans The Voice. Sans jamais se prendre au sérieux, cette fine comé­die de mœurs confronte peu à peu cet ancien monde à son impro­bable retour, moqué par ses compagnes respec­tives, jusqu’à imagi­ner une femme “normale” deve­nue un homme poli­tique comme les autres, d’un fémi­nisme salu­taire et sans illu­sion. La belle surprise de l’été.


Prési­dents d’Anne Fontaine (Fr, 1h48) avec Jean Dujar­din, Grégory Gade­bois, Pascale Arbillot, Dora Tillier. Sortie le 30 juin.

Pascale Arbillot, une femme poli­tique comme les autres ?

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...

Annette,comé­die musi­cale pour faire chan­ter #MeToo

Le premier problème d’Annette, c’est... Annette (le rôle, qu’on vous laissera découvrir). Le deuxième, c’est la musique des Sparks, à l'origine du film, ce qui est quand même ballot pour une comédie musicale. L'ambition était sans doute trop grande pour eux : après une belle ouve...