Sortir à Lyon
Partager cet article :

Jane Campion, première cinéaste à rece­voir le prix Lumière

Rare et inclas­sable, telle est Jane Campion. Avec 7 films en 30 ans, elle reste la seule femme à avoir remporté la Palme d’or – archi-méri­tée – avec son film le plus célèbre, La Leçon de piano en 1993 (bonjour le machisme cultu­rel…). Elle sera donc aussi la première cinéaste à rece­voir le prix Lumière le 15 octobre prochain (seules les actrices Cathe­rine Deneuve et Jane Fonda avaient jusqu’ici repré­sen­ter la gente fémi­nine). Ce sera l’oc­ca­sion on l’es­père de revi­si­ter une oeuvre des plus origi­nales d’aujourd’­hui : néo-zélan­daise, elle a toujours eu un lien parti­cu­lier avec les paysages, notam­ment lorsqu’il s’agit de revi­si­ter l’his­toire, depuis La Leçon de piano jusqu’à Bright Star, poème visuel et sensuel avec Ben Whishaw baigné par l’uni­vers pasto­ral de John Keats.

Abbie Cornish et Ben Whishaw dans Bright Star de Jane Campion (2009).

Esthète à la folie

Esthète, elle n’a pas seule­ment porter les fresques histo­riques vers la moder­nité, comme dans Portrait de femme avec Nicole Kidman en 1996, juste après La Leçon de piano. Elle a toujours aussi exploité l’anor­ma­lité et la folie comme à travers les très déran­geants Swee­tie, son premier long métrage, ou Un Ange à ma table (1990), dans lequel elle filme une même femme aux trois âges de sa vie, enfer­mée dans un asile, s’éva­dant par l’écri­tu­re… Forma­liste, Jane Campion ne fait rien comme tout le monde, y compris dans le très beau In the cut, film de genre sensuel sous-estimé aux rela­tions on ne peut plus troubles entre Meg Ryan et Mark Ruffalo.

Mark Ruffalo et Meg Ryan dans In The Cut de Jane Campion (2003).

Le prix Lumière sera donc l’oc­ca­sion de revi­si­ter une des oeuvres les plus singu­lières du cinéma contem­po­rain, avec on l’es­père possi­ble­ment une carte blanche choi­sie par la néo-zélan­daise, et d’ores et déjà un beau cadeau : le nouveau film de la réali­sa­trice, The Power of the dog, adapté de Don Wins­low et produit par Netflix, avec Bene­dict Cumber­batch et Kirs­ten Dunst. Il ne manque­rait plus que Nicole Kidman ne vienne lui remettre le prix Lumiè­re…

Festi­val Lumière, 13e édition du 9 au 17 octobre 2021. Remise du prix Lumière à Jane Campion vendredi 15 octobre.

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...

Annette,comé­die musi­cale pour faire chan­ter #MeToo

Le premier problème d’Annette, c’est... Annette (le rôle, qu’on vous laissera découvrir). Le deuxième, c’est la musique des Sparks, à l'origine du film, ce qui est quand même ballot pour une comédie musicale. L'ambition était sans doute trop grande pour eux : après une belle ouve...