Sortir à Lyon
Partager cet article :

Jane Campion, première cinéaste à rece­voir le prix Lumière

Rare et inclas­sable, telle est Jane Campion. Avec 7 films en 30 ans, elle reste la seule femme à avoir remporté la Palme d’or – archi-méri­tée – avec son film le plus célèbre, La Leçon de piano en 1993 (bonjour le machisme cultu­rel…). Elle sera donc aussi la première cinéaste à rece­voir le prix Lumière le 15 octobre prochain (seules les actrices Cathe­rine Deneuve et Jane Fonda avaient jusqu’ici repré­sen­ter la gente fémi­nine). Ce sera l’oc­ca­sion on l’es­père de revi­si­ter une oeuvre des plus origi­nales d’aujourd’­hui : néo-zélan­daise, elle a toujours eu un lien parti­cu­lier avec les paysages, notam­ment lorsqu’il s’agit de revi­si­ter l’his­toire, depuis La Leçon de piano jusqu’à Bright Star, poème visuel et sensuel avec Ben Whishaw baigné par l’uni­vers pasto­ral de John Keats. C’est d’ailleurs le film qui a été choisi pour pour­suivre la céré­mo­nie de remise du prix Lumière vendredi soir.

Abbie Cornish et Ben Whishaw dans Bright Star de Jane Campion (2009).

Esthète à la folie

Esthète, Jane Campion n’a pas seule­ment porter les fresques histo­riques vers la moder­nité, comme dans Portrait de femme avec Nicole Kidman en 1996, juste après La Leçon de piano. Elle a toujours aussi exploité l’anor­ma­lité et la folie comme à travers les très déran­geants Swee­tie, son premier long métrage, ou Un Ange à ma table (1990), dans lequel elle filme une même femme aux trois âges de sa vie, enfer­mée dans un asile, s’éva­dant par l’écri­tu­re… Forma­liste, Jane Campion ne fait rien comme tout le monde, y compris dans le très beau In the cut, film de genre sensuel sous-estimé aux rela­tions on ne peut plus troubles entre Meg Ryan et Mark Ruffalo, beau film sur le désir fémi­nin, et seul film urbain de la réali­sa­trice, tourné à New York, et produit par Nicole Kidman.

Mark Ruffalo et Meg Ryan dans In The Cut de Jane Campion (2003).

Le prix Lumière sera donc l’oc­ca­sion de revi­si­ter une des oeuvres les plus singu­lières du cinéma contem­po­rain, avec en bonus le nouveau film de la réali­sa­trice, The Power of the dog, adapté de Don Wins­low et produit par Netflix, avec Bene­dict Cumber­batch et Kirs­ten Dunst. Il ne manque­rait plus que Nicole Kidman ne vienne lui remettre le prix Lumiè­re…

Remise du prix Lumière à Jane Campion vendredi 15 octobre à 19h30.

Projec­tion de La Leçon de piano en clôture du festi­val, dimanche 17 octobre à 15h à la Halle Tony Garnier, en présence de Jane Campion.

Le Dernier duel de Ridley Scott

Ridley Scott s’attèle au dernier duel connu en France entre Jacques Le Gris et Jean de Carrouges en 1386, le second accusant le premier d’avoir violé sa jeune épouse, suite au témoignage de celle-ci. Le matériau de départ est splendide, la maestria à reconstituer la France du Moy...

Est-ce la peine d’al­ler voir Eiffel ?

Si vous avez un jour rêvé d’une histoire d’amour sous la tour Eiffel, vous pouvez toujours tenter ce drôle de biopic qui reconstitue la préquelle de la tour la plus célèbre du monde... à partir d’un amour empêché en Gironde à la fin du XIXe siècle. Gustave aimait Adrienne (avec u...

On a vu le nouveau James Bond en 4DX

N’écoutez pas les oiseaux de mauvais augure qui ont dû souffrir de trop attendre ce 007, tourné il y a deux ans... Il y a tout dans le dernier James Bond : le prologue italien (au féminin) le plus long de la saga, un générique splendide dans les ruines romaines sous-marines, des ...