Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le diable à Quais du polar

C’est une histoire simple, mais pas fran­che­ment à la Claude Sautet. Celle d’un homme qui décide de se lancer sur la piste du meur­trier de sa fian­cée afin de le soumettre à la même douleur et aux mêmes tortures. Il le lais­sera en vie avec un émet­teur dans la bouche pour mieux le pour­suivre et le terro­ri­ser à petit feu. Avec J’ai rencon­tré la diable, dans un style plus sec et plus rugueux que son épous­tou­flant polar mélan­co­lique A Bitters­weet life, Kim Jee-Woon pousse de façon radi­cale la logique du film de vengeance jusqu’aux pires extré­mi­tés. C’est évidem­ment incon­for­table pour le spec­ta­teur, ultra-violent, voire aux limites du suppor­table (le viol pédo­phile précédé du dialogue « Pourquoi je ne pour­rais pas t’ai­mer, hein ? », vous voilà prévenu.e.s). Mais c’est surtout une étude impres­sion­nante des senti­ments primaires que génère la violence, avec elle ou contre elle.

Lee Byung-Hun, gueule d’an­ge…

La soif du mal

La première qualité de J’ai rencon­tré le diable est de peindre la mons­trueuse bana­lité du mal. Le tueur en série peut surgir n’im­porte où, dans un bus scolaire, une voiture ou à l’hô­pi­tal. À chaque fois, Kim Jee-Woon réus­sit à provoquer de la fasci­na­tion en court-circui­tant la violence la plus brutale et les situa­tions les plus quoti­diennes. Avec un humour sang pour sans noir et ce sens du chaos typique du cinéma coréen, il réus­sit à renou­ve­ler l’at­ten­tion du spec­ta­teur en variant constam­ment l’en­chai­ne­ment des meurtres (la géniale séquence du taxi est un modèle du genre). Indif­fé­rent à toute forme de culpa­bi­lité ou de souf­france, Choi-Min Sink compose dans la lignée d’Old Boy une des plus fasci­nantes ordures sadiques de l’his­toire du cinéma. Presque débon­naire par moments, il réus­sit le prodige d’être toujours impré­vi­sible alors même que ses inten­tions sont toujours les mêmes. Du grand art.

…Lee Byung-Hun, coeur de diable.

Gueule d’ange et cœur de diable

Mais ce qui fait la gran­deur de J’ai rencon­tré le diable, c’est évidem­ment le face-à-face. Le face-à-face entre le tueur et sa victime, toutes deux habi­tées par une même soif du mal. L’ef­fet de miroir est dévas­ta­teur d’au­tant qu’il est porté par deux grands acteurs. Acteur fétiche de Kim Jee-Woon, Lee Byung-Hun apporte à son person­nage sa gueule d’ange cireuse, faus­se­ment impas­sible qui ne fait évidem­ment que renfor­cer son ambi­guité. « A la première lecture, j’ai pensé que l’his­toire et mon person­nage étaient assez simples, explique l’ac­teur. J’avais tout faux. Au cours du tour­nage, le plus éprou­vant pour moi a été de dévoi­ler toutes ces émotions et chan­ge­ments quasi imper­cep­tibles, qui mènent de la rage à l’in­dif­fé­rence abso­lue, chez un être obsédé par la vengeance. » Après avoir été le gang­ster qui tombe amou­reux de sa cible dans A Bitters­weet life, il trouve ici son plus grand rôle d’amou­reux transi, incar­nant une démence glacée dévas­tée par la douleur, devenu le diable de lui-même. Ultra­violent, immo­ral, sangui­nolent, J’ai rencon­tré le diable est le film de vengeance ultime, à dégus­ter dans la fraî­cheur du samedi soir.

Luc Hernan­dez


J’ai rencon­tré le diable de Kim Jee-Woon (Corée du Sud, 2h22) avec Lee Byung-Hun, Choi-Min Sink, Oh San-Ha… Samedi 3 juillet à 22h au Lumière Terreaux, Lyon 1er, précédé de Joint secu­rity area de Park Chan-Wook à 20h. Réser­ver.

Lire aussi Florence Aube­nas et toute la program­ma­tion.

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...

Annette,comé­die musi­cale pour faire chan­ter #MeToo

Le premier problème d’Annette, c’est... Annette (le rôle, qu’on vous laissera découvrir). Le deuxième, c’est la musique des Sparks, à l'origine du film, ce qui est quand même ballot pour une comédie musicale. L'ambition était sans doute trop grande pour eux : après une belle ouve...