Sortir à Lyon
Partager cet article :

Jane Campion, une leçon en 5 films et un piano

Rare et inclas­sable, telle est Jane Campion. Avec 7 films en 30 ans, elle reste la première femme à avoir remporté la Palme d’or – archi-méri­tée – avec son film le plus célèbre, La Leçon de piano en 1993, visible en ce moment au best of du festi­val Lumière à l’Ins­ti­tut du même nom. Et désor­mais la première cinéaste à rece­voir le prix Lumière le 15 octobre dernier (seules les actrices Cathe­rine Deneuve et Jane Fonda avaient jusqu’ici repré­sen­ter la gente fémi­nine). L’oc­ca­sion de revi­si­ter une oeuvre des plus origi­nales d’aujourd’­hui : néo-zélan­daise, elle a toujours eu un lien parti­cu­lier avec les paysages, notam­ment lorsqu’il s’agit de revi­si­ter l’his­toire, depuis La Leçon de piano jusqu’à Bright Star, poème visuel et sensuel avec Ben Whishaw (le monsieur Q de James Bond) baigné par l’uni­vers pasto­ral de John Keats. C’est d’ailleurs ce film qui avait été choisi pour pour­suivre la céré­mo­nie de remise du prix Lumière vendredi soir. Il n’est malheu­reu­se­ment plus visible dans le best of, mais d’autre redé­cou­vertes vous attendent.

Abbie Cornish et Ben Whishaw dans Bright Star de Jane Campion (2009).

Esthète à la folie

Esthète, Jane Campion n’a pas seule­ment porter les fresques histo­riques vers la moder­nité, comme dans Portrait de femme avec Nicole Kidman en 1996, superbe adap­ta­tion de Henry James à revoir à l’Ins­ti­tut. Elle a toujours aussi exploité l’anor­ma­lité et la folie dès son premier long métrage, Un Ange à ma table (1990), dans lequel elle filme une même femme aux trois âges de sa vie, enfer­mée dans un asile, s’éva­dant par l’écri­tu­re… Forma­liste, Jane Campion ne fait rien comme tout le monde, y compris dans le très beau In the cut, film de genre sensuel sous-estimé aux rela­tions on ne peut plus troubles entre Meg Ryan et Mark Ruffalo, beau film sur le désir fémi­nin, et seul film urbain de la réali­sa­trice, tourné à New York, produit par la fidèle Nicole Kidman, qui devait à l’ori­gine inter­prété le rôle prin­ci­pal.

Mark Ruffalo et Meg Ryan dans In The Cut de Jane Campion (2003).

Ce best of est donc aussi l’oc­ca­sion de revi­si­ter une des oeuvres les plus singu­lières du cinéma contem­po­rain, avec aussi Holy Smoke, en atten­dant la cerise sur la gâteau Netflix : le projec­tion de son dernier film avec Bene­dict Cumber­batch et Kirs­ten Dunst, The Power of the dog, adapté de Don Wins­low et couronné du prix de la mise en scène à Venise. Il vous faudra pour cela attendre le 7 décembre et le Netflix film club prévu à l’Ins­ti­tut. Wait and see…

Best of festi­val Lumière, reprise de Lumière 2021 jusqu’au 16 novembre avec cinq films de Jane Campion : Un ange à ma table, Portrait de femme, La Leçon de piano, Holy Smoke et In the cut.

On a vu le nouveau Almo­do­var, Madres para­le­las

Revoilà un Pedro Almodovar plutôt en bonne forme malgré une excentricité plus contenue, avec ses couleurs franches, ses destinées de femmes fortes et bien-sûr son actrice fétiche, Penélope Cruz. Après Douleur et Gloire, son dernier film en forme d'autobiographie masculine, le réa...

Le Diable… le film iranien qui défie la censure

Le réalisateur d’Un Homme intègre (2017) a tourné quatre histoires reliées par un même thème : assumer une responsabilité individuelle dans un régime totalitaire. Ou comment défier la censure en tournant en Iran à la façon d’un court- métrage, alors que la peine de mort ne cesse ...

La Fièvre de Petrov, le nouveau coup de folie de Sere­bren­ni­kov

Il nous a mis la fièvre pendant des heures, Kirill Serebrennikov avec La Fièvre de Petrov, son dernier film. Ou plus exactement, pendant les 2h30 que dure cette balade métaphysique aux côtés de Petrov, dessinateur de BD sacrément grippé, ce qui ne l'empêche pas de boire des coups...